Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Cher Père Nöel,

30 Novembre 2015, 10:29am

Publié par Alice

Cher Père Nöel,

Existe-t-il une lettre parfaite, qui formule tous nos désirs, même les plus intimes et égoïstes? et surtout, toi, le Gros Barbu, nous entends--tu de tout là-haut? Toi dont on parle tant, toi qui fais rêver et qui permets, à la simple évocation de ton nom, de rendre sages les enfants les plus turbulents, nous exauceras-tu cette année?

J'aurais pu désirer des bijoux, des livres, ou que sais-je encore... mais cette année plus que jamais, rien ne me manque.

De Noël et du réveillon, je n'attends que les yeux émerveillés de mes Blonds quand le Père Noël s'approchera de la maison (il parait même cette année qu'il viendra peut-être sur un petit traineau, rempli de cadeaux, et tiré par un poney), je n'espère que l'insouciance de ces moments passés en famille, l'amour des miens, apaisés, heureux et repus de notre amour.

En revanche, vous vous en doutez, du côté des Blonds, malgré le fait que les réjouissances de leurs anniversaires s'achèvent à peine, ils ont des idées plein la tête. Les catalogues de jouets sont épluchés, découpés, collés. On négocie, réfléchit, soupèse chaque idée.

Ernest passe de l'ours en peluche grandeur nature à une panoplie de Hulk tandis qu'Octave, le non-jouets, lui y trouve son compte (sur le papier) ; quant au fait de prendre trois billes pour les faire avancer, on en reparlera en janvier !

Maripolmi a déjà terminé les achats, et pour la liste et le découpage, les enfants découvriront cela l'an prochain

AnneLaureT partage sa liste de Noel, une belle liste culturelle comme je les aime !

tOrtue évoque le casse-tête des listes quand ils sont grands, et cette folie commerciale

Ptisa ultra moderne a épinglé sa liste et celle de Violette sur Pinterest

MHF a déjà des idées pour ses grands garçons et cherche l'inspiration pour sa propre liste

Wondermômes prône le cadeau unique et sublime... la présence de sa maman.

Swettylux dévoile deux listes bien remplies: la sienne et celle de son fils.

DuneileaParis a l'esprit bien occupé par les 4 ans de sa petite à fêter, mais sa liste est bien inspirante !

Phenomene de Maud adresse une prière bien humaniste au Père Noël

Pilisi ne manque pas d'idées la concernant, mais en effet, le plus important est d'être entouré de ses proches

Zaza partage sa liste et je crois que je vais lui piquer des idées

MamieDany partage son joli décompte, et en attendant elle a pour mission d'envoyer les lettres au père Noel

J'ai pris un retard lamentable dans les mises à jour des lundis, n'ayant d'ailleurs même pas publié la semaine passée.

Et pour decembre?
7 décembre : sapin de Noël. Il est déjà en place? Artificiel ou pas?
14 decembre: Décorations : guirlandes lumineuses, bougies, boules, neige artificielle... À moins que ce ne soient celles de votre ville ou village dont vous voulez parler?
21 : Quels seront les Menus de vos fêtes? (foie gras, treize desserts, chapon...)
28 :Les traditions de fin d'année (familiales, locales, régionales, religieuses...)

Nous sommes toutes ici  et sinon bien sûr chez Zaza

Voir les commentaires

On n'en retiendra que l'essentiel

29 Novembre 2015, 16:27pm

Publié par Alice

Les semaines sont d'une rudesse inouïe, mais je garde le cap, les yeux rivés sur mes bonheurs quotidiens, nombreux et forts. Impossible donc de ne pas être de ce rendez-vous.

 

Lundi 23. Les cagoules sont de sortie, le froid nous surprend, et impossible de retrouver les gants.

On n'en retiendra que l'essentiel

Mardi 24. Un plaisir mélomane et amoureux prévu pour janvier.

On n'en retiendra que l'essentiel

Mercredi 25. Je suis parent élu suppléant; On a toutes notre trombine affichée devant l'école, et j'ai hésité entre une langue tirée ou un tendre duo.

On n'en retiendra que l'essentiel

Jeudi 26. Les retours d'école sont bourrés de câlins, de jeux ... et de devoirs.

On n'en retiendra que l'essentiel

Vendredi 27. Ce grand soleil au réveil, c'est peut-être la promesse de jours heureux?

On n'en retiendra que l'essentiel

Samedi 28. Ha la la... la respiration iodée qui fait du bien au petit matin. 

On n'en retiendra que l'essentiel

Dimanche 29. La tempête ! Nous avons tous dormi comme des bûches, la Yote a dormi dehors et cette étourderie nous a valu un réveil tardif. Quel bonheur !

Le programme de cet après-midi? travailler, lire, se câliner et paresser devant la cheminée.

On n'en retiendra que l'essentiel

Toutes les autres participations chez VirginieB, et demain je tente de me remettre à jour du lundi, on parlera liste de Nöel

Voir les commentaires

La place du cadet

26 Novembre 2015, 08:35am

Publié par Alice

La place du cadet

Je suis une aînée et instinctivement, il m'est plus facile de me mettre à place d'Octave, de comprendre ses agacements ou l'expression de sa jalousie.

Pour Ernest, tout a toujours été plus compliqué. Colérique, intolérant à la frustration, certaines heures de la journée s'apparentent encore à un cauchemar (vous savez, la tombée du jour, en fin de journée : hurlements, crise de nerfs...) tant que son estomac n'est pas rempli.

Qu'est-ce que l'on peut imputer à son caractère? à sa façon d'être et gérer ses émotions? et quelle responsabilité ont les relations fraternelles et la personnalité de son frère aîné?

Octave est un enfant facile et docile. Il est curieux, très vif intellectuellement, possède un vocabulaire très choisi et ses tournures de phrases sont souvent alambiquées (quel enfant de tout juste 7 ans s'exprime en utilisant le mot "cependant" ?). Et Ernest? il doit se construire seul, mais aussi par rapport / en opposition / en coopération avec son frère, ce qui ne semble manifestement pas simple.

Nous en rions souvent avec L'Epoux, mais force est de constater que notre second se montre réfractaire aux apprentissages. La maîtresse le dit lunaire, je le pense plutôt dans le besoin de maintenir l'attention constante de l'adulte : si elle lui donne un consigne et ne l'accompagne pas jusqu'à la fin de la tâche, il rêve. Si nous, nous lui donnons une consigne, il s'oppose. Systématiquement. Lui sait, pas nous. Donc impossible de jouer à un jeu de société dans les règles établies, de colorier un Père Noël en rouge...

Toutes les stratégies sont bonnes pour capter et retenir l'attention des adultes : le charme est son point fort, mais l'indifférence aussi a une bonne place si je suis dans les parages, nous avons, L'Epoux et moi, souvent la primeur de la colère. Malheureusement.

Nous accompagnons, écoutons, sommes médiateurs et quelquefois, on entend Octave se révolter contre ce petit frère qui crie, ce Blondinet qui revendique tout, tout le temps, et à qui on cède, oui, aussi peut-être plus régulièrement...

Voir les commentaires

La semaine Mes mecs Ma vie

22 Novembre 2015, 15:56pm

Publié par Alice

Dimanche 15, je tentais de retrouver mes marques, en famille et avec ma copine. L'Epoux s'apprêtait à partir pour une semaine et il allait bien nous manquer.

Nous sommes donc allés voir une conteuse à la médiathèque, Ernest était avec son super pote (et quasi jumeau, aussi bien par la date de naissance que par le physique).

La semaine Mes mecs Ma vie

Lundi 16. Seule avec mes Blonds, mon cher et tendre nous manque. Le rythme est dense...

La semaine Mes mecs Ma vie

Mardi 17. La bonne nouvelle de la semaine c'est cette sélection à Babelio pour donner mon avis sur le Prix du polar SNCF avec un roman et une BD !

La semaine Mes mecs Ma vie

Mercredi 18. Me voir (et surtout me lire dans le journal) c'est toujours la grande émotion! Le soleil a accompagné ma fin de journée...

La semaine Mes mecs Ma vie
La semaine Mes mecs Ma vie

Jeudi 19. Que de mésaventures avecc mon Ernest, même le pistolet n'a pas empêché l'ORL de pratiquer son acte... et de le voir pleurer, hurler...

Le soir c'est séance câlins 

La semaine Mes mecs Ma vie
La semaine Mes mecs Ma vie

Vendredi 20. Je retrouve L'Epoux à Paris. Presque 5 heures pour faire un trajet qui dure normalement 2 heures. Nous fêtons les 40 ans de mon amie de toujours, celle qui était déjà dans notre classe au collège.

La semaine Mes mecs Ma vie

Samedi 21. Le retour ! Grande joie des retrouvailles en famille, c'est bon d'être réunis.

La semaine Mes mecs Ma vie

Dimanche 22. Même si la matinée fut très mouvementée, jamais rien ne vaudra la paix que m'inspire ma famille. Elle est mon cap. Il y a des prises de conscience, des révélations qui replacent les essentiels et les priorités. 

La semaine Mes mecs Ma vie

Et toutes les autres participations chez VirginieB

Et à demain, à 4 ou 2 roues !

Voir les commentaires

Les mères

20 Novembre 2015, 09:27am

Publié par Alice

Les mères

Cette semaine, je crois me souvenir que dans un cauchemar (celui de lundi? ou mercredi? à moins qu'il ne s'agisse de celui de mardi) il était question de la mère des terroristes. Comment élever son enfant qui grandit dans la haine, loin des valeurs inculquées ouvéhiculées par la tradition, la morale ou même la religion? Comment, et par quel excès de misanthropie en arrive-ton à tuer de sang froid des personnes que l'on ne connait pas, des jeunes, des moins jeunes, des innocents, libres. Et comment l'accepter quand on est soi-même parent de ces monstres?

Et ces questions se mêlent en vrac depuis des jours et des jours dans ma tête et dans mes doigts, dans mes cauchemars et mes conversations.

J'ai envie d'évoquer le bonheur de retrouver ma maman, toute fragile mais réveillée, sortie de son statut de "Belle au bois dormant" qui m'a semblé durer des mois, de découvrir sa voix enrouée, de ne pas oser la serrer dans mes bras, elle si frêle. Mais le bonheur d'échanger à nouveau, de la lire, l'entendre, la voir. Ne pas pouvoir imaginer vivre sans elle et son amour...

Et puis, il y a aussi le cri de colère, d'injustice d'une mère dont l'enfant est encore privé autant de mots que d'école, la faute au système? à l'Education Nationale? quoiqu'on en dise, le handicap prive d'accès à la normalité sociale, quoi qu'on en pense, il s'agit de maltraitance.

Au milieu, je me débats avec ma propre maternité, mes agacements, mes envies de solitude et liberté, la dé-fusion avec Ernest qui chaque fois qu'elle avance, régresse de plus belle dans les jours qui suivent. La culpabilité qui se mêle aussi à tout ça, quand après un rendez-vous chez l'ORL l'oreille d'Ernest coule. C'est du sang (et c'est normal) mais je le pousse doucement dans sa classe pour qu'il rejoigne ses camarades et que je retrouve mes stagiaires qui passent leurs premiers oraux blancs. Comme devoir choisir. L'incompréhension du personnel de l'école. L'appel passé quelques heures plus tard pour venir le récupérer.

La sensation d'être oppressée par leurs cris, disputes et la responsablité que tout cet amour engendre ; paradoxalement, étrange ambivalence maternelle, ressentir le manque d'eux si vite.

Cette semaine, sans Epoux à la maison, j'ai encore une fois éprouvé une immense admiration pour les Maman Solo. Chaque nuit notre lit a été occupé par un tête blonde (et une boule de poils gris) et celle où j'ai enfin dormi, d'un sommeil réparateur, c'est celle où j'étais seule à la maison. Plus de 7 ans sans vivre cela et j'avoue que c'était excessivement bon, au milieu de cette tempête de stress divers.

Je crois sortir d'une période qui m'a fait prendre 10 ans en 10 jours. Il va falloir retrouver l'énergie de ma jeunesse, et peut-être aussi j'espère, celle de l'insouciance.

 

 

Voir les commentaires

Madame, j'ai peur

16 Novembre 2015, 20:33pm

Publié par Alice

Madame, j'ai peur

Toi qui as traversé l'Atlantique ou le continent africain pour avoir la chance de réussir une formation, d'obtenir un concours, qui as fait le sacrifice de quitter ta famille, tu m'avoues ta peur d'être si loin de tes proches, et si proche de cette gigantesque ville qu'est Paris, la fascinante.

Depuis quelques mois tu découvres la vie en métropole, tatonnes avec la liberté : partir en week-end, prendre le train, l'apéro, les copines d'internat, les petits copains aussi, mais ça, on ne m'en parle pas. Je ne suis "que ta prof".

Et pourtant ce matin tu m'as avoué avoir peur. Et j'ai vu dans tes yeux que si, hier, ceux Charlie Hebdo te semblaient loin de ton univers, toi qui étais en janvier entourée des tiens, à des milliers de kilomètres, et qu'après tout, ils allaient un peu loin dans leur irrespect, aujourd'hui, ce sont ceux qui te ressemblent, ceux qui te fascinent, ceux que tu seras aussi dans quelques mois, quelques années, qui sont morts.

A ton âge, on ne devrait pas avoir peur de mourir d'une rafale de balles à la terrasse d'un café, on ne devrait pas craindre de voir le sang qui suit le plaisir de danser, chanter, boire un verre. Et pourtant...

J'ai vu dans ton regard, dans ta jeunesse, mes enfants qui, dans 10, 15 ans me diront qu'ils iront assister à un concert, à Paris, avec leur bande de potes. J'ai vu ton angoisse se refléter dans mes propres yeux.

J'ai peur aussi, et je n'ai pas su te rassurer.

Je t'ai affirmé que l'on pouvait faire quelquechose collectivement. Qu'il fallait vivre, continuer à espérer, y croire. Que nous devions être unis. Que ta volonté d'être demain travailleur social ou flic te fera participer à la solution, que chacun d'entre nous, citoyens, avons entre nos mains.

C'est pas facile de grandir, et ça le saura d'autant moins dans ce monde violent et injuste... mais garde ta foi en l'humanité, crois  en Toi, en l'Autre. Protège-toi de ce fil continu d'informations, prends du recul, vis, espère et mobilise-toi pour participer au grand TOUT, dans toutes ces individualités de cultures, de couleurs, de religions que nous formons, nous Français !

Voir les commentaires

La petite laine qui fait du bien

16 Novembre 2015, 06:58am

Publié par Alice

La petite laine qui fait du bien

Un peu de douceur...

De la maille tricotée par ma grand-mère il y a plus de 25 ans, une écharpe en mohair qui s'enroule autour de mon cou, des chaussettes en lin ou polaire pour s'endormir plus facilement...

La laine je la porte au quotidien six mois sur douze, c'est l'avantage de vivre au Nord.

Autrefois j'ai tricoté aussi : des pulls trois trous, plus ou moins réussis, lourds comme du plomb, qui devaient très certainement tenir chaud aux Blonds, mais qui pas toujours esthétiques puisque les manches s'arrêtaient au milieu des avant-bras.

A présent j'aurais bien du mal à leur enfiler un pull fait main ou pas, parce que "ça pique! ça gratte!"...

Alors, faute d'écharpe au point mousse et au kilomètre, je m'imagine bien tenter le crochet et les couverture en petits carrés. Sauf que je n'y arrive pas! et je cherche une passeuse de savoirs patiente car les tutos sur Youtube ne me sont d'aucune aide.

 

Et vous alors la laine? au bout des aiguilles ou pas?

La semaine prochaine, chez Zaza (à qui je souhaite un excellent anniversaire !) et chez moi il sera question ce sera 2 ou 4 roues, au choix!

 

Voir les commentaires

La semaine au silence

15 Novembre 2015, 14:27pm

Publié par Alice

L'éloquence de mes silences.

Cette semaine les mots sont restés au fond de ma gorge, coincés entre les sanglots et étreints par l'angoisse. Au moment où l'étau commençait à relâcher sa prise, il y a eu le 13 novembre. Terrible vendredi 13. Et puis, une visite éprouvante à l'hôpital samedi.

Ce dimanche, il a fallu qu'il soit plus calme, alors il l'a été, et moi hébétée.

Lundi 9. L'oeil et l'oreille rivés à mon téléphone, attendant des nouvelles d'une opération importante, la séance de devoirs a été commune.

La semaine au silence
La semaine au silence

Mardi 10.  Je rentre tard, évidemment il fait nuit. J'ai fait le plein a la bibliothèque, aux grands maux les grands remèdes).

La semaine au silence
La semaine au silence

Mercredi 11. Les copines prennent le relais et se montrent présentes. Tant mieux, même si la balade en bord de mer n'est pas accompagnée par le soleil. Les cabines de plage sont désertées.

La semaine au silence
La semaine au silence

Jeudi 12. Entre celui qui ne quitte jamais son livre, La Iote qui n'en peut plus de ce Minion à la touffe de cheveux rebelle,  et ma glue qui profite de tous les moments en tête à tête pour se mettre à ma hauteur.

Nous sortons en famille pour un spectacle de cirque/acrobaties, Circus Incognitus. Les entendre rire à gorge déployée me grise.

La semaine au silence
La semaine au silence
La semaine au silence

Vendredi 13. Je viens de terminer un beau roman, mon pauvre Ernest a subi une visite compliquée chez l'ORL (s'il ne se fourrait pas des trucs dans le nez -perdus de vue depuis juillet - aussi...)

La semaine au silence
La semaine au silence
La semaine au silence

Samedi 14. Abasourdie, comme vous tous. Travail. Hôpital et fond de mon lit. Je lis.

La semaine au silence

Dimanche 15. Réveil aux aurores. Mais qu'est-ce qu'elle est chiante cette Iote ! L'Epoux gère et moi je travaille...

Encore un petit spectacle à la médiathèque pour la semaine du conte avec mon petit.

La semaine au silence

Bonne semaine à tous et toutes.

Prenez soin de vous, aimez-vous. Respectez-vous.

Les autres participations chez VirginieB et rendez-vous demain pour parler de laine !

 

Voir les commentaires

Le poids du silence

10 Novembre 2015, 20:39pm

Publié par Alice

Le poids du silence

L’oppression du bruit, des cris, des discussions, des "Madame!" "Madame?" ou des "Maman!" "Maman?", je connais, souvent trop bien. Sans répit de 6h30 du matin à 20h30, je m'en plains, je me sens souvent oppressée.

Pourtant, quelquefois, le silence peut être tout autant anxiogène et je le découvre. Alors que l'on voudrait partager une bonne nouvelle, une drôle d'anecdote et qu'on ne le peut pas, enfin pas avec la personne qui saura s'en réjouir ou s'en amuser...

J'ai la chance d'être entourée de ceux que j'aime, de n'avoir jamais manqué de leur présence. Je mesure vraiment mon privilège. 

Ce billet superbe m'a serré le coeur et aujourd'hui, je pense fort à Anuyka, même si mon post vous semblera mystérieux, l'inquiétude, l'attente et le manque me sont douloureux. Quand l'amour est infini et que chaque seconde qui passe loin de l'être aimé s'apparente à un supplice... il faut vivre malgré, vivre avec ou vivre sans.

 

 

Voir les commentaires

Des amies dans ma vie

9 Novembre 2015, 05:30am

Publié par Alice

Des amies dans ma vie

Que serais-je sans elles? Quelle chance d'avoir des personnes sur lesquelles compter, qui d'un sms me sauvent les soirées/journées, m'écoutent sagement, entendent et apaisent mes élans, prennent en charge mes Blonds, trouvent les mots doux, anticipent les périodes tendues, me font rire, m'encouragent sans cesse, viennent de loin pour me voir souffler mes 40 bougies...

Ma conception de l'amitié n'est pas formalisée ni rigide. Entendez par là que j'ai mis 7 ans avant d'entendre le son de la voix de Zaza, celle qui a été une des 5 premières personnes à qui j'ai annoncé que j'attendais Ernest.

Mon amie de toujours, que je connais depuis 28 ans, je ne la vois pas plus de 3 fois par an, et pourtant, au quotidien, mon coeur est rempli de son amitié.

Parfois, plusieurs semaines, voire plusieurs mois passent, avant que je partage un vrai moment avec mes amies quasi voisines.

Pourtant, c'est un peu enfantin, mais rencontrer Zaza c'est comme si enfin, notre amitié était validée aux yeux de tous, comme si nous entendre, nous voir, nous regarder rendait réel un sentiment pourtant concret.

 

Alors les amies, c'est quoi? celles sur qui on peut compter, les yeux fermés, sans contrepartie, ou encore celles que l'on aide sans rien attendre en retour. Je voudrais toujours faire davantage, et je voudrais qu'elles sachent que je serai là, inconditionnellement pour elles. J'ai le coeur vaste et je ne juge pas. Il n'y a pas de tensions ni conflits dans mes amitiés. Elles me portent tout autant que l'amour...

 

Vous l'avez compris, cette semaine, il est question de l'amitié,

et la semaine prochaine, chez Zaza, chez moi et chez vous, nous évoquerons la p'tite laine ! qu'elle soit au bout de vos aiguilles à tricoter ou à crocheter, ou alors autour de votre cou ou sur votre tête, est-ce que la pelote vous parle !

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 > >>