Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Pour les dames de la crèche

31 Juillet 2014, 19:21pm

Publié par Alice

C'est ainsi que nous les surnommons collectivement depuis maintenant 5 ans. Elles ont contribué à l'éducation d'Octave, à raison de 4 demi-journées par semaine, puis de 4 journées par semaine pour Ernest.

Nous ne les quittons pas vraiment puisqu'il est hors de question que le Petit Blond fréquente déjà le centre de loisirs si besoin durant les vacances et le mercredi après-midi. Attendons qu'il ait au moins trois ans et demi.

Mais voilà, demain soir, ce sera la fin d'une période de leurs vies. De cette période où on hurle le matin quand Maman enlève les chaussures, donne les premières instructions (couché tard, levé tôt, n'a pas mangé...), quand on demande le soir s'il a bien dormi, mangé etc.

J'ai mis du temps à trouver l'inspiration, mais surtout les petites mains aidantes. Mais j'ai réussi. Et dans ces petits paniers (il y en a 7), elles trouveront : un pot de confiture de fraises maison, un petit pot de caramel de pommes, des financiers maison (certains avec une framboise), un paquet de bonbons, un sucette en chocolat, et une photo d'Ernest.

Panique au moment d'envelopper les financiers! Comment faire? J'ai coupé une assiette en carton en forme de croix et l'ai scotchée avec du masking tape de manière à créer comme une petite boîte.

Demain, mes devoirs de vacances seront terminés. On attaque la partie dure : le 7/7 et 24/24 avec les enfants. 

 

creche.jpg

creche2.jpg

Voir les commentaires

De tout. De rien. Du quotidien des vacances.

30 Juillet 2014, 07:36am

Publié par Alice

PLAGE.jpg

 

Un chouette blog m'a demandé de témoigner à propos des prénoms des Blonds. Je suis très fière du post qui nous est consacré.

Je crois que je vis les vacances d'été les plus belles depuis longtemps (même si les précédentes n'ont pas été atroces, loin de là, mais celles-ci je les aime particulièrement).

2 jours et demi sans tabac pour L'Epoux. Et il a presque plus le sourire! Youhou ! 

Je crois être en passe de résoudre ma phobie de tout ce qui a rapport avec le domaine dentaire car les 6 prochains mois (minimum) seront ponctués de rendez-vous chez le parondontologue et chez le chirurgien-dentiste. La douche froide hier à l'annonce du verdict.

Octave entame ce matin son second jour au stage d'échecs. Il adore cela. Incroyable. Evidemment c'est le plus jeune et moi qui pensais que se faire battre à plates coutures par de plus grands allait lui faire dégonfler son melon, je me trompais lourdement parce que ce matin j'ai assité à un chuchotement de son moniteur: "Tu vois, le petit blond, là, il a 5 ans et demi, et il est vraiment doué."

Je prends seulement conscience que lire trois à quatre livres par moi plus bosser les concours de prof de français + professeur des écoles est "légèrement" ambitieux. Sûrement impossible.

Les cadeaux des dames de la crèche ne sont toujours pas faits. Ernest doit les offrir demain, vendredi dernier délai. 

Dans une semaine nous aurons visité cette maison sur laquelle mon regard s'arrête attentivement (et amoureusement) tous les jours. La réalité sera-t-elle à la hauteur de mes rêves?

Et chez vous, quoi de neuf?

 

 

 

Voir les commentaires

Promenade au parc

28 Juillet 2014, 06:58am

Publié par Alice

Quand nous partons pour le jardin d'enfants, je prends un sac plastifié contenant une petite dizaine de pelles, trois seaux et quelques rateaux. J'apporte aussi évidemment un bon bouquin, une bouteille d'eau et une serviette de plage.

L'objectif : lire tandis que les Blonds se trouvent des copains. Pour Octave, cela ne pose aucun problème. Pour Ernest, c'est à moi de demander :"Est-ce que tu veux bien jouer avec Ernest et l'aider à faire un château de sable?" pour ensuite m'éclipser.

Je peux lire une heure voire plus en encourageant, regardant, admirant et m'amusant ponctuellement (ce que je ne peux pas faire à la maison car ils ne me l'autorisent pas). Il y a la pause glace et mains collantes pleines de sable, rinçage grâce à la bouteille d'eau. Puis Octave s'émancipe et je me retrouve avec Ernest, trois kilos de sable dans les pieds.

Entre-temps, quand L'Epoux nous accompagne, je le perds ; soit parce qu'il part à la pêche à pieds avec Octave, soit parce qu'il est parti fumer une clope (mais ça théoriquement c'est fini depuis ce matin) ou alors il rencontre un copain.

Et puis il y a un moment où je culpabilise un peu d'être la maman qui lit alors j'aide Ernest, mon petit trouillard qui a le vertige. J'aide inévitablement les autres enfants à grimper, descendre et je deviens l'héroïne de mes Blonds. J'en entends parler jusqu'au dernier baiser du soir, juste avant qu'il s'endorme. Et c'est à ce moment que je prends conscience que finalement la balade au parc c'est la bonne alternative à tous les énervements.

 

DSC02323.JPG

 

DSC02324.JPG

 

DSC02325.JPG

Voir les commentaires

Sans mon smartphone, la semaine est moins folle

27 Juillet 2014, 07:48am

Publié par Alice

202ième jour de l'année. Lundi. Je prends une photo avec mon smartphone, je la publie sur Instagram mais je ne parviens pas à la récupérer puisque j'ai déposé mardi mon téléphone chez le réparateur. La qualité de mes photos devient donc médiocre (j'ai récupéré une antiquité. Je peste) et ce n'est qu'en fin de semaine que je me décide à utiliser mon appareil photo.

Edit de l'après-midi, ma sauveuse attitrée, MamieVlin a encore dégainé son Iphone magique pour me rendre ma photo prise en otage par Instagram, la voici donc:

202.jpg

 

203. Mardi. Je range les papiers dans mon bureau. Inévitablement je remue des centaines de photos qui elles-mêmes me remuent. J'ai (encore) vu Ernest au féminin : la bouche pincée, le regard rond, cette photo de moi petite c'est tout lui.

203.jpg

 

204. Mercredi. Octave est au centre de loisirs et je suis seule avec Ernest pour son plus grand bonheur, il ricane bêtement toute la matinée et me précise "ze suis content Maman". En effet, il se montre sage comme une image et je fonds d'amour.

204.jpg

 

205. Jeudi. Une panne nationale SFR qui m'empêche d'avoir la wifi à la maison, mon téléphone pourri qui se montre lent. Je capitule, vais chez ma copine d'enfance (et voisine) prendre un café. DuneileàParis me propose de poster mes 4 photos préférées sur IG, et me sauve en me créant le montage (grr ce téléphone). J'adore.

205.jpg

 

206. Vendredi. Il fait une chaleur caniculaire (nous ne sommes pas trop habitués), je termine le rangement des chambres des enfants. Mon premier étage est parfaitement trié, organisé. ENFIN. Une sieste s'impose.

Le papi voisin, gaga des enfants, nous offre un carton de jouets, ceux de son petit fils aujourdhui majeu. L'éclate pour les Blonds.

206-bis.jpg

206.jpg

 

207. Samedi. Je jubile! j'ai reçu les trois premiers livres pour le Grand Prix des lectrices Elle 2015 à lire pour fin août!

Dans la catégorie Roman: Les douze tribus d'Hattie d'Ayana Mathis, Editions Gallmeister

Dans la catégorie Document: L'institutrice d'Izieu de Dominique Missika, Editions du Seuil

Dans la catégorie Policier: Fenêtre sur crime de Linwood Barclay, Editions Belfond

Après plein d'imprévus, nous voici arrivés sur la plage pour une partie de pêche à pieds. Dans le panier, un bon paquet de bouquets et étrilles.

207.jpg

207-ter-copie-1.jpg

207-bis.jpg

 

208. Dimanche. Chouette il fait encore beau. Les enfants sont en pleine forme. Nous aussi. L'Epoux nous tend fièrement son dernier paquet de cigarettes. Il a décidé d'arrêter. Espérons.

Il y a une tentative d'évasion d'un habitant du frigo, dès ce midi, normalement, il ne sera plus en mesure de tenter de s'échapper.

208bis.jpg

208bisok.jpg

 

Que votre dimanche soit doux!

Et les autres participations chez Virginie B

Voir les commentaires

Je suis une fille à envies

25 Juillet 2014, 07:34am

Publié par Alice

DSC00800.JPG

 

(Attention ce post n'est pas un message gentil à l'attention de mes congénères dénuées de passions)

J'aimerais pouvoir calculer le nombre de fois où j'ai pu me plaindre ici, de toutes ces choses que j'avais une envie folle de faire et que je n'avais pas le temps de réaliser.

C'est vrai qu'avec des enfants en bas âge dans les pattes, repeindre une cage d'escalier, vider une chambre de jouets ou classer des papiers est vite impossible. Mais finalement, non, je ne parle pas de ça, mais de mes envies de femme, d'être humain, de mon nécessaire vital pour être bien dans ma vie.

Hier encore je discutais avec une copine, et j'ai commencé à expliquer la frustration que je ressentais à ne pas pouvoir coudre/écrire/dessiner/lire/bricoler/photographier/cuisiner, et elle m'a répondu, comme beaucoup de femmes autour de moi,"moi je ne fais rien, je ne sais rien faire". Et, comme toutes les fois où j'entends cette phrase, je bondis de colère.

Excusez moi, mesdames, mais chaque fois les bras m'en tombent. Parce que moi non plus je ne sais rien faire mais je n'évoque jamais le savoir, juste l'envie. L'envie d'exister sans avoir un fer à repasser ou un aspirateur entre les mains, l'envie de faire des choses autres que le rangement quand je n'ai pas les enfants, l'envie d'ailleurs de ne pas m'occuper 24/24 de mes adorables têtes blondes.

JE VEUX VIVRE !

Je ne sais pas si je suis bien claire mais les femmes qui ne savent pas s'occuper si elles n'ont pas d'enfants à gérer ou de maison à nettoyer me laissent totalement perplexes et m'effraient. Ce n'est pas très "XXIième siècle" comme mode de vie.

On est jamais à l'abri d'enfants qui grandissent et quittent le nid familial, d'un mari absent, d'un boulot chiant ; où trouver le plaisir alors? Je crois que si j'avais dû avoir une fille, j'aurais tout fait pour lui épargner cet ennui (que j'ai bien envie de qualifier d'existentiel finalement) et je lui aurais appris mille choses, tenté de lui développé mille talents ou pas, afin qu'elle soit autonome y compris dans le temps à ne rien faire.

Je ne sais pas si je suis une passionnée, mais en vieillissant je m'aperçois que découvrir le monde comme j'ai pu le faire avant m'intéresse moins que découvrir ce que je peux faire de chouette de mon quotidien. Mes envies sont réalisables, accessibles et ce sont elles qui me font avancer plutôt avec le sourire!

Voir les commentaires

Entre ce qu'on lit et ce que l'on vit

21 Juillet 2014, 20:00pm

Publié par Alice

er.jpg

 

Alors que je profite de ces vacances pour mettre ma liste de "livres pour maman" à jour, (liste que vous trouverez en bas de ce post et que vous pouvez compléter comme bon vous semble), je m'aperçois que plus je cherche à m'adapter aux situations nouvelles, plus c'est compliqué de gérer à l'instant les humeurs de chacun.

Déjà, pour mettre à profit mes lectures, il faut que je me montre plus patiente (ces fameuses 30 secondes de respiration avant de réagir).

 

Cela fait un peu plus de deux ans et demi que je suis maman de deux enfants et les recettes miracles dont j'ai pu user (et abuser) avec l'aîné sont totalement inefficaces avec le cadet que je braque d'emblée. Ernest est un enfant colérique. Hyper colérique; "Attention... 1...2...3" n'a aucun effet même s'il a bien pigé le principe puisqu'il me dit : "4!". La mise au coin dure en fonction de son humeur une seconde ou a aussi pu durer 2 heures quand il refuse de lâcher la fameuse excuse. Douche, coin, enfermé dans sa chambre sans doudou. Les méthodes dites traditionnelles sont très souvent vaines.

 

Et là? Qu'est-ce qu'on fait en tant que parents? Hein? Moi j'ai craqué. Oui, et je m'en veux. Il y a eu deux fessées dont une ce soir (allez, je vous le raconte : un crachat et un pipi par terre dans sa chambre après que je l'avais couché, fâchée, et qu'il avait viré sa couche et me criait qu'à présent il n'en avait plus). Ce n'est pas ça la solution que je veux même si je vous promets que pour parvenir à tous les coups à m'accroupir pour le regarder dans les yeux en lui parlant doucement, calmement et fermement, cherchant à comprendre pourquoi il fait ça etc, il faut que je me mette à pratiquer le yoga très assidûment, voire que je me transforme en maître Yogi.

 

Evidemment cet extrême n'arrive pas tous les jours, en général nous parvenons bien à désarmorcer la crise à venir parce nous la sentons venir et à deux c'est plus simple de jouer la carte de la diversion. Toutes les heures ne sont pas propices au dialogue et à la leçon d'éducation, quand, par exemple, le Blond, exténué, s'emballe et vrille pour un verre d'eau plate servi à la place d'un verre d'eau à bulles, c'est qu'il est bon à mettre au lit sans sommation.

 

Allez, dites moi, j'sais pas moi, que ça va passer en grandissant, ou dites moi qu'il existe une solution miracle. Racontez moi que ça arrive aussi chez vous, les familles qu'on croirait pourtant parfaites, que ce n'est pas uniquement de ma faute.

Bref, dites moi que c'est des choses qui peuvent se passer chez les autres...

 

_______________________________________________________________________________________________

 

 

Liste de livres. Ceux en caractère gras sont veux que je souhaite lire en premier lieu.

 

Éveiller, épanouir, encourager son enfant : La pédagogie Montessori à la maison - Tim Seldin
Tout se joue avant 6 ans - Fitzhugh Dodson
Le Jeune Enfant dans la civilisation moderne - Arnold Gesell
Bébé dis moi qui tu es - Philippe Grandsenne 
Transmettre l'amour, l'Art de bien éduquer - Paul Lemoine
J'ai tout essayé - Isabelle Filliozat

Concernant la psychologie :
Psychanalyse des contes de fées - Bruno Bettelheim

Concernant l'autorité :

Parents Efficaces - Thomas Gordon
L'autorité sans fessée - Edwige Antier
Poser des limites à son enfant et le respecter - Catherine Dumonteil-Kremer
La discipline positive - Jane Nelsen
Aimer sans tout permettre - Fitzhugh Dodson

Concernant les rivalités frères/soeurs :
Arrête d'embêter ton frère ! Et toi, laisse ta soeur tranquille ! - Isabelle Filliozat
Jalousies et rivalités entre frères et soeurs - Faber et Mazlich

 

 

Voir les commentaires

Un peu de mer, et beaucoup de mes Blonds

20 Juillet 2014, 11:54am

Publié par Alice

Je déconnecte. Au sens propre et figuré. Cette semaine j'ai terminé le grand rangement de mon bureau, vidé encore des tonnes de papiers. A la maison la table à langer est prête à partir pour la déchétterie et la salle de bains a été triée et vidée des affaires de bébé. Je continue mon opération "ne gardons que le nécessaire".

Les Blonds ont retrouvé leurs amis, il y a eu de sacrés prises de becs entre eux deux, entre eux et moi, entre eux et leur père mais au moins, lla paix semble revenue pour ce week-end seule avec eux (la pluie, que dis-je? le déluge en prime).

 

195ième jour de l'année. Lundi 14 juillet. Après avoir regardé en famille le défilé sur les Champs Elysées, avoir évoqué la Révolution, la guerre des tranchées et j'en passe, nous avons guetté le passage éclair de mon ancienne stagiaire aujourd'hui à l'Ecole de Police. On a juste aperçu son uniforme :/

Ensuite, c'est à la cueillette que nous nous sommes rendus, cette fois-ci pour une récolte plus généreuse.

195.jpg

 

196. Mardi. Opération confitures de fraises pour les cadeaux de fin de promo d'Ernest à la crèche.

196.jpg

197. Mercredi et merci DuneileaParis d'avoir réparé mon oubli. On m'a fait cadeau d'une superbe aquarelle. C'est vraiment notre Normandie, nos plages de la Côte d'Albâtre comme je les aime. Je suis très touchée ; il me tarde de l'encadrer.

197-copie-1.jpg

 

198. Jeudi. Il fait beau mais il y a beaucoup de vent. Octave, le Viking se baigne et nous dînons sur la plage et rentrons sous les hurlements.

198.jpg

 

199. Vendredi. Attention L'Epoux a ressorti son skate, m'eng***le parce qu'Ernest tombe et est habillé trop court, ses genoux ne sont que superposition de croûtes plus ou moins anciennes. Il nous bluffe par sa facilité à se mouvoir sur tout ce qui a des roulettes.

199.jpg

 

200 et 200 bis. Samedi. Le ciel est tour à tour gris noir et bleu. Tant pis, on prend les K-ways et on va se balader, nourrir les canards, jouer au parc et arriver trop tard à la bibliothèque alors fermée. Le temps s'étire. Une pluie de grêlons gros comme des balles de golf tombe alors que nous finissons de dîner tous les trois presque dans le noir. Après une moitié de Kirikou lovés dans le canapé, nous regardons Fort Boyard (et moi collée à mon téléphone, en mode Instagram).

 200

200BIS.jpg

 

201. Dimanche. Il pleut encore. L'orage gronde couci-couça. Personne n'a le courage d'aller à la boulangerie et acheter des pâtisseries du dimanche. Après la mousse au chocolat praliné cuisinée par Octave et moi hier, ce sera gâteau au yaourt vanille et décoration (écriture et dessins) pour les étiquettes des pots de confiture.

Le temps s'égrène et je sens l'heure de la sieste proche.

201.jpg

 

Que votre dimanche soit doux...

Et les récap' de la semaine ici

Voir les commentaires

Lectures hétérogènes de juillet

19 Juillet 2014, 07:21am

Publié par Alice

DSC02311.JPG

 

En ce début de juillet je suis allée piocher dans des genres bien différents.

 

Cassée de Frédérique DEGHELT (Actes Sud Junior). Lily, 14 ans, a un frère handicapé. C'est une jeune fille insouciante qui part en vacances avec son amie et les parents de celle-ci. Orgueilleuse, elle met au défi une jeune cavalière sans vraiment maîtriser le cheval et en tombe.

Lily se fracture le bras et découvre la douleur insoutenable, l'hôpital, la peur et la vulnérabilité. Cela la renvoie au handicap de son frère hémiplégique.

Cet accident c'est l'occasion pour l'héroïne de se décentrer, de découvrir ce qu'est l'empathie et de devenir plus grande et plus adulte.

 

Silhouette de Jean-Claude Mourvelat (Editions Scripto Gallimard Jeunesse) est un recueil de 9 + 1 nouvelles (détail qui aura son importance quand vous arriverez à la fin de l'ouvrage). Les personnages sont tous différents, à différents moments de leurs vies. Beaucoup d'humour noir ;  le lecteur découvre un événement précis qui changera la vie des personnages. Cela se lit vite et c'est un plaisir.

Il parait qu'il faut absolument lire d'autre ouvrages de cet auteur.

 

J'aurais pu ajouter dans le titre "et aussi érogène" concernant Vacances de rêve d'Ardem. Il s'agit d'un livre offert par Masse critique de Babelio que j'ai sélectionné sans avoir bien regardé de quoi il s'agissait. En fait de littérature érotique, il s'agit de "littérature pornographique" (ça se dit?). C'est une bande-dessinée dont je vous épargnerai les pages pour éviter que des obsédés rôdent dans les parages. Qu'en dire? Flo est une jeune femme qui se fait plaquer par son petit copain alors qu'elle est à l'hôtel en vacances. Elle est donc obligée de rembourser une somme qu'elle n'a pas ; et fait donc commerce de son corps avec grand plaisir pour honorer sa dette.

Par le biais de rencontres multiples, Flo découvre en quelques pages les pratiques sexuelles les plus communément pronographiques. Faut-il évoquer l'image de la femme sous le joug du martinet, du fouet, qui aime, réclame les insultes et la maltraitance. L'homme toujours surpuissant, décideur et pervers mène l'intrigue d'une Flo qui clôt l'album, satisfaite de se découvrir insatiable de sexualité débridée.

L'intrigue est contemporaine mais l'héroïne précise qu'en ce temps là le SIDA n'existait pas. Mouais. 

Les dessins sont ultra réalistes, le livre est caché haut dans la bibliothèque pour ne pas qu'il tombe entre toutes les mains. Par ailleurs les textes ne sont pas mal écrits, ils contrastent même plutôt avec le caractère crû des scènes de sexe, cela m'a surprise (mais bon je ne suis pas une habituée du genre).

 

En début de mois, j'avais lu de Sharon Maas La danse des paons (Flammarion, J'ai Lu) dont l'héroïne est Rita, fille d'un indien et d'une métisse décédée très précocément. Le récit raconte en grande majorité la jeunesse de Rita au Guyana, une enfant sauvageonne, vivant "dans sa bulle" , malmenée par sa belle-mère qui aspire à l'éduquer.

Qaund nait sa soeur, Isabelle, l'univers de Rita est chamboulé par cette relation fusionnelle et cet amour quasi inconditionnel. Un accident  qui a failli coûter la vie d'Isabelle entâche l'équité de leur relation et permettra à la tyrannie de la jeune soeur d'avoir libre cours.

Devenue adulte, la belle Isabelle devient celle à cause de qui Rita peine à se contruire avec confiance. La seconde partie du récit se situe en Inde où les deux soeurs partent sur les traces de leur famille. Une partie plus intéressant à mon goût.

 

C'est un roman de vacances, assez léger, agréable et facile à lire. Certaines d'entre vous m'avaient conseillé Noces indiennes, qui était le précédent roman de Sharon Maas.

En effet, les chapitres se succèdent au rythme des personnages qu'ils racontent : Savitri, fille de cuisinier, qui aime David, fils des maîtres anglais ; Nat, enfant adoptif d'un médecin blanc en Inde ; Et Saroj fille d'une famille aisée qui nourrit une haine tenace envers son père autoritaire qui souhaite la marier de force très jeune.

On suppose les liens entre les personnages au fil des chapitres. Ce roman est dépaysant et intéressant puisqu'il est question d'histoire et de traditions. En effet, il me semble meilleur que le précédent lu (je lis les derniers chapitres).

Pour les samedis lecture de Virginie B

Voir les commentaires

Happy entre deux cris

17 Juillet 2014, 20:08pm

Publié par Alice

couleur.jpgroulade.jpg

yoyo.jpg

 

Je vais être honnête avec vous : les vacances se passent bien mieux que ce que je craignais MAIS les enfants sont depuis mardi au centre de loisirs et à la crèche.

Je paie quand même ma tranquilité chèrement puisque le soir, c'est concours de hurlements et de caprices. Enfin Ernest prend de l'avance car dès le matin il braille. Aucune punition, aucune menace n'a d'effets: sauf celles de ne plus lui parler ni lui faire de câlins. Donc effet inversé: il me colle encore plus et me lâche encore moins.

Je cogite et recogite. L'humour et l'ignorance semblent quand même efficaces mais à quel prix (pour moi), alors que je rêverais de le coller dans le jardin toutes fenêtres et portes fermées pour ne plus entendre ses hurlements et menaces, parce que Petit Monsieur a une nouvelle lubie, me prévenir qu'il va me punir/frapper. Inutile de vours dire à quel point ça nous fait péter un plomb, mais je crois bien que c'est ce qu'il cherche.

 

Octave lui, hurle comme un nouveau-né quand je le laisse au centre de loisirs et hurle tout autant quand je le récupère, parce qu'il voudrait rester davantage. 

 

Et moi, si j'endure tout ça avec une abnégation qui ne me ressemble pas vraiment, c'est que je n'ai pas le choix, c'est que la journée, je fais ENFIN tout ce que j'avais prévu de faire depuis des lustres! Je déménage toutes les pièces de la maison, trie, vide, jette, retape avec une énergie de folie. Le matin je pars au boulot pour ranger/trier/vider et le midi je rentre pour faire la même chose.

 

Je me libère de ce sentiment d'étouffement et cela m'aide aussi à voir plus clair dans ma vie, à me projeter. Pour le moment, c'est un embryon de volonté mais il se pourrait que je prépare le CAPES interne de lettres modernes (comme une VAE) et le concours de Prof des écoles. Je ne me mets aucune pression mais je veux juste avancer un peu, je sens que c'est là, maintenant que quelque chose se passe, que ma vie doit/va bouger.

Comme cette maison en face de la nôtre, cette grande maison que nous visiterons début août, mûs par je ne sais quelle volonté ou quel hasard.

Voir les commentaires

De tout. De rien. De juillet.

15 Juillet 2014, 20:25pm

Publié par Alice

Et si j'avais eu une fille? Elle aurait porté de jolies couettes blondes. Je crois que j'aurais cherché une part de moi en elle. J'aurais tenté de (re)trouver la petite fille que j'étais et dont je me souviens si mal. Aucun danger pour le moment avec Monsieur Yaunemoto/yaunscooter ou Monsieur Pokemonattrapezlestous/Jeveuxjoueraujeuvideo.

Mon passage a la télé (et les différentes interviews papier) ont fait de moi l'héroïne de mon quartier (surtout chez les plus de 70ans): "Ho la la elle a des c****** votre femme""Bravo pour votre passage à la télé! vous étiez super""je l'ai dit à ma fille, que c'est vous qui êtes passée dans le journal, elle les connait les petits, la photo elle est dans le salon. Merci encore hein pour la carte (de voeux)""Han mais non elle sera pas au chômage. Ha bon? Un an? Ben je le dirai au maire, il verra ce qu'il peut faire pour elle" J'ai donc quelques mois de retard sur les échos et commérages du quartier. L'Epoux avait pris de l'avance.

Quoiqu'on en dise, quoiqu'on en pense, je peux affirmer à l'avant-veille de mes 40 étés, que je me situe dans la catégorie des bienveillants, des gentils. Chaque jour m'apporte ses cadeaux, et quelquefois c'est Noël et le gros bonhomme rouge peut prendre des apparences surprenantes. A qui sait ouvrir les yeux, à qui sait sourire et aimer, la Vie tend les bras. Vraiment. C'est bien une chose que je veux transmettre à mes Blonds.

Avec un mois de retard, je commence les cadeaux des dames de la crèche. Elles sont 7 donc il faut trouver des cadeaux (faits mains) à prix abordables. L'idée de départ est le panier gourmand (celui-ci coloré trouvé chez Casa 0,50 l'unité) dans lequel je remplis des pots de confiture maison (1 euro le petit pot à couvercle assorti chez Casa aussi), des financiers maison, des sucettes au bon chocolat fabriquées dans des moules à glaçons. J'aimerais ajouter de bons sachets de thé, jolis sucres, des petits sachets de bonbons. Je réfléchis, me balade dans les magasins, tente de mobiliser leurs petites mains. Et dans 15 jours on offre.

Hey les Bretonnes, nous aussi on a de sacrés beaux hortensias. La preuve, mon village natal et mon jardin.

Et vous, ça va?

 

a.jpg

b.jpg

c.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>