Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

SnOOd, BlOg et CrOttes alOrs !

31 Janvier 2013, 19:44pm

Publié par Alice

Encore une histoire de blog. Non une histoire de bloggueuse. De bloggueuse hyper talentueuse, en tricot. Elle propose de faire quelque chose, un petit rien du tout pour celle qui laissera un commentaire (et qui sera tirée au sort). J'adore ses oeuvres, je commente et hop! cadeau : un terrible et très doux snood , de la couleur idéale pour yeux bleus.

Elle, c'est Marianne, la Maman de Crottes. Un plus deux plus une. Quatre crottes facétieuses et superbes. 

Elle a essayé de m'enseigner l'art des côtes perlées, j'y ai perdu la moitié de ma pelote. Impossible à comprendre, à réaliser pour moi. J'ai reçu aujourd'hui des côtes perlées parfaites, comme je ne saurai jamais les faire, sauf si je parviens à la faire venir jusque chez moi pour un cours particulier en échange d'une tarte au citron meringuée.

Marianne, MERCI. Je suis immensément touchée par ta gentillesse...

 

snood

snood1.jpg

Voir les commentaires

Premiers coups de pédale seule

30 Janvier 2013, 19:48pm

Publié par Alice

couture.jpg

couture-2.jpg

 

Je poursuis mes cours de couture de manière assez régulière. Rien n'est encore terminé puisque j'ai, sur le feu, un pantalon sarouel réversible ("peau de lapin" dit ma prof) et un burnou sortie de bain en pièces détachées pour le moment.

Je n'ai pas le temps ni l'audace de poursuivre seule, sans mes copines qui en sont à peu près au même point que moi sur les mêmes travaux.

Pourtant, aujourd'hui, profitant de mon arrêt maladie, j'ai sorti ma machine une petite heure pour utiliser la chute de la sortie de bain qui me restait ainsi que le tissu liberty de mon mariage et coudre des lingettes lavables.

Oui, trop facile c'est vrai. Pourtant je me regarde faire et dresse un bilan désolant: Je suis une dilettante, pas vraiment obsédée par le travail bien fait. Je ne suis pas du tout perfectionniste, préférant le travail vite fait. Je n'étale pas bien mon tissu après avoir fait table rase de tout ce qui encombrait ma surface de travail. Cela m'agace d'être ainsi. Donc je coupe mal, pose mal mes aiguilles. Je dois vraiment "travailler" cet aspect des choses.

Ce qui me réjouit, c'est que je sais comprendre les caprices et entêtements de ma machine à coudre. Elle et moi faisons front commun contre l'adversité. Je perds donc moins de temps.

Alors maintenant, j'ai une housse d'ampli à coudre pour le nouveau bébé de L'Epoux, et là je vais tenter d'éviter les petites fleurs !

Voir les commentaires

Le spasme du sanglot

29 Janvier 2013, 20:48pm

Publié par Alice

pleurs.jpg

 

Je plante le décor: soirée ordinaire. J'ai cuisiné un rôti de dinde au pruneaux et des crèmes aux oeufs à la vanille (ça c'est moins ordinaire). Il fait bon dans la maison, je me remets de ma grippe le temps de laisser filer mon arrêt de travail.

Les enfants ont dîné, nous aussi. On s'installe devant la cheminée pour jouer après le repas. Octave est déchaîné (ordinaire) et fait "un parcours" (merci les grands-parents de lui avoir fait découvrir Koh Lantah), son frère est de la partie. Quand soudain, le Grand décide de piéger le Petit en lui jetant un filet (= une couverture) sur la tête tandis que ce dernier était grimpé sur un fauteuil en osier pour enfants. Le piège fonctionne : il effectue le grand plongeon... retombe sur le front. Boum. Choc bien audible. Merci cher tapis et finalement chère couverture d'avoir amorti le choc. Le Petit prend sa respiration pour crier. Il la prend longtemps. Très / trop longtemps, mais ça me semble ordinaire puisque le Grand fait pareil. Sauf que quand il retrouve son souffle c'est pour émettre un tout petit cri. Anormal donc, je m'étais déjà éloignée pour épargner mes tympans. Petit cris et pouf ! plus rien, Ernest s'évanouit dans mes bras. Je hurle, je le colle dans les bras de son père, il se réveille et pouf! plus rien jusqu'à ce qu'il retrouve un souffle, les lèvres bleues, la peau livide.

La scène a duré 10, 15 secondes. Ernest est longtemps inconsolable, L'Epoux appelle les Urgences qui conseillent de le surveiller et de passer (nous habitons à 5 minutes à pieds de l'hôpital) tandis que le Petit retrouve des couleurs et joue assez rapidement. Son bobo est minuscule et placé sur le front.

Le surveiller? Ernest est fatigué, il est l'heure de dormir. On débriefe la scène, en concluons hésitants qu'il s'agit du spasme du nourrisson (L'Epoux a la théorie, infirmier. Moi la panique). J'insiste, je veux qu'il aille par précaution à l'hôpital. Râlerie : je viens d'y passer la journée/ il va bien/ on va le surveiller/ mais c'est ton p***** de fauteuil en osier, combien de fois je t'ai dit qu'il était dangereux). Dans ce cas, je m'écrase, j'attends que cela passe, je ne suis que nerfs, je veux allumer un cigarette, je veux respirer à la place de mon enfant, je crois mourir de peur, d'ailleurs je vais mourir de peur c'est certain. Tous les scénarii les pires je les envisage.

Aller /retour fait en 30 minutes. Spasme du sanglot. Je couche Ernest, le berce et le câline en ayant pris soin de lui verser toutes les larmes de mon corps sur ses cheveux.

Tout va bien. Tu connais ça toi?

Voir les commentaires

Dimanche hors jeu

27 Janvier 2013, 19:55pm

Publié par Alice

Finalement, je n'aurai pas eu besoin de guérir de ma laryngite pour me faire attraper par la grippe. Vendredi, accusant le sirop codéiné, je planais et me sentais légèrement "ailleurs". Samedi je me sentais comme rouée de coups. Dimanche le verdict au mercure est tombé : fièvre. Grippe?

Heureusement L'Epoux était là mais avait prévu d'aller acheter un ampli à plus d'une heure de route aller. En famillebien sur car sa conduite ne nous fait pas confiance.

On a donc emmené Octave pour notre balade éclair dans la Somme, nous offrant un Mac N'importe Quoi.

Après la sieste (vitale), le petit a retrouvé son canapé duquel il adore sauter et rester coincé comme une tortue sur sa carapace, son tapis sur lequel il se tortille sous des séances de "guillis".

Après la pesée, j'ai compris pourquoi je ne ferme plus les pantalons d'Octave qui a pris 2 kilos en 2 mois. Surement pas la faute aux petits plats maison: blanquette, boeuf carotte, choux de Bruxelles et saucisse. Tout le monde au même régime, même le mini gourmand.

J'ai encore pleurniché parce que j'ai mal aux engelures, aux bras, jambes, dos et que j'hésite à aller bosser demain.

Et je me dis que je n'ai pas encore commencé cette semaine qu'elle me fait déjà peur...

 

d.jpg

d2.jpg

D3.jpg

D4.jpg

D6.jpg

D5.jpg

Voir les commentaires

Les dernières tournées sont mitigées

26 Janvier 2013, 20:00pm

Publié par Alice

lecture.jpg

De gauche à droite : du meilleur au pire.

 

Pour ce mois de janvier, le bilan est mitigé mais sans surprises.

Je me suis laissée à nouveau prendre au jeu des cinquantes nuances mais on ne m'y reprendra plus. Il est question d'amour bien plus que de sexe. C'est creux, plat, vide, béant et mal écrit/traduit. Bref, si le premier tome m'a amusée, le second m'a laissée perplexe quant à mes motivations.

N. Kampush. Pourquoi? je me le demande encore. Peut-être pour achever la lecture de l'enfermement suite à Claustria de R. Joffret? Toujours est-il qu'à ne pas savoir ce que j'y cherchais, je n'y ai absolument rien trouvé. Du voyeurisme, de la curiosité malsaine, j'ai sauté des pages et attendu la libération pour le fermer, soulagée et impatiente.

Le coeur d'une autre est un cadeau de Noël. Beaucoup de bons sentiments, une histoire pleine de bonté : un homme acariâtre et égoïste souffre d'une pathologie cardiaque, on lui greffe le coeur d'une autre qui le transforme peu à peu. Il décide d'en savoir davantage sur feue la donneuse et sa vie en est transformée. Une lecture légère et agréable mais surtout pas impérissable.

Caryl Férey est un auteur de polars que j'aime beaucoup. Une valeur sûre me semblait-il mais c'est la seconde déception. En fait j'ai trouvé ce roman noir, bien trop noir. L'idée que tout le monde meure, que personne ne veut aimer, s'attacher, souffrir, que tous les héros sont des anti-héros me gêne. Serait-ce alors une caractéristique du roman noir? Je l'ai néanmoins dévoré même si j'étais déçue de ne pas y voir une lumière durant ces nombreuses pages.

LA valeur sûre la voilà ! Joyce Carol oates. L'auteure américaine qui me transporte, y compris dans ce très court roman inspiré encore une fois d'un fait divers. Un politicien en vogue flirte avec une jeune étudiante, ils rentrent ensemble en voiture d'un week-end, chacun plaçant dans cette intimité (et celle qui aurait dû suivre) des espoirs et pensées différentes. Il n'y aura jamais de suite à leur histoire puisque leur voiture terminera au fond d'une mare, et la jeune femme périra. Cela, on le sait dans les premières lignes et c'est ce qui précède qui sera disséqué par J. C. Oates, montrant encore une Amérique corrompue, malsaine et malhonnête.

La découverte, c'est ce roman d'Hélène Grémillon : Le confident. Alors que Camille, la trentaine, perd sa mère, elle gère une grossesse naissante, seule, sans l'assentiment de son compagnon. Ouvrant les lettres de condoléances, elle découvre une lettre qui ne semble pas lui être adressée mais qui raconte une histoire, celle d'un certain Louis et d'Annie. Progressivement le récit alterne l'histoire de Camille et celle qui se passe durant la Seconde Guerre mondiale. Je ne vous en raconterai pas plus mais vous propose de le faire voyager si vous êtes intéressé(e).

Voir les commentaires

Allo Maman Bébé Bobo

24 Janvier 2013, 21:01pm

Publié par Alice

MALADE.jpg

 

Doublé perdant d'antibiotiques !

Alors que la France subit une attaque virulente de grippe et de gastro, nous récidivons pour l'otite (7ième dent donc 7ième otite) et  j'innove avec une laryngite : ma voix s'est perdue entre deux quintes de toux.

Oh rien de grave, mais chaque fois que je suis en peine avec mes deux ziozios, je pense avec compassion aux mamans solos. Attendre plus d'une heure chez le médecin c'est faire le show pour les 10 patients assis. Au début pourtant, ça commence bien: je prends des magazines et les feuillette sous les yeux et les oreilles attentifs des petits. Puis, progressivement, j'en lâche un (parce que oui, j'ai les deux sur les genoux). Le petit, donc, à presque 19h (alors qu'il devrait avoir fini de dîner à cette heure-ci), décide de ramper dans la salle d'attente. Mains, genoux noirs de crasse. Il fait tomber les magazines les uns après les autres et évidemment trouve très drôle d'arracher les pages. Ensuite, c'est le second qui trouve chouette de regresser, de se mettre au niveau du petit, en rampant sous la table basse, se cognant en se relevant, et faisant tomber tous les magazines qui n'était pas encore à terre. Il parle aux gens, pour raconter, évidemment, des conneries. Je menace, atttrape, consigne, met au coin et ça recommence 5 minutes après. 

Je textote L'Epoux qui a le malheur, de son lieu de travail, de me demander comment ça va. Je réponds "Pu****, non c'est trop raide, j'ai de la fièvre, il y a une heure d'attente, les mioches sont excités et chiants. SOS"; Mais bien sur, cet appel au secours ne sert à rien car, de là où il est, il ne peut RIEN faire pour moi !

(Heureusement qu'une rapide entrevue avec la "Maîcresse" m'a rassurée sur la sagesse et les capacités d'écoute de mon fils)

Alors ce soir, c'est avec soulagement que j'ai mis tout le monde au lit avant de me coucher, en croisant les doigts pour que je puisse me faire entendre demain pour sept heures de cours...

Voir les commentaires

Poupette ou le retour du Toupet

23 Janvier 2013, 20:41pm

Publié par Alice

Souvenez-vous, c'était il y a une petite année, le Poupon était au top de sa coiffure.

Aujourd'hui, ses cheveux ne sont toujours disciplinés et chaque jour nous offre de belles et irrésistibles surprises.

ernest.jpg

 

La mini vague de rigueur

(ici, Monsieur pleurait, outré parce que je lui avais enlevé de la bouche les chaussures pleines de terre de son frère)

 

ernest-2.jpg

 

Evidemment c'est réalisé sans trucages

Voir les commentaires

Variations au citron (la recette)

23 Janvier 2013, 06:19am

Publié par Alice

tarte.jpg

 

Je pense que certaines se souviennent de ma tarte au citron meringuée, celle que j'avais tentée jeudi dernier, vous promettant la recette (à condition qu'elle soit délicieuse)

Elle était vraiment excellent. Pour preuve, sa durée de vie ayant été très éphémère.

Voici donc la recette telle que je l'ai trouvée ici, mais je vous conseille toutefois d'effectuer de légère modifications comme je l'indiquerai en fin de recette:

 

Pour la pâte sablée:250g de farine, 125g de beurre, 70g de sucre, 2 jaunes d'oeufs, 5cl d'eau et une pincée de sel.

Pour la crème au citron:4 citrons de taille moyenne, 150g de sucre, 3 oeufs, une cuillère à soupe de Maïzena

Pour la meringue: 2 blancs d'oeufs, 100g de sucre, 1/2 cuillère à café de levure.

 

Pour fabriquer la pâte, travaillez les jaunes et le suce avec un fouet et allongez le mélange avec un peu d'eau. Parallèlement, mélangez au doigt la farine et le beurre coupé en petits morceaux pour obtenir une consistance sableuse.

Versez au milieu de la préparation farine/beurre le mélange liquide. Formez une boule homogène avecc les mains.

Étalez dans un moule et faites cuire 20/25 minutes thermostat 6/7.

 

Pour la crème au citron, lavez deux citrons et en raper le zeste, les presser et mettre le tout dans une casserole. Mélangez avec le sucre et la Maïzena et faites chauffer doucement.

Battre les oeufs séparément et les ajouter dans la casserole, mettre à feu fort et remuez. Soyez vigilant à ce que cela s'épaississe sans brûler. Sortir du feu et étaler sur la pâte sablée.

 

Pour la meringue, montez les blancs en neige avec une pincée de sel et quand ils commencent à devenir fermes, ajouter le sucre et la levure afin  qu'ils deviennent bien solides.

Nappez sur le citron et faites cuire 10minutes à 150, il faut que la meringue prenne une teinte plus dorée.

 

Résultat? La crème de citron est parfaite.

La meringue "rétrécit" après cuisson donc c'est frustrant, quand c'est (presque) ce que l'on préfère. La prochaine fois, j'ajouterai un oeuf ou deux.

Quant à la pâte sablée, elle m'a semblée trop généreuse, j'en mettrai moins sur mon fond de tarte.

 

Vous tentez, on compare (et vous m'invitez pour déguster?)

Voir les commentaires

Notes en boucle

21 Janvier 2013, 19:41pm

Publié par Alice

 

Cette chanson me transporte, m'émeut, me bouleverse.

Voilà celle qui tourne en boucle dans mes oreilles charmées.

 

Maissiat, Le départ

 

 

 

Et vous, vous auriez un coup de coeur musical à partager?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Ce dimanche il y a eu.

20 Janvier 2013, 20:00pm

Publié par Alice

Ce dimanche il y a eu la neige au réveil, et les flocons qui sont tombés toute la journée. Il y a eu un bébé sur lequel les antibios ont fait effet et qui s'est émerveillé de tout ce blanc. Il y a eu un Papa retourné au boulot alors que ce n'était pas prévu. Une maison qui sentait bon (très - trop- tôt) le gâteau à la vanille et la quiche. Il y a eu des câlins, des siestes, des nez parentaux bouchés, des baisers distribués. Il y eu ce matin, une partie endiablée de dada, longue comme un Monopoly subi. Il y a eu un petit rassemblement familial bienvenu, un gâteau fort bon pour cet imprévu, une bataille de boules de neige avec ces grands cousins et cet oncle qui a planté sa tente dans la chambre d'Octave.

Il y a une vie de famille (la mini, la nôtre) qui devient, durablement, bien sereine.

 

dimanc1.jpg

DIMANC8.jpg

DIMANC3.jpg

DIMANC2.jpg

DIMANC4.jpg

DIMANC5.jpg

DIMANC6.jpg

DIMANC7.jpg

Voir les commentaires

1 2 3 > >>