Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

La semaine aux surprises

31 Mai 2015, 09:23am

Publié par Alice

Cette semaine n'a pas été celle que j'avais imaginé : elle n'était pas moins dense, mes stagiaires et moi nous sommes quittés rapidement, j'ai cassé deux fois mon téléphone sur 8 jours, galéré avec les photos, j'ai eu une jolie surprise (une proposition flatteuse) et les microbes ont eu raison de la fin de semaine avec une nuit débutée à 5 heures du matin.

La fête des mères sera donc une longue journée!

 

Lundi 25. Férié et en famille pour une sortie "animaux" dans la serre de Biotropica. Au-delà du fait que c'est bon de se retrouver à huit, les conditions de vie (d'enfermement) des animaux m'ont laissé perplexe.

Ernest a vaincu ses peurs en tombant complètement sous le charme d'une biquette qu'il aurait bien ramenée à la maison.

La semaine aux surprises
La semaine aux surprises

Mardi 26. Le soleil nous attendait à la sortie de l'école. Et la boite aux lettres contenait un colis gourmand sur lequel les Blonds se sont jetés : des madeleines Bretonnes, de quoi faire des infidélités aux douceurs normandes.

Mon grand pousse, à mesure de l'amour et de l'admiration que je lui porte...

La semaine aux surprises
La semaine aux surprises

Mercredi 27. Je profite de l'école du mercredi matin et de mes élèves partis pour m'offrir une séance de blondeur entre les mains de beau-papa.

Le soir, Ernest se rêve jardinier et c'est un tapis de terre qu'il sème partout là où il ne faut pas.

La semaine aux surprises
La semaine aux surprises

Jeudi 28. Tranquillement. Doucement. J'ai une après-midi presque pour moi. Comme toujours, y'en a une qui en profite et qui s'offre une sieste avec le nouvel animal de compagnie d'Ernest.

(Certaines y ont vu des choses coquines...)

La semaine aux surprises

Vendredi 29. Voilà, j'ai quitté ma deuxième grosse classe, plutôt soulagée même si émue de quitter certains. Je me console en déjeunant avec mes copines dans un resto  Arts déco que j'adore et où la délicieuse tarte au chocolat me récompense de mon plat léger (saumon grillé/salade)

La semaine aux surprises

Samedi 30. Super-Héros-Pierre-Parrain est là, ça tombe bien parce que mon Ernest bat des records de fièvre : rhino? otite? 

Je suis sa couverture, son coussin, son matelas, je n'ai pas le droit de le lâcher d'un millimètre (nuit et jour), alors je feuillette mon magazine, Causette, émue en parcourant l'interview de Luz par Sophia Aram. Et puis je tente ma première pizza 100 % maison. Bien meilleure que la âte du commerce.

La semaine aux surprises
La semaine aux surprises
La semaine aux surprises

Dimanche 31. La fête des mères me fait déjà oublier mon semblant de nuit. Je suis gâtée, je vous en reparlerai demain pour le rendez-vous avez Zaza.

Bonne fête aux Mamans !

La semaine aux surprises

Toutes les autres participations sont chez VirginieB et RV demain chez Zaza et chez moi pour évoquer la fête des mères

Voir les commentaires

La réparation, de Colombe Schneck

28 Mai 2015, 20:25pm

Publié par Alice

La réparation, de Colombe Schneck

Quel récit !

Intime et universel, : il est question du passé familial de Colombe Schneck ( journaliste) hanté par la mort de ses aîeux, juifs. Quand sa fille, Salomé, naît, c'est le passé qui resurgit car Salomé c'est aussi le prénom de sa grand-tante morte enfant dans les camps.

J'ai parcouru ce livre, émue aux larmes à de multiples reprises.

 

Sans pudeur mais avec délicatesse, l'auteure s'interroge, elle et sa vie si "superficielle", où les loisirs et sentiments semblent bien dérisoires face à l'horreur physique et psychologique qu'a vécue sa famille juive, originaire de Lituanie.

A mesure que le passé se dévoile, le questionnement de Colombe Schneck devient plus existentiel, plus absolu.

Les générations se croisent, dans les silences, les non-dits mais aussi les confidences arrachées par bribes. De l'horreur de l'holocauste, il est des mots maladroits, des questionnements vains.

Comment se (re)construire quand on a survécu? Comment conserver la volonté de vivre comme un hommage à ceux qui ont péri?

Un récit bouleversant, magnifique, qui questionne sur la famille, la maternité et ce qu'elle entraine comme bouleversements affectifs dans son sillage, quand il est question de choix, de vie et survie.

 

"Je n'ai rien à faire en Lituanie, je n'ai aucun rapport avec la Lituanie, ce qui s'est passé là-bas. Ma fille Salomé s'allonge contre moi, je m'affole. C'est peut-être la dernière fois? Elle va mourir et je n'aurai pas d'autre choix de mourir aussi. Je l'étouffe de baisers. Elle croit que c'est un jeu, elle ne sait pas que je suis son bourreau et que je me maudis."

" Quand Salomé n'est pas la première à sortir de l'école, quand j'entre dans sa chambre pour un dernier baiser, j'ai toujours peur. Est-ce qu'il ne serait pas temps d'avoir un troisième enfant? Ce serait une raison supplémentaire de vivre."

"Je pense très souvent à ce choix de ma mère et ma tante de laisser leurs enfants, de vivre. Je crois qu'elles avaient un infime espoir, toutes les mères ont cet espoir en elles, leur enfant ne peut pas mourir avant elle. (...) Et à ce moment du récit de Gila, je dois m'arrêter car ma vie en a été bouleversée."

Voir les commentaires

Comment lire démesurément?

27 Mai 2015, 19:50pm

Publié par Alice

Comment lire démesurément?

Ce n'est plus un secret pour personne, depuis que je publie sur Facebook une photo du livre achevé ainsi qu'un court commentaire avec mon avis, il ne se passe pas un jour sans qu'on me demande : "Mais comment fais-tu pour lire autant?"

Bon à priori, tout le monde peut lire autant, encore faut-il en avoir envie. C'est vrai, toutefois, qu'avec un travail à temps plein (de prof) et deux enfants, lire une petite dizaine de romans par mois pourrait s'avérer plus compliqué que prévu.

Voilà mes astuces pour dégager du temps de lecture sur une journée bien chargée :

- je me lève bien tôt le matin pour me débarrasser des corvées (linge étendu, plié, rangement, vidage de lave-vaisselle) et être plus libre le soir.

- Je crée des rituels de lecture quand je suis avec les enfants: depuis que l'air est plus doux, à la sortie de l'école, les garçons goûtent et jouent dehors tandis que je m'installe une petite heure sur mon transat à bouquiner. Bon, ça c'est récent parce que je n'ai plus autant de cours à préparer et copies à corriger, mais ça fait vraiment la différence.

- Le week-end, je lis pendant la sieste d'Ernest et s'ils regardent un dessin animé. Quelquefois même je m'installe dans leur chambre avec un bouquin tandis qu'ils jouent.

- Je ne regarde plus la télé et je me couche de bonne heure, mon livre à la main, le silence comme compagnon.

- je profite de chaque moment creux pour reprendre le fil de ma lecture, et pour ça, je ne quitte jamais la maison sans mon roman : pour pallier l'attente lorsque j'arrive en avance à l'école, lorsque je vais au jardin d'enfants ou quand j'attends un rendez-vous dentiste.

 

Voilà, je ne suis pas magicienne, je ne fais pas semblant de lire, je ne néglige pas les enfants. Je parcours les lignes sans doute beaucoup plus rapidement que la moyenne, c'est vrai. Et je crois que le vrai "truc' c'est la passion qui m'anime et ce plaisir infini sans cesse renouvelé.

 

Voir les commentaires

Deux mousses en deux temps et quelques mouvements

27 Mai 2015, 04:00am

Publié par Alice

Deux mousses en deux temps et quelques mouvements
Deux mousses en deux temps et quelques mouvements

Des oeufs à ne plus savoir qu'en faire et une envie incontrôlable de dessert?

Je ne sais pas comment vous réalisez votre mousse au chocolat mais moi je ne me casse pas la tête : 6 blancs d'oeufs montés en neige, une plaquette de (bon toujours) chocolat fondu au bain marie. Je laisse le chocolat refroidir, et incorpore les jaunes. Ensuite je mélange les deux préparations délicatement avec une spatule de bois. Et hop au frigo deux heures.

Concernant la mousse à la fraise, j'ai innové et tenté pour une quasi réussite (je ne l'ai pas laissé assez longtemps au frigo, ayant des Blonds trop impatients) : un pot de mascarpone, 75 grammes de sucre, 250 grammes de fraises (françaises) (des gariguettes les meilleures), le jus d'un citron, 3 blancs d'oeufs.

J'ai mixé les fraises, le sucre et le jus du citron pour faire mon coulis. Je l'ai mélangé au mascarpone. Parallèlement, j'ai monté les blancs en neige que j'ai mélangés délicatement, à la spatule, avec la préparation aux fraises, et mis au frais au moins 4 heures.

A présent, j'ai bien envie de tenter à nouveau l'expérience sans mascarpone et avec du citron (pour une mousse au citron) ou des fruits de la passion. Ce sera ma prochaine expérience culinaire je crois.

Je participe aux mercredis gourmands d'Anne Laure TSophie Turbigo, et Sysyinthecity 

 

 

Voir les commentaires

Etre fille, être garçon ou vivre ensemble

26 Mai 2015, 05:17am

Publié par Alice

Etre fille, être garçon ou vivre ensemble

On a beau lutter, il y a des idées profondément ancrées.

"Octave, aide nous à mettre la table" "Mais je ne suis pas ton serviteur" (et moi j'suis quoi?)

Alors qu'ils regardent au moins 4 fois par semaine la Reine des Neiges : "Hein non ce n'est pas que pour les filles?".

Les Blonds portent du rose, adorent quand je leur vernis un ongle (ou plus) en rouge, aiment être bien coiffés chantent des chansons de fille (Louanne c'est girly hein?).

Je n'ai pas le droit de leur demander s'ils ont une amoureuse, le mot est tabou, même si Ernest saute sur toutes les petites filles de la classe pour les serrer dans ses bras.

Dans la tête d'Octave il y a des tâches féminines et d'autres masculines, pourtant à la maison, on se partage les corvées. La dernière fois qu'il a voulu m'aider, il y a fait tomber mes deux jolies lampes en verre avec le fil de l'aspirater, j'ai peut-être été trop ambitieuse.

 

Je lutte contre la discrimination et l'éducation sexiste. Je répète plusieurs fois par jour que les filles et les garçons c'est pareil, que nous sommes avant tout des humains: Ernest a un poupon que l'on couche le soir (bon, je n'ai pas le droit d'embrasser le bébé, jalousie quand tu nous tiens...) et il porte volontiers mes bracelets.

Si au sein de notre foyer, l'égalité est plutôt respectée, je suis étonnée de voir à quel point certains schémas sont ancrés dans leurs esprits, les Blonds sont deux petits coqs qu'ils faut régulièrement recadrer. L'école, les copains, les adultes qui parent leurs pleurs en disant : "Ho arrête de pleurer comme une fille!"

Et puis moi, la seule fille avec trois garçons à la maison qui suit souvent l'empêcheuse de tourner en rond un peu plus rigoureuse: pas d'écrans, pas de bagarre, attention au ballon...

Mais je maintiens le cap et ici, on débarrasse son assiette (et on tente de manger avec ses couverts), on range après avoir joué (Octave ne joue jamais), on cuisine avec Maman (quand on a le temps), on met son linge sale dans le panier et on plie le propre, trie ses chaussettes (même si je dois le répéter tous les jours).

Bref, rien n'est parfait, mais garçon ou fille, l'essentiel est de savoir vivre en communauté, en se respectant les uns les autres, non?

 

Voir les commentaires

Quelle que soit la couleur de ta peau

25 Mai 2015, 04:00am

Publié par Alice

Quelle que soit la couleur de ta peau

S'il y a bien une chose qui me révolte, m'insupporte et me met dans une colère noire, c'est le racisme. La discrimination. L'intolérance. La connerie.

Longtemps je n'ai pas imaginé que cela pouvait se passer comme ça, quand la couleur de notre peau était plus foncée que le "rose moyen". Pourtant il suffit chaque jour d'entendre ce qui se passe aux Etats-unis et ces bavures policières toutes plus impunies les unes que les autres. Et les films Selma, 12 years a slave ... y-aura-t-il assez d'oeuvres pour crier notre indignation sur ce qui fut... il n'y a pas si longtemps, hier?

Quand au quotidien, mes élèves racontent de quels regards ils sont l'objet, quelles remarques violentes, injustes, méchantes, débiles, ils doivent faire semblant de ne pas entendre, assommés par la violence de l'incompréhension; que dois-je leur répondre? je ne me sens pas solidaire de ceux qui ont ma couleur de peau, je me sens solidaire de ceux qui portent mes valeurs, de ceux qui sont humains.

Comment trouver les mots pour les rassurer, leur dire que les cons sont minoritaires... quand en effet, ce sont toujours les cons que l'on entend davantage? 

Et vous, qu'est-ce qui vous révolte? quelle est la cause pour laquelle vous avez envie de vous battre, de vous indigner?

Mamie Dany multiplie les indignations et ce sont ses petits gestes au quotidien qui oeuvrent pour le bien-être de notre planète.

Swettylux se mobilise contre l'abandon des animaux domestiques avec ses deux beaux chiens

Les miss à couettes milite avec l'association Croc Blanc pour la cause animale, et est aussi famille d'accueil pour les chats en attente de maitres.

Genevieve T raconte son engagement personnel et concret avec une famille immigrée. Son témoignage est passionnant.

Vesyli projette de participer au projet "une fille à l'école" pour que chaque enfant puisse avoir accès à l'instruction.

Pisili s'insurge contre les animaux enfermés dans des aquariums, des zoos...

Despe met sa colère au service de la politique et j'adore son discours !

Anuyka nous présente l'oeuvre d' Alejandro Duran, artiste qui s'engage pour la protection des océans et des mers.

MHF est une militante au coeur rempli de causes à défendre. Et ce sont les enfants, les adultes en devenir qui la touchent davantage.

Zaza évoque le handicap et le regard que les autres, vous, toi, moi, devons libérer.

Arlette, sensible aux injustices a choisi sa cause en recueillant chats et chiens.

MamieVlin évoque toutes ces causes qui la révoltent et sa photo en guise de conclusion est superbe.

 

 

 

 

 

La semaine dernière il était question de nos ancêtres et c'était un lundi excessivement émouvant... vous avez été 17 à raconter votre arbre, vos grands-parents et votre famille.

Et pour ce dernier rendez-vous de mai, Zaza et moi vous proposons le planning des rendez-vous de juin !

Le 1 er, nous pourrons évoquer la fête des mères : qu'avez-vous offert à la vôtre? que vous a-t-on offert? ou quel est le souvenir inavouable (un collier de pâtes, une boite de camembert peinte? un dessin Pokemon?) de cadeau offert ou reçu?

Le 8 juin il sera question des ongles : longs? courts? vous collectionnez les vernis? adeptes de la french manucure? ou juste naturels?

Le 15 juin, rendez-vous à l'aube pour un petit déjeuner party ! salé? sucré? fromager? comment vous l'aimez? comment vous le dégustez?

Le 22 juin, pas de jaloux, ce sera un rendez-vous pour la fête des pères! L'occasion aussi d'évoquer ce qu'il représente pour vous, et comment vous avez grandi (ou pas) à ses côtés.

Le 28 juin, il sera grand temps d'évoquer les projets de vacances : vous en avez? un peu ? beaucoup? vous partez ou vous prenez enfin possession de votre "home sweet home"?

Voir les commentaires

La semaine xxl

24 Mai 2015, 12:00pm

Publié par Alice

Celle qui vient de passer, c'était la plus chargée de l'année. Beaucoup d'heures de cours, d'administratif à gérer et une migraine persistante (3 jours à me tenir le crâne). Une première classe quitte l'Institut, je ne sais pas toujours gérer l'émotion des au-revoir...

Voilà, elle est derrière moi, et c'est tant mieux.

Mon téléphone en réparation, cela n'a pas été aussi simple que d'habitude pour photographier au quotidien, mais j'ai tenu le cap

Dimanche 17. Grand soleil, nous voilà partis au jardin d'enfants sur la plage, celui que je n'aime pas trop mais qui est au bout bout de notre rue.

La semaine xxl
La semaine xxl

Lundi 18. Allez c'est parti pour le marathon ! Je me prépare psychologiquement à endurer la semaine. Je décide de me coucher tôt et évidemment c'est le soir où je me couche le plus tard.

(Pyjama sur canapé pour ce premier cliché)

La semaine xxl

Mardi 19. L'Epoux a conduit les Blonds à l'école ce qui me laisse le loisir de moins courir dès le matin. Je m'occupe de mes plantes.

La semaine xxl

Mercredi 20. Un aller retour très furtif pour récupérer les Blonds à l'école et déjeuner chez les grands-parents. Je décide de prendre quelques minutes, Ernest à la main, pour admirer les bateaux, au bout de la rue.

Ce sont les jolis nuages qui m'ont donné envie de les regarder de plus près.

La semaine xxl

Jeudi 21. Octave est fâché contre moi. Je refuse qu'il mette un oeil derrière un écran quel qu'il soit. Comme par hasard, sa pâquerette veut qu'il ne m'aime pas du tout.

La bouderie a duré jusqu'au coucher. Génial.

La semaine xxl

Vendredi 22.  ENFIN ! Je récupère les enfants goûtant dans le jardin avec Papi/Mamie. Je m'installe sur un transat pour bouquiner. Le programme des lignes est léger, c'est parfait ! D'autant plus que je trouve l'inspiration pour mon dessert du week-end avec une recette de pâte sablée.

La semaine xxl

Samedi 23. Que c'est bon d'être en week-end (à 4)! même si le vendredi soir on regarde Koh Lantah pour le plus grand bonheur d'Octave et que l'on se couche toujours un peu plus tard, il faut se lever pour le tennis.

Une "balade" dans le supermarché sportif : nous ressortons les bras chargés : ballons, vers pour la pêche, et les garçons sont enfin munis de gilets pour aller sur le quai ou au bord de l'étang en toute sécurité, y'a plus qu'à apprendre à siffler en cas de pépin!

La semaine xxl

Dimanche 24. Je me suis couchée de bonne heure avec les deux Blonds dans mon lit, endormie encore une fois la première...

Pendant que les garçons sont partis sur la jetée pêcher, me voilà derrière les fourneaux pour une belle (et grosse) tarte aux fraises et un gratin dauphinois pour leur retour.

La semaine xxl

Je vous souhaite à tous et toutes un bon dimanche (et lundi).

Les autres participations sont chez VirginieB et on se retrouve demain chez Zaza et chez moi pour évoquer une cause à défendre.

Voir les commentaires

Mon impossible régime

22 Mai 2015, 07:38am

Publié par Alice

Mon impossible régime

 

Je ne sais pas, vous, mais moi, dès que je tente d'observer (et donc limiter) ma consommation de "gras sucré salé", ça ne tient pas 24 heures. (Je suis du genre de celles qui mangent une assiette de salade, un grand verre d'eau pour mieux savourer leur religieuse au chocolat en dessert).

Pourtant, ce n'est pas un régime de coquetterie que je devrais suivre, mais bien un régime pour ma santé, pour ne plus être essoufflée sitôt que je monte deux étages d'affilée, un régime pour trouver facilement des vêtements à ma taille, pour ne pas être grotesque en robe au-dessus du genou, pour enfiler à nouveau des manches courtes, pour ne pas voir ma peau tomber sous le poids du gras.

Tableau sans complaisance, hein? Oui car je n'en peux plus de ce corps. Chaque fois que L'Epoux me regarde, je me demande comment peut-il  ne pas éprouver de honte.

 

Mais malgré tout cela, impossible de me raisonner. Je cuisine et j'adore ça. Tout autant que j'adore manger ce que je cuisine.

Il y a bien sûr les aliments-bobo : mon pot de Nutella ou la plaquette de beurre salé qui me susurre des mots doux dès que j'ai le coeur chagrin, ou tous les aliments sucrés qui se mettent sous mon nez si je décide de me passer de dessert...

J'en ai eu pourtant un jour de la volonté pour lâcher mon paquet de cigarettes quotidien. 15 ans d'habitudes réduits à néant avec un fumeur sous mon toit.

J'attends patiemment le déclic, celui qui fera qu'un jour j'en aurai tellement assez que de moi-même, je me détournerai de l'excès et de mes envies. Je l'attends, je continue à prendre du poids, doucement, régulièrement. Mais rien ne vient. Je m'en veux. Je ne peux plus me voir. J'essaie à nouveau mais en vain.

Je dois me faire confiance et surtout me faire violence. Il le faut..

Voir les commentaires

La mer à 13°c, est-ce bien raisonnable?

20 Mai 2015, 19:31pm

Publié par Alice

Vivre en bord de mer, c'est assez idyllique, non?

Mais pour parvenir à ces photos, il faut attendre que la marée soit basse. Donc quand on sort de l'école, c'est soit galets, soit sable sur plusieurs kilomètres.Et pour se baigner, ici, dans la Manche, il faut ne pas être frileux / être inconscient / vouloir raffermir son corps ou les trois à la fois.

Moi, c'est la poitrine "qui ne passe pas" et pour nager, pas facile de ne pas se tremper les seins. Je ne peux plus depuis quelques années (peut-être depuis que je ne supporte plus l'idée d'être vue en maillot de bain d'ailleurs?).

Bref, j'avais envie de démythifier la mer que je ne me lasse pas de vous montrer. Elle est belle, mais inaccessible pour beaucoup, ou au moins 10 mois sur 12.

Quand les garçons ont pris leur premier bain de mer (progressivement, quasi habillés au début), nous les attendions en doudoune assis sur les galets. Le retour, avant lequel il a fallu déshabiller les Blonds et les envelopper dans nos pulls et foulard, a été assez douloureux sur l'échelle de la tolérance au froid polaire.

Voilà, il faut être enfant ou totalement insconscient pour se baigner dans la Manche, mi-mai, et endurer le 13°c, mais cela offre aux parents de bons moments de tranquilité.

 

La mer à 13°c, est-ce bien raisonnable?
La mer à 13°c, est-ce bien raisonnable?
La mer à 13°c, est-ce bien raisonnable?
La mer à 13°c, est-ce bien raisonnable?
La mer à 13°c, est-ce bien raisonnable?
La mer à 13°c, est-ce bien raisonnable?

Voir les commentaires

Fondant, sans beurre et au chocolat

20 Mai 2015, 04:00am

Publié par Alice

Fondant, sans beurre et au chocolat

Je serais curieuse de connaitre le nombre de recettes de gâteaux au chocolat qui ont été publiées ici.

Chaque fois je suis convaincue d'avoir trouvé la perle rare. Peut-être que c'est le cas, enfin pour moi, parce que j'aime tellement le chocolat... Enfin là, ce qui m'a semble génial, c'est le fait d'éliminer le beurre et ses traces de gras que l'on retrouve sur les doigts quand on passe sa journée à chiper des petits morceaux de gâteaux dans le plat.

On appelle cette recette aussi le "gâteau au chocolat à l'italienne" parce que le mascarpone remplace en partie donc, le beurre. C'est quasi 50% de matière grasse en moins, non?

 

Les ingrédients :

- une plaquette de bon chocolat (ne pas lésiner sur la qualité car ça fait toute la différence)

- 250 grammes de mascarpone

- 4 oeufs

- 125 grammes de sucre

- 50 grammes de farine

 

Et après?

On fait fondre au bain-marie le mascarpone et le chocolat

Parrallèlement on bat les oeufs et le sucre. On ajoute ensuite la farine.

On mélange le tout, on verse dans un moule rond beurré et fariné. 25 minutes à 180°c. L'ôter du four même s'il ne vous semble pas cuit en son coeur. Laissez le refroidir, ou réservez-le au frigo avant de le servir, il n'en sera que meilleur.

 

Je participe aux mercredis gourmands d'Anne Laure TSophie Turbigo, et Sysyinthecity avec cette énième variation au chocolat.

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>