Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Me, myself and my kitchen

30 Mars 2012, 05:05am

Publié par Alice

mmi-copie-2.jpg

 

Cette semaine, le thème est "cuisine"!

Et dans notre cuisine, on y est tous (en photos, en faire-part, en chair et os)

même s'il s'agit des auto-portraits du vendredi pour Magda et Zaza.

Voir les commentaires

Passer du sein à la carotte ou diversifier l'alimentation.

29 Mars 2012, 07:54am

Publié par Alice

w.jpg

Ernest, 4 mois et demi, mangeur de Winnie

 

Il y a trois ans, je devais retarder le moment d'introduire les légumes et fruits dans l'alimentation de mon fils: pas avant 6 mois pour prévenir tout risque d'allergie.

Aujourd'hui, pour mon poupon, je dois débuter la diversification dès 4 mois et qu'elle soit totalement effective (fruits et légumes) à 6 mois. Pour les mêmes raisons. J'ai confiance en mon pédiatre mais je me ris de ses recommandations... Bien sur, j'ai écouté quand même, en mère bien facilement impressionnable mais surtout parce que je ne parvenais pas à lui faire accepter autre chose que mon lait. 

Dès qu'il sentait arriver le biberon de lait en poudre (des 7 laits en poudre différents essayés) il faisait une moue écoeurée et tournait la tête, prêt à vomir si on insistait. D'après le pédiatre, nous avions trop essayé, il savait qu'il "gagnait" à tous les coups puisque j'arrivais assez rapidement, dans la mesure du possible, pour l'allaiter. Il fallait qu'il cède, affamé. Impossible à concevoir de le forcer à accepter en le laissant hurler des heures. La résignation violente n'est pas une des valeurs éducatives que nous prônons.

Je n'ai pas renoncé à tenter tous les laits différents. Il aimait ceux aromatisés aux céréales mais je n'avais pas envie de lui en donner. C'était donc bien une question de goût. Et en effet, le lait liquide, en brique a été le seul accepté au premier essai même s'il en boit toujours moins que lorsque j'apporte mon lait à la crèche.

A la maison, j'allaite et quand je ne suis pas là, il boit au biberon. Cette solution semble parfaitement nous convenir à tous les deux.

Concernant les légumes, encore une fois, je suis vigilante. Je regarde scrupuleusement les étiquettes car je veux que mon fils mange ce que je suis capable de lui préparer: pas de composition avec plus de deux ingrédients et je préfère éviter les pommes de terre qui écrasent les goûts et les affadissent (et on ne peut pas dire que le Poupon ait vraiment besoin de féculents... on va attendre un peu) ou de la semoule de riz ( marque Naturnes). J'achète donc les marques qui mélangent simplement le légume et l'eau de cuisson et là, je vous assure, l'offre n'est pas si variée!

La marque Babybio ou Hipp mélangent différents légumes sans trop d'ajouts et offrent une gamme assez diversifiée:panais, carotte, légumes verts, jardinière de légumes... Quelques légumes sont conservés tels quels (carotte) pour Nestlé. En revanche, une marque que je n'achèterai jamais est Blédina: quand on ouvre le pot, tout est comme gélifié, ça fait des grumeaux quand on mélange et la composition est complètement artificielle (ajout d'amidon transformé de maïs, huiles végétales (colza et tournesol), vitamines pour le pot présenté comme "artichaut" qui ne contient que 25,2% de ce légume!!!- quant au pot "poireau pomme de terre": 15% de poireaux, 34 de pommes de terre, oignon, lait écrémé reconstitué, amidon tranformé de maïs, crème, huiles végétales, arôme, vitamines). Une tambouille que je suis incapable de réaliser et bien loin de la vraie saveur des légumes!

Ce que je préfère tout de même c'est préparer moi même mes plats pour bébé (et le Pouic puisque j'en fais ainsi de plus grandes quantités) avec des légumes bio. Qu'on ne me parle pas du prix car en si petites quantités les petits pots, que Le Poupon ne termine pas encore, me coûtent plus cher que le kilo de carottes ou d'épinards dont je peux congeler la purée restante. J'ai d'ailleurs acheté chez Bambinou des Baby cubes pour stocker et congeler, je trouve le concept hyper pratique, hygiénique et esthétique quand il sont remplis de différentes couleurs!

DSC00005.JPGDSC00006.JPG

 

Je ne suis pas une obsédée de l'alimentation bio, mais force est de constater que le contenu des petits pots pour bébé est bien plus naturel que n'importe quelle autre marque, aussi "naturel" qu'en soit son slogan...

 

Voir les commentaires

Reprendre du neurone

27 Mars 2012, 20:22pm

Publié par Alice

DSC00336.JPG

 

Des mois à vivre d'émotions et de sensations. Peu de concentration intellectuelle ou plutôt beaucoup de tentatives écourtées.

Cette semaine, comme tout semble se caler (nuits, siestes, crèche), je peux anticiper ma reprise en préparant des cours, prenant même de l'avance sur des corrections. Et cela me fait du bien! Chaque jour, l'envie de transmettre, de réfléchir "utile" se fait plus vive. 

Je retrouve l'envie d'aller travailler: vivre des moments hors de la maison, hors de la maternité et de mon statut de maman. Avoir des interactions plus nombreuses, plus variées et régulières que celles de mon quotidien.

J'ai également hâte de retrouver mes poussins après une journée loin d'eux. Les tétées ne m'ont jamais semblé aussi intenses, aussi câlinantes et complices. Le Pouic est fier de déposer son petit frère le matin, donnant les consignes aux "dames de la crèche" ("mon frère il faut qu'il dorme parce que sinon il pleure" "et il mange des carottes et des épinards" "et des fois des biberons"); je me suis vue dans un miroir grossissant avec mes consignes/conseils qui ont pour seul but inavoué de retarder le moment de le quitter.

Même si ces 5 mois sans aller travailler ont défilé à grande vitesse malgré mes lamentations, je crois que le statut de maman à la maison ne m'épanouit pas totalement. J'ai besoin de prendre du recul, un petit peu de distance pour mieux savourer les moments à 2, 3 ou 4 même si je suis quasi certaine de verser ma larme en les quittant lundi matin!

Voir les commentaires

Un legging? oui ... pour le Poupon!

26 Mars 2012, 19:11pm

Publié par Alice

Durant mes derniers mois de grossesse, j'ai quelquefois porté des leggings pour sortir de la maison mais, chaque fois j'avais l'impression de sortir de la maison en pyjama.

Trop de gras, sans aucun doute, une chose est certaine, ça ne me va pas!

En revanche, si JAMAIS je n'ai enfilé de survêtement à mes bébés, j'avoue que je peine un peu à habiller le Poupon car je suis obligée à présent de le contorsionner pour le faire rentrer dans son jean, pauvre Poussin, que la taille 6 mois est trop courte et étroite tandis que le 12 mois est trop long. Et moi, voir un gamin qui semble coincé dans son pantalon ou nager dedans, ça me fait mal pour lui surtout qu'il ne manque pas de vêtements.

J'ai donc trouvé la solution pour mon Poupon: le legging/sarouel ou le pantalon "moulant". Il bouge comme il veut, moi ses cuissots me font tant saliver que je ne résiste pas à l'envie d'y déposer un baiser qui chatouille. Alors évidemment, il arrive fréquemment que je l'habille au rayon fille car si le legging est "bébé fille", mais le sarouel a l'avantage d'être porté de la même manière que le précédent (parce que Poupon rond) et d'être acheté au rayon "bébé garçon".

J'ai donc trouvé chez Bambinou un sarouel couleur éléphant super craquant de la marque Pinjarra. Comme toutes les marques de vêtements vendues chez Bambinou, c'est 100%bio, équitable et la marque n'a, éthiquement, rien sur la conscience (et donc moi un peu moins!).

D'ailleurs j'en profite pour vous dire que la marque La queue du chat y est en promo et que les modèles sont craquants.

 

Voici donc mon modèle Poupon sur sa peau de bête, confortablement installé pour sa gymnastique

DSC00322.JPGDSC00318.JPG

DSC00317.JPGDSC00319.JPG

En plus la couleur "chocolat" est assortie à ses cheveux châtains/roux/blonds.

Bref, merci Bambinou.

Voir les commentaires

Dernière semaine

26 Mars 2012, 07:38am

Publié par Alice

eux.jpg

Dernière semaine de ce temps si éprouvant/éphémère/magique avant de reprendre le chemin du boulot.

Dès aujourd'hui, nous sommes en répétition générale pour l'organisation du matin et le Poupon semble aussi avoir intégré l'enjeu : il nous a offert une nuit convenable avec un seul réveil à 1h sans hurlements pour dormir dans notre lit.

Le temps au beau fixe, malgré un vent d'est bien frais, nous permet d'avoir une semaine printanière qui ravit les coeurs.

Le problème du lait est résolu même si mes seins ressemblent à des pastèques et je tente de les camoufler tant bien que mal: après avoir testé 7 laits en poudre différents, le lait liquide en brique Guigoz, sur lequel je plaçais mes derniers espoirs a été avalé presque goulûment à la crèche, chez mamie ou avec papa. Je respire à nouveau car je ne voulais pas reprendre en tirant mon lait à chaque minute disponible, sachant qu'en plus je ne pouvais pas le faire sur mon lieu de travail.

Je vais pouvoir commencer à me détendre sérieusement une petite semaine avant de reprendre.

oc.jpg

Voir les commentaires

Me, myself and The Poupon

23 Mars 2012, 06:00am

Publié par Alice

mm.jpg

Encore une participation pour Magda et Zaza,

Le thème : "blanc"!

C'est donc dans le lit parental que me voici, avec ma petite excroissance que je promène quelques heures par jour

au sein, sur la hanche, sur le ventre, posé sur mon épaule ou niché au creux de mon bras...

et jour et nuit :-/


Voir les commentaires

Touches de rouge

21 Mars 2012, 19:44pm

Publié par Alice

Mars-2012.jpg

* Mon slim pour Zaza *

* Rayures rouges sur rayures marines * 

* Nappes à étoiles rouges et bouquet tulipes/roses inattendu *

* Chaussons Collégien qui annoncent nos vacances d'été *

* Cours de plongée dans la baignoire avec moustache de chocolat *

* Des pieds au cou, du rouge *

 

Ca sent vraiment le printemps par ici !

Et chez vous? 

Voir les commentaires

Si dérisoire...

20 Mars 2012, 07:55am

Publié par Alice

C

 

Je regarde ce matin la Une de Libération et j'ai froid dans le dos. La semaine passée, c'est l'accident d'autocar qui me laissait horrifiée, sans parler des trois soeurs happées par la vitesse des voitures sur une autoroute.

Il est des drames qui collent aux neurones, qui nous rappellent que la douleur est universelle, qui nous donnent envie de tenir des mains, sécher des larmes, effacer les faits.

Tout semble si dérisoire alors, ces petits tracas du quotidien qui nous occupent pourtant 20 heures sur 24. 

Et tout va bien : nicher son nez dans le cou de mon Poupon, tenir la main de mon Pouic. Un époux, des enfants, des parents en pleine santé.

L'urgence de profiter de l'instant présent, tout est si fragile, la vie si éphémère.

Voilà, ce n'est pas un billet triste ni plein de culpabilité même si ça pourrait y ressembler; j'avais juste une fois envie de me décentrer du nombril de mes enfants parce que les mots m'ont manqué durant ces derniers jours,envahie par la compassion.

 

 

Voir les commentaires

Gourmands de mère en fils

17 Mars 2012, 08:03am

Publié par Alice

Dans ma cuisine, il y a de la vie, des disputes à table, du rire et des gourmandises.

POLA.jpg

 

Bientôt nous serons 4 à table et le Pouic n'est pas encore prêt à laisser sa chaise haute à son frère (message subliminal pour LMO). Le Poupon, quant à lui, devient fou quand il voit la cuillère approcher de sa bouche, pleure si nous posons ailleurs que devant lui son plat, tente de nous attraper les mains (et donc fait tout tomber) pour aller plus vite.

Lorsque nous sommes à table, impossible pour lui d'être à un mètre de nous: il doit participer et je ne résiste pas à ses appels pour le mettre sur mes genoux.

Je crois (enfin je suis même certaine) que mon Poupon est gourmand, LMO. S'il pouvait l'être de lait en poudre ça m'arrangerait mais bon...

Quant à mon Pouic, comme beaucoup d'enfants, c'est toujours meilleur chez les autres qu'à la maison! Il semble manger de tout à la cantine mais quand c'est maman qui prépare, c'est jamais tentant (sauf les coquillettes).

Alors, quelle surprise quand l'autre soir j'ai voulu sauver de la poubelle un rouleau de pâte feuilletée pour en faire des chaussons au pommes et qu'il a tout dévoré (et a même refusé celui que sa mamie lui a acheté au prétexte qu'il était trop gros par rapport à ceux de maman).

Rien de plus facile et réalisable à 2 grandes et 2 petites mains:

Un rouleau de pâte feuilletée coupé en ronds,

4 pommes cuites à la vapeur avec de la canelle rapée et un sachet de sucre vanillé.

Mettre une cuillère à café de compote dans chaque pièce de pâte, bien fermer les bords.

Laisser cuire 20minutes à 180°c.

 

DSC00003.JPG

 

DSC00007.JPG

 

Pensant me les manger toute seule sur quelques jours, je n'avais pas mis la petite touche finale, c'est-à-dire le jaune d'oeuf étalé sur le dessus et des dessins réalisés au couteau, mais gustativement le résultat était validé par nous trois (ce qui demeure assez exceptionnel pour être souligné LMO).

Voir les commentaires

Chronique de la discrimination ordinaire

16 Mars 2012, 19:12pm

Publié par Alice

Chronique de la discrimination ordinaire, de V. Edin et S. Hammouche

ch.jpg

 

Quatrième de couverture:

Cette Chronique est la première radiographie systématique des discriminations par type (genre, âge, origine ethnique ou géographique...), par domaine (études, emploi, santé, logement, loisirs...) et par nature (systémique, directe ou indirecte). Elle résulte du croisement d'enquêtes de terrain, d'études de cabinet de conseils et de données statistiques officielles lorsqu'elles existent, car il faut compter avec le refus, aveuglément drapé dans le principe de l'égalité républicaine, d'établir des données chiffrées et ciblées sur ce sujet. Faute d'une possible saisie globale, la question de la discrimination se limite souvent, pour le citoyen, à l'aspect qui lui est plus familier - par exemple l'âge ou l'origine ethnique, le lieu de résidence ou le genre -, au détriment des autres types concrets et quotidiens qui frappent un nombre considérable d'individus (jusqu'à 70 % si l'on pose que l'ensemble des femmes est victime de discriminations). Parce qu'ils n'apparaissent habituellement que fragmentairement, ces manquements permanents à l'égalité républicaine sont en réalité désormais constitutifs de notre vision de la société. Cette Chronique n'a d'autre fin que de nous rendre intolérables les violences sociales que sont les discriminations ordinaires dans les domaines du droit et de la pleine citoyenneté - l'éducation, la santé, l'emploi ou le logement -, et de montrer, à partir de cas concrets, comment entreprendre de les combattre.

 

Cette étude se compose de trois parties: 

1/ Portraits de citoyens français;

Il y en a 6, chacun avec des parcours bien différents et il est essentiellement question d'accès à l'emploi. Loin de la caricature, ils permettent de prendre conscience que ce que l'on pourrait, malheureusement, trouver "normal" n'est qu'une forme de discrimination. Ces parcours d'hommes et de femmes sont entrecoupés de précisions chiffrées dont les sources sont données en fin d'ouvrage, ces références servent la démonstration.

"sa mère effectuait la très large majorité des tâches domestiques [qui demeurent en 2010 à 80% réalisées par des femmes ]"

 

2/ Inégalités ET discriminations / Inégalités OU discriminations

Encore une fois l'argumentaire est vraiment clair, divisant les différents types de discriminations: grossesse, âgisme, cv, religion, médias etc.

Des études, des chiffres viennent remettre en cause et évaluer le bien fondé de mesures telles que le CV anonyme, la HALDE (aujourd'hui défenseur des droits), les ZEP et la carte scolaire, médias et CSA. Un chapitre intéressant

 

3/ Restaurer l'égalité des chances

Dans cette partie, il est question d'immigration: de toutes les idées préconçues que les médias et la société ont pu véhiculer, notamment lors des émeutes dans les banlieues où les raccourcis étaient "faciles". Les auteurs avancent des chiffres notamment sur le nombre d'immigrés, les évaluent au regard des autres pays européens. 

Ensuite, les réflexions mènent aux propositions: économiques, éducatives, politiques, citoyennes. Encore une fois les faits divers qui "trompent" dangereusement les consciences sont dénoncés (l'affaire du polygame nantais). En ces temps de campagne électorale, je n'ai qu'une envie c'est que les candidats s'emparent de ce livre, de ces amorces de projets, d'idées et nous mènent vers une France plus égalitaire!

 

Je vous invite vivement à vous le procurer. Il ne coûte rien (un peu plus de trois euros) mais laisse réellement le cerveau en ébullition. J'ai l'intention de le faire lire à mes stagiaires tant je le trouve éducatif!

 

masse_critique.jpg

Merci à Babelio et à l'opération Masse critique




Voir les commentaires

1 2 > >>