Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Les dernières tournées

31 Juillet 2012, 09:05am

Publié par Alice

DSC01489.JPGDSC01539.JPGDSC01538-copie-3.JPGDSC01534.JPG

 

Mariée par correspondance de Mark Kalesniko : il s'agit d'une belle BD. Un canadien se marie "sur catalogue" à une asiatique qui est bien plus indépendante que ce qu'il avait imaginé. Une belle histoire sur les relations homme/femme ce qu'on en attend, la confrontation entre l'image que l'on se fait des choses et la réalité.

La jambe gauche de Joey Strummer de Caryl Ferey: Mc Cash est presque un anti-héros. Il n'a pas de coeur, qu'un seul oeil en piteux état, refuse de soigner sa prothèse, ce qui met sa vie en danger et apprend qu'il est père. C'est un polar qui se laisse lire, mais j'ai toutefois regretté de ne pas connaître suffisamment le héros qui est un récurrent. L'intrigue m'a semblé vite ficelée, souvent un peu grossière et peu réaliste. Bref, je suis un peu déçue par ce roman de Caryl Ferey.

La répudiée d'Eliette Abécassis: Rachel a épousé Nathan il y a dix ans. Ils n'ont pas eu d'enfant et selon la loi du Talmud, l'homme doit répudier sa femme si elle ne lui a pas offert de descendance passées ces dix années. C'est par le biais d'un récit épuré que l'on pénètre dans les l'univers ultra-orthodoxe de ces deux personnages. Il s'agit d'un récit bien trop didactique à mon goût et je suis passé "à côté" du personnage de Rachel et de sa souffrance.

Thérapie de Sebastian Fitzek: Viktor Larenz, célèbre psychiatre voit sa vie basculer le jour où sa fille Josy disparaît alors qu'elle souffrait de maux inexpliqués. Une femme, Anna, écrivain vient à sa rencontre et prétend être schizophrène et avoir des hallucinations : les personnages de ses romans prennent vie sous ses yeux. Viktor reconnaît dans ses récits l'histoire de sa fille... Ce roman m' a semblé très "tiré par les cheveux". L'intrigue telle qu'elle se noue est intéressante et vraiment bien ficelée mais progressivement, et surtout dans les 20 dernières pages, j'ai eu l'impression de visualiser un film à suspens dans lequel le héros n'est jamais vraiment mort et par de grossiers subterfuges il revient à lui...

Et vous, que lisez -vous (de passionnant) en ce moment?

Voir les commentaires

Télégramme de fin de semaine

29 Juillet 2012, 19:44pm

Publié par Alice

Une semaine seule avec les enfants.

J'avais prévu de laisser le Poupon à la crèche mais un Poupon malade est un Poupon à la maison. Faire baisser la fièvre en pleine canicule, c'est pas l'idéal. 

J'ai cru toucher du doigt le burn-out parce que les anti-inflammatoires ont des effets excitants redoutables. Je ne suis pas faite pour le 24/24 avec deux enfants en bas âge, je dois le confesser (même s'ils peuvent sembler angéliques). J'ai eu peur pour ma santé mentale l'espace de quelques heures. Et pourtant... va bien falloir que j'y arrive en renonçant au rangement/à la peinture/à la prépa de cours/à la couture/à la décoration. 

Dans 10 ans je pleurerais car aucun des deux voudra rester avec sa vieille mère!

DSC01484.JPG

Certains matins je fais vite, trop vite et pour ne pas faire compliqué, je fais "pareil".

DSC01532-001.JPG

Le Petit s'émancipe, cherche à se lever, y parvient.

Alerte rouge, on planque tout, tout le temps.

L'Epoux le surnomme "sticky fingers" ou le "Poupon aux doigts de ventouse". 

Voir les commentaires

Découvrir l'incarcération (part.1)

28 Juillet 2012, 09:00am

Publié par Alice

 DSC01490-copie-2

Non je n'ai pas piqué le sac à main d'une mamie dans la rue ni détourné de l'argent public, j'ai simplement lu un livre et visité une maison d'arrêt.

Depuis j'y pense sans cesse et me questionne sur ce que j'ai vu/lu/entendu/ressenti. En fait, voilà, tout n'est évidemment pas si manichéen: les surveillants ne sont pas des tortionnaires, les prisonniers des bandits et les prisons des lieux d'insalubrité.

Dans la peau d'un maton d'Arthur FRAYER, c'est l'histoire d'un journaliste tout juste diplômé intrigué par le milieu carcéral, et dépité de ne pouvoir y entrer en tant que journaliste. Il décide donc de passer le concours de surveillant pénitentiaire, le réussit et intégre l'ENAP (Ecole Nationale d'Administration Pénitentiaire) pour y suivre la formation, formation qui comprend des périodes de stage en prison.

Ce que j'ai aimé c'est qu'au début du récit, le journaliste se sent vraiment "à part", différent de ce monde de brutes. Puis petit à petit lui même découvre que finalement, la violence n'est pas uniquement du côté des "matons", que la frontière entre le bien est le mal est biaisée par un tas de codes, procédures, mesures de sécurité.

Chacun a un intérêt qui met en jeu celui de l'autre: les surveillants doivent penser "SECURITE", la leur, celle de leur lieu de travail et des prisonniers à chaque geste effectué, tandis que ceux qui sont derrière les barreaux penseront chaque seconde à leur intérêt, à ce qu'ils peuvent gagner en miettes de dignité et de "confort".

Le témoignage est très réaliste, évite les prises de position justement très moralistes ou humanistes. Arthur FRAYER s'interroge en tant qu'être humain sur ce qu'il peut entendre, voir, faire: la fouille et le fait de demander aux détenus de se déshabiller lui est intolérable. 

Ce qu'il livre aussi, ce sont les conditions de travail d'un surveillant qui sont difficiles: la fatigue des rythmes (matin/nuit/soir) use, la tension et la cadence à laquelle il faut effectuer des gestes, qui, même banals (distribution des repas), sont importants car ils sont pour les détenus une des quelques occasions quotidiennes de communiquer avec l'administration et de lui soumettre des requêtes.  Les salaires qu'on peut estimer confortables (un peu moins de 2000 euros) sont autant d'heures supplémentaires effectuées, de nuits travaillées, de risques pris à cause de la surcharge de travail.

J'aurais toutefois aimé une seconde partie, avec une analyse plus personnelle, en lien avec les débats d'actualité (l'OIP, l'Observatoire International des Prisons) qui dénoncent les conditions d'incarcération, les grèves et revendications des personnels de la pénitentiaire. J'aurais aussi aimé qu'Arthur FRAYER, un des rares à publier un récit sur ce sujet, "creuse" un peu son sujet, évoque la loi Pénitentiaire de 2009 (lorsque R. Dati était garde des Sceaux) qui a remis les conditions de détention au centre des préoccupations, ou qu'il réfléchisse à des ébauches de solutions, réponses.

Ce récit est très personnel, les parenthèses amoureuses concernant Gaëlle, sa conjointe semblent un peu hors-sujet mais peut-être faut il que, pour "tenir" l'objectif qui est le sien, il ancre son récit aussi dans sa vie réelle, celle dans laquelle "il ne joue pas le rôle d'un maton".

Etant donné la longueur de ce post et le peu de temps au calme dont je dispose, je rédigerai un autre post (qui s'intitulera "Découvrir l'incarcération, part. 2" à propos de la visite que j'ai effectuée dans une maison d'arrêt.

 

Voir les commentaires

Merci les Nounous !

26 Juillet 2012, 08:18am

Publié par Alice

Chaque fin d'année, avant que les enfants se séparent pour un mois de la crèche, nous offrons un petit cadeau à chacune des Nounous. Elles sont 7 à se relayer donc dès juin je commence à me creuser la tête pour leur offrir quelque chose à demi "fait maison", peu onéreux et joli.

Cette année, j'ai investi dans du plastique "fou": des feuilles A4 sur lesquelles on dessine, que l'on passe au four afin qu'elles réduisent (au 1/7ème) et durcissent afin de les transformer en bijoux, porte-clés, pendentifs ou y coller des aimants pour en faire des magnets, ce que nous avons fait.

DSC01256.JPG

J'ai ensuite acheté 7 petites trousses dans lesquelles j'ai glissé deux bonbons, un aimant "home made", des empreintes de petits et moyens pieds, et un bain moussant effervescent.

DSC01479.JPG

Le dernier cadeau est pour la Dame de la Crèche qui a été la première référente des deux enfants et qui change de lieu de travail. J'ai acheté un cadre à 5 emplacements et tenté de faire pauser les enfants avec les 5 lettres composant le mot "MERCI", ce qui n'a pas été une chose aisée...

hm.jpg

 

Et vous, vous bidouillez pour offrir un cadeau aux Nounous? (on peut s'échanger des idées...)

Voir les commentaires

Habiller mon tee-shirt blanc

23 Juillet 2012, 22:00pm

Publié par Alice

FL3.jpgFL4.jpgfL-.jpgFL2.jpg

 

Même si je ne travaille pas, même si mes tee-shirts sont inévitablement barbouillés de bave/régurgitations/traces de petits doigts sales, je n'ai pas du tout envie de passer deux mois habillée comme un sac.

Miracle, je rentre encore dans mes vêtements d'été d'avant grossesse (même si le bourrelet disgracieux au niveau du ventre est encore présent, et que la cellulite accumulée aux cuisses m'interdit de porter des jupes au-delà du genou, et que mes seins n'ont toujours pas "dégonflé"...).

Alors, pour détourner mon attention de mes points très faibles, et pour me sentir quand même apprêtée, je tente de jongler sur les accessoires. La grosse fleur habille parfaitement les tenues les plus fades et cache ma trop généreuse poitrine : une noire, une violette et ça fait un effet terrible (enfin c'est mon ressenti).

Et vous, vous avez des "trucs" pour habiller la tenue la plus banale?

Voir les commentaires

Inspirations - Expirations

23 Juillet 2012, 20:52pm

Publié par Alice

PL1.jpg

Crevettes, nous voilà!

PL2.jpg

4, tel est notre maigre butin

PL3.jpg

Empreintes de mouettes/ Empreintes de Pouic

PL4.jpg

Ecriture sur sable

 

PL5.jpg

Marée basse et bouée échouée

PL7.jpg

Croire en l'éternité alors que...

 

Un lundi pas comme les autres, et c'est tant mieux!

Voir les commentaires

La vie autrement

22 Juillet 2012, 20:16pm

Publié par Alice

Enfin il est arrivé.

Le soleil est là et la vie est différente, les énergies reviennent, nous vivons dehors et profitons enfin des couleurs, lumières et jardins.

DIM1.jpg

J'ai enfin trouvé le courage de faire couper les longues mèches blanches/blondes de mon Pouic,

et hop! tout le monde la raie sur le côté (y compris la Mamie)

 

DIM2.jpg

Voici ce que donne un cliché pris par un gourmand de 3 ans et demi,

 

DIM4.jpg

Un Poupon qui profite avec bonheur des histoires racontées par sa Mamie

 

DIM5.jpg

Des accessoires et des canards qui n'attendent plus que nous!

 

DIM7.jpg

Des siestes en poussette pour BB et des cuisses enfin sorties pour moi (beurk),

 

DIM8.jpg

Et enfin un jardin tout en couleur que l'on peut admirer les pieds dans l'herbe..

 

* Et chez vous, on vit la vie autrement sous le soleil? *

Voir les commentaires

Noeud, la nouvelle marotte

21 Juillet 2012, 08:16am

Publié par Alice

DSC01367.JPG

DSC01372.JPG

 

Fin de soldes.

Sans avoir dépensé mon billet de 10 euros, j'ai trouvé deux chouettes articles.

Et le Poupon retrouve son énergie.

Yippee!

Voir les commentaires

Ouvrir l'oeil

20 Juillet 2012, 11:14am

Publié par Alice

Je suis encore fidèle au rendez-vous de Zaza et Magda, le thème est si proche de mon quotidien que je n'ai pas résisté, il s'agit des "yeux".

OEIL.jpg

Depuis trois jours, en effet, je n'ai pas fermé l'oeil plus de 1h30 d'affilée.

Poupon malade: rhino, otite, fièvre et arrivée de Quenotte numéro 1. Le nez bouché lui arrache des pleurs pendant son sommeil qui provoquent des quintes des toux et gorge sèche qui elles-mêmes provoquent des hurlements stridents quasi inconsolables avant qu'on en comprenne la cause (et donc en trouve la solution très temporaire).

Le nez semble se déboucher enfin ce matin. Je n'ai toujours pas accès à cette quenotte que j'ai vue une fois mais qui m'a tirée une larme d'émotion.

Cette nuit encore, quand nous n'avons pas fait chambre commune, nous avons fait lit commun. Le Poupon d'habitude si rieur, ronchonne et pleure beaucoup; La Maman marche au radar mais doit continuer à assurer (comme toutes les Mamans) mais pas sur tous les fronts puisque je ne parviens pas à trouver le temps de m'installer sur le canapé pour allumer mon ordinateur.

Bref, JE VEUX DORMIR !

Voir les commentaires

Le laisser faire

16 Juillet 2012, 20:13pm

Publié par Alice

Mon fils grandit (l'autre aussi d'ailleurs) et son rapport à l'autorité également. 

Même si le Pouic reste un petit garçon obéissant, quelquefois l'excitation, l'énergie et même l'envie l'emportent sur les ordres de sa Maman. 

C'est fou comme on n'est pas vraiment préparés à ça: A la désobéissance. 

Ces derniers temps, si je lui disais "Non, tu n'as pas le droit" il le faisait et partait en courant. Il a fallu que je marque le coup assez abruptement pour qu'il comprenne qu'on ne désobéit pas ainsi, qu'il est des interdictions qui visent à le protéger.

Mais je me souviens aussi à quel point parvenir à déroger aux règles permet aussi de se sentir valorisé, se sentir "grand". Alors quelquefois, je le laisse me convaincre, je cède à mi-chemin, nous trouvons un compromis commun. C'est aussi pour lui l'occasion de marquer sa différence par rapport à son petit frère à qui nous disons "Non" sans négociation possible (lorsqu'il nous arrache les cheveux/lunettes, qu'il tire les feuilles des plantes pour les avaler).

J'aime aussi le laisser faire, ne pas le reprendre sans cesse : "Assieds-toi", "mange avec tes couverts", "ne chante pas à table", "laisser Papa finir de me parler s'il te plaît", "ne crie pas", ne saute pas", "attention, tu vas tomber", "mets tes chaussons", "range tes jouets", "laisse ton frère, tu vas lui faire mal", "arrête, c'est dangereux", "-Va te laver les mains -Pourquoi? -Tu as touché à quoi? à la porte, essuyé la voiture avec tes poings, ramassé des cailloux par terre, etc."

Je me fatigue à lui dire ce qu'il faut faire ou non et je me fais horreur si je prends la peine de m'écouter. Alors oui, quelquefois, je change les règles et lâche prise pour qu'il ait aussi un sentiment de liberté. Il y a des espaces où les codes changent: plateau pique-nique (avec plein de mini-portions) devant un dessin animé le dimanche quand Papa travaille, lire des histoires à son frère qui "squatte" sur le lit du grand et l'embrasser à sa guise, chanter à tue-tête dans sa chambre.

OC

Trouver le juste équilibre entre laxisme et sévérité n'est pas tous les jours une évidence...

Voir les commentaires

1 2 3 > >>