Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Moi, Alice, gentille fille

31 Mai 2012, 19:27pm

Publié par Alice

gf.jpg

 

J'ai un côté "bonne élève". Mon frangin dirait "fayote". J'aime qu'on m'aime je crois. Un psy dirait sûrement que je manque d'estime de moi mais le sujet n'est pas là. Et j'aime faire plaisir. Je ne parviens pas à trouver la nuance et la plus juste affirmation. 

Alors, quand il faut quelqu'un pour aider, dépanner, je me propose. Quitte à pester des jours (semaines) contre la personne qui me l'a demandé, en me promettant d'apprendre à dire non la prochaine fois. Et je retombe systématiquement dans le panneau; j'ai été déléguée durant toutes mes années de scolarité, je suis représentante du personnel à la CTCS de mon boulot, secrétaire générale de mon syndicat (alors que j'ai accepté la tâche il y a quelques années pensant qu'il s'agissait de secrétariat), représentante des parents d'enfants de la crèche durant 3 ans...

A la crèche elles ont besoin de sacs plastiques pour y glisser les affaires sales des enfants pour les rendre aux parents? Pas de soucis, je les garde tous pour les dépanner. Je suis la "gentille maman", celle qui pense à envoyer des cartes de voeux et à en offrir à la maîtresse et à l'ATSEM, celle qui offre un cadeau en fin d'année, du chocolat à Pâques, qui amène un gâteau aux collègues. 

Heureusement, à présent que mes deux enfants (rrrho la fierté de dire ça) sont gérés sur mon emploi du temps, les nuits écourtées font de moi la personne à qui l'on demande moins de choses. Mais, c'est sans compter sur mon volontariat (ou zèle?!) qui me poussent à me proposer bien trop spontanément.

Il y a quelques semaines, alors quand la directrice de l'école me confiait son embarras à trouver des parents volontaires pour tenir un stand lors de la kermesse, pensez-vous, j'ai sauté sur l'occasion de déplacer mes cours pour me rendre disponible... me disant que, carpe diem, je le fais parce que je peux le faire aujourd'hui mais qu'en sera-t-il dans 1 an, 5 ans?

Je me rends disponible car je suis intimement convaincue qu'organiser un quelconque événement c'est toujours lourd à gérer. Bouger "les masses" est une sacrée gageure et se confronter au manque d'enthousiasme est dépitant (je suis prof, je le vis assez régulièrement), alors je compatis et me montre présente.

J'en veux tellement aux égoïstes, à ceux qui ne pensent qu'à leur confort personnel, qui ne parviennent pas à regarder plus loin que leurs nombrils, que je tente d'apprendre à dépasser cette colère. J'aimerais finalement tenter de leur montrer que le chemin qu'ils empruntent n'est peut-être pas, contrairement à ce qu'ils croient, celui qui mène à l'épanouissement personnel et au bonheur collectif (heu appelez moi Maitre Yogi à mes heures perdues!).

Voir les commentaires

Mon Second

30 Mai 2012, 15:15pm

Publié par Alice

6A

 

Mon Second, c'est mon tout petit dernier.

A mon second, j'ai pris conscience que le temps file, que "l'état de bébé" passe à une vitesse vertigineuse.

Pour mon second, je pleure toujours d'émotion quand je le retrouve après une longue journée de 9 heures sans le voir, le toucher, le sentir, le caresser, l'admirer.

A mon second, j'ai envie de croire que ce ne sera pas le dernier, 

Mon Second, c'est celui qui met les mêmes vêtements que le premier mais c'est comme s'il les étrennait, parce qu'il est différent, encore.

Mon Second, c'est celui que je pousse moins que le premier. Je ne ressens pas la hâte que j'avais pour le Pouic de voir apparaître la première dent, les premières opérations "commando" rampantes dans le salon. Je me plie à son rythme, je l'observe pousser.

A mon Second, je n'entends plus les conseils gentiment prodigués. Etre maman est mon quotidien depuis 3 ans déjà et j'ai confiance en moi/nous. 

Pourtant, à mon Second, j'ai repéré les erreurs déjà commises au Premier (les pleurs nocturnes aussitôt consolés), et je les recommence. Parce qu'à mon Second comme à mon Premier, je suis totalement allergique à ses cris.

A mon Second, je m'étonne d'aimer encore autant, follement, inconditionnellement et pourtant très différemment.

Mon Second, ma douceur, est venu trois ans presque jour pour jour après mon Premier, comme pour compenser l'autonomie nouvellement acquise de l'aîné avec l'entrée en maternelle. Un Poupon en a remplacé un autre, la place de bébé venant tout juste de se libérer.

A mon Second, c'est toujours aussi bon d'aimer mais aussi plus apaisant.

Voir les commentaires

Madeleine, Amanda STHERS

29 Mai 2012, 19:30pm

Publié par Alice

MA.jpg

Quatrième de couverture:

Il l'a vouvoyée. Il n'a parlé de rien. Ni de maisons, ni de ce lit, ni de cette fois. Est-ce un rendez-vous ? Une deuxième visite ? Il a donné l'heure d'arrivée de son avion. Le même, même jour. Déjà deux mois plus tard. Le souvenir est bien là, brûlant sur les cuisses de Madeleine. Est-ce qu'il faut aller chez le coiffeur ? Du noir, ça mincit mais la peur aussi, le lointain. Du marine ? Du marron ? Du temps, pas beaucoup ? Que dit-elle ? Elle dit oui, je vous attendrai. Le silence est long. " Vous me reconnaîtrez ? " essaie-t-elle. Il ne répond même pas. Elle ne sait pas comment on attrape un homme, ils lui glissent entre les doigts comme du vif-argent, et celui-là est bien plus qu'un homme. Il est celui qu'elle aime, celui qu'elle attendait.

 

Madeleine est un personnage. Un vrai, de ceux que l'on a envie d'aider, à qui l'on aimerait parler. Elle est belle mais l'ignore, sensuelle mais se sent empruntée. L'amour elle l'imagine plutôt qu'elle ne le vit. Elle ne sait pas en parler ni même le partager avec celui qu'elle aime.

Madeleine est celle qui se laisser submerger par ce qu'elle pense être de l'amour, c'est celle qui est seule et qui ne sait pas qu'elle vaut bien plus que ce parisien qui se comporte en rustre, un parisien qui vient en Bretagne à la quête du deuil paternel. 

L'histoire de Madeleine est triste, triste comme quelqu'un qui passe à côté d'une autre vie, d'autre sentiments parce qu'elle n'a pas confiance en elle. C'est une histoire pourtant affreusement banale mais subtilement évoquée; on aurait envie de la réveiller cette femme qui trouve refuge dans le fanstasme d'un héros de série télé.

Un court roman qui se lit vite même si comme toutes les optimistes, j'aurais souhaité une fin beaucoup plus heureuse que résignée. 

Voir les commentaires

De l'air !

28 Mai 2012, 18:49pm

Publié par Alice

* Dans notre chambre sous les toits, j'ouvre les deux velux pour un courant d'air bienvenue. Les lourds draps de lin sont tendus, frais, immenses.

* Dans l'espace dont je dispose, dans le silence qui fait défaut. Du pied posé à terre (6h45) jusqu'au coucher définitif du Pouic, pas une seconde de répit. Après la semaine de boulot, ce qui m'attend souvent seule n'est pas plus reposant. Je les aime, apprécie les moments passés avec eux mais il y a des pics de tension: le réveil du Pouic, les siestes écourtées du Petit qui gémit de fatigue à peine levé, et dès que recouché, le réveil du Grand.

* Entre deux bouderies avec L'Epoux car deux enfants, c'est multiplier par deux le risque de fâcheries. Savourer quand même d'être 4 parce qu'à 2 c'est morose. Toujours ce sentiment (justifié, évidemment pour ma part) d'en "faire plus". L'outrecuidance de se penser plus efficace que l'autre. Etre jalouse parce que l'abnégation est également féminine tout comme la frustration.

* Se rendre compte que le sentiment est récurrent et éphémère. Il suffirait juste en effet de prendre l'air, respirer à pleins poumons une poignée de secondes, seule pour que les compteurs se remettent à zéro. Demain, sur la route en allant bosser?

PL.jpg

Voir les commentaires

Quand mon fils découche (déjà)

27 Mai 2012, 05:15am

Publié par Alice

A-copie-3.jpg

 

A trois ans et demi, Le Pouic est familier du dodo hors de la maison.

A trois mois, il dormait déjà chez les mamies parce que nous n'étions pas encore rôdés au manque de sommeil, enous devions avoir un sixième sens car cela allait durer 18 mois. 18 mois sans dormir une nuit complète, en se réveillant pour consoler...

Alors régulièrement, une à deux fois par semaine, il a pris l'habitude de quitter son lit pour en retrouver un autre, chez les mamies afin de se faire dorloter et permettre à ses parents de ronfler.

Hier soir, c'était la première nuit chez un ami. Un ami proche, certes, avec lequel il va à l'école tous les jours, un ami dont la maman est mon amie avec laquelle nous partageons des activités à 4, avec les enfants, de manière assez régulière.

Mais quand même! Il a trois ans, dort chez un copain et est fou de joie (enfin aux dernières nouvelles) !

Quelquechose me dit pourtant que si la séparation fut précoce avec le Grand, je ne louperai aucun des réveils nocturnes de mon Poupon un paquet de nuits pourries...

Voir les commentaires

A poi(l)s !

25 Mai 2012, 14:20pm

Publié par Alice

ppois.jpg

Il fait beau !

Il fait chaud !

On a viré les chaussettes, mis les cuissots à l'air !

Sorti les écrans totaux?!

A nous le soleil, Magda et Zaza!

(le thème de cette semaine, ce sont les pois!)

Voir les commentaires

La rencontre avec mon rouge à lèvres

23 Mai 2012, 19:15pm

Publié par Alice

ysl.jpgysl2.jpg

Je pense arriver bien après le barouf médiatique consacré au "nouveau" (terme qui reste donc très relatif) rouge à lèvres d'Yves Saint Laurent qui ressemble en tous points à un vernis à ongles.

Ordinairement, je ne porte que très peu de maquillage sur mes lèvres car je passe mon temps à embrasser mes enfants mais ne supporte pas leur laisser des plaques roses ou rouges collantes sur les joues. Alors, bien souvent le matin, après avoir déposé le petit à la crèche et le grand à l'école, je profite de l'arrêt hyper furtif à un feu rouge pour tenter de retrouver mon gloss et l'appliquer sommairement, aidée par le rétroviseur.

La veille du baptême, panique : je ne retrouve plus mon tube enfoui d'habitude dans le vide-poche parmi les mouchoirs usagés ou non, les tétines, les stylos, pièces, biscuits... Je n'ai pas eu le courage de démonter, fouiller ma voiture-poubelle pour le retrouver. Honte (double honte) à moi.

Pourtant, autant je me maquille très peu, autant je n'envisage pas de m'habiller et soigner mon apparence sans éclairer et colorer mes lèvres. Je me suis ruée dans un magasin de beauté pour trouver un rouge à lèvres naturel mais rouge, je voulais que ça se voit mais que cela ne brille pas, lassée des paillettes, de la brillance et de l'effet collant qui m'empêche de le porter au quotidien. J'ai bien pigé la manoeuvre de la vendeuse m'expliquant que les marques "premier prix" n'offraient pas cette nuance naturelle, offrant soit des rouge vif, soit des couleurs très douces et passe-partout.

Je me suis laissée guider, je préfère en effet miser sur la qualité que sur la quantité concernant le maquillage, quitte évidemment à y mettre le double du prix. Elle m'a donc proposé le vernis à lèvres d'Yves Saint Laurent comme étant une révolution pour la bouche, et ça l'est !

Moi qui ne suis pas la spécialiste de l'application, son pinceau "biseauté" permet d'être précise, surtout concernant l'espèce de coeur qui surplombe ma lèvre supérieure. La texture est absolument parfaite : à la première application, on a une impression de fluidité et de liquide appliqué, ce qui donne un rendu léger et que l'on peut "travailler" en remuant les lèvres, grimaçant (comme toute femme appliquant du rouge). En quelques secondes, le vernis sèche et la couleur est là, légère. Une seconde application, qui peut se permettre d'être moins précise, accentue la couleur à volonté. Dernière raison pour laquelle je suis absolument conquise: la tenue. Une demi-journée avec de la couleur aux lèvres, c'est vraiment agréable. Voir que le midi j'ai toujours les lèvres maquillées, c'est inédit pour moi.

J'aime la couleur, la luminosité que cela ajoute à mon visage, étonnée par l'effet "pomponné" que cela apporte à mon allure et surtout ravie que cela soit, au final , si facile d'appliquer et porter du rouge!

R.jpgR2.jpg

Promis, je n'en ai pas mis sur les joues de mon Poupon!

 

Et toi, y'a un produit de beauté et/ou maquillage dont tu ne peux plus te passer?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

De rouille et d'os, quel film !

22 Mai 2012, 19:28pm

Publié par Alice

film-De-rouille-et-dos.jpg

Je suis sortie de la séance de cinéma il y a 5 heures et ce film ne quitte pas mes pensées.

Pendant plus de deux heures, je me suis cachée les yeux deux fois, j'ai ri plusieurs fois, senti la petite boule effervescente des pleurs dans la gorge trois fois, ai retenu mon souffle à de multiples moments.

Comment dire que "y'a tout dans ce film"? de la beauté, de la violence, des sentiments, de l'empathie et la dédramatisation du handicap. Des héros anti-héros qui se battent, au sens propre comme au figuré. Beaucoup de justesse, de pudeur et d'incapacité à verbaliser les sentiments.

Des acteurs admirables, et pourtant je n'avais pas un à-priori très positif sur Marion Cotillard qui ne m'émerveille pas vraiment. 

J'ai l'impression d'avoir totalement été "happée" par ce film, n'étant que dans le ressenti et les émotions durant deux heures et à présent, la pression étant tombée, ne me restent que certaines images, les personnages m'accompagnent et sont "en moi". Je m'interroge, me laisse surprendre à y penser, souvent, très souvent. Depuis que je suis rentrée du cinéma, je n'ai pas encore eu le temps de leur laisser une vraie place, les laisser vivre et prendre un peu d'"épaisseur" dans ma tête, tout en étant certaine de les avoir totalement adoptés comme faisant partie d'un des derniers grands films qu'il m'ait été donné de voir.

Vous l'avez vu? 

Vous aussi vous avez besoin de laisser refroidir les émotions avant de pouvoir en parler?

 

(J'ai chipé l'affiche ici)

Voir les commentaires

Poupon à l'eau

21 Mai 2012, 14:18pm

Publié par Alice

DSC00189.JPGDSC00299.JPGbap.jpgpois.jpgpm.jpgamis.jpgmamie-copie-1.jpgpompon.jpg

 * Rose, bleu, jaune, vert et blanc *

  * Des pois !! *

 Des dragées / Des choux / Des amis / Des mamies / Des pompons /

/ De l'eau : de pluie, de baptême versée par centilitres /

Mais aussi un gourmand malade de gourmandise, épuisé d'excitation,

Un baptisé enrhumé, fiévreux et toussotant, 

Des bottes de pluie en guise de souliers vernis,

mais beaucoup de bonheur, rires et chaleur dans les coeurs, pas au thermomètre.

Voir les commentaires

Têtard du soir: espoir?

18 Mai 2012, 16:55pm

Publié par Alice

(espoir pour une mine aux traits moins tirés?)

 

tetard.jpg

 

Voici nos animaux presque domestiques, les seuls encore vivants à la maison: une tripotée de famille tétards, offerts par Hélène au Pouic.

Je guette l'apparition des pattes, je redoute le jour où il prendront leur envol et où, je crois que je les aiderai à réaliser le GRAND saut, au-delà de la barrière, sur la route.

Le thème de "Me, Myself and I" de Zaza et Magda ce vendredi est "animaux" et là, je pense que je vais perdre toutes mes amies du net puisque je ne suis pas fan des animaux. Je m'en fous (sans doute, je vous l'accorde, parce que ce ne sont pas les miens!) alors je vous laisse imaginer les heures de galère à arpenter les zoos, aquariums géants, ménageries et haras à chaque balade en famille!

Voir les commentaires

1 2 3 > >>