Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Articles avec #alice part en balade

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

12 Avril 2016, 19:09pm

Publié par Alice

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

Que l'on descende ou que l'on monte, le sable des plages environnantes nous semble bien exotique et magique, comparé à nos galets ronds et inconfortables. Alors, finalement, pas besoin d 'aller très loin pour prendre un bon bol d'air et avoir cette sensation d'être en vacances, loin de chez nous.

Sur les conseils éclairés d'AnneLaureT, nous avons choisi Villers-sur-mer, trouvé un appart à quelques mètres de la mer, et fait les valises pour trois jours et deux nuits. Située en face du Havre, il y a des kilomètres de plage à perte de vue. Et puis, à gauche de la station, les fameuses "Vaches noires", des rochers tombés du haut de la falaise : argile, craie qui retiennent des tonnes de fossiles.

Les balades sur la plage, au-delà de permettre les châteaux de sable, les parties de foot, raquettes, cerf-volants, offrent aussi, à marée basse, des chasses aux trésor géniales !

 

 

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

Le plus Grand des Blonds escalade les rochers pour trouver des fossiles (ce qu'Ernest appelle les "sourcils") et lui, cherche les coquillages secs, petits ou grands, et non cassés, ses trésors, qu'il a prévu de distribuer à tous les copains de sa classe à la rentrée.

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

Riches de dizaines de fossiles, nous avons poursuivi la découverte de Villers-sur-mer avec le Paléospace de L'Odysée. De taille très modeste, cet espace est vraiment hyper bien conçu pour les enfants curieux et attentifs, comme pour les plus jeunes et dissipés (hum hum).

Beaucoup d'activités ludiques, sensorielles, des mammouths grandeur nature, un petit livret conçu comme un jeu de piste... 

 

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

En sortant du musée, un loueur de vélos, de bicycles, kartings à pédale, sulkys, rosalie en tous genres nous attendait, enfin attendait les Blonds pour pédaler autour d'un lac aménagé (avec un super terrain de jeux pour enfants).

Bref, entre deux hurlements/cris/colères d'Ernest parce que NON, définitivement, son frère n'a pas le droit de le doubler et SURTOUT PAS le droit d'être le premier, de faire la course, nous avons apprécié la balade.

 

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

Bien sûr, c'est la Normandie. Pas de surprises : de grosses averses entre deux rayons généreux. On a toujours un plan B en tête (qu'on peut aussi appeler Plan Pluie), mais sur ce coup-ci, on a eu un bol pas possible puisqu'il a fait beau!

Je ne peux que vous conseiller encore et toujours notre Normandie, accessible financièrement, belle et magique, jamais la même, toujours sublime avec une lumière inégalée, et jamais remplie de touristes à mi-saison !

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie
Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

Et le Pont de Normandie qui nous offre son spectacle final...

Quelques jours à Villers-sur-mer, en bas de notre Normandie

Voir les commentaires

En déambulant, amoureusement, à Milan

2 Février 2016, 21:41pm

Publié par Alice

A Venise, il y a 6 ans, nous avions arpenté la ville avec un gros bidon à gérer. C'était splendide, époustouflant de beauté.

A Rome, il y a plus de 3 ans, nous nous sommes crus dans un musée à ciel ouvert. Tout était majestueux, historique (et touristique).

A Milan, la crise semblait inexistante, les grandes enseignes rivalisaient avec l'élégance et l'apparence des italiens. Nous sommes entrés dans le monde de la mode, du design. Propreté, raffinement, richesse et prix exorbitants. Nous avons vu beaucoup de belles choses, anciennes ou modernes, vintages ou conceptuelles. C'était urbain. Nous n'avons pas visité le Duomo (la cathédrale), ne sommes pas entrés dans un seul musée, mais avons privilégié les grandes balades, les heures passées à flâner, nous laisser guider par une lumière, une boutique, une ruelle (et surtout la gourmandise d'une devanture aux menus alléchants).

Alors dans ce billet, il y aura des photos, des images capturées au hasard de nos longues balades, mais surtout pas de guide touristique !

En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan
En déambulant, amoureusement, à Milan

Voir les commentaires

Une normande à Paris

14 Octobre 2015, 19:39pm

Publié par Alice

Ma famille est formidable (mes amis aussi, cela va sans dire). Cousins, tantes, oncles, se sont cotisés pour nous offrir deux nuits et trois jours à Paris, un pack comprenant la garde des enfants à domicile, et une balade en bateau mouche.

Un hôtel très sympa dans une petite rue tranquille et un quartier éloigné de la foule, dans le XIVième, à Montparnasse (dont voici la tour).

 

 

 

Une normande à Paris
Une normande à Paris
Une normande à Paris
Une normande à Paris
Une normande à Paris

Le samedi, la grasse matinée, pas forcément désirée, a considérablement écourté notre journée. Pourtant, sur les conseils avisés de MamieVlin qui nous avait prévu une liste de suggestions, nous sommes passé au kiosque pour acheter les places de spectacle pour le soir.

Pas toujours facile sans avoir anticipé au préalable, pourtant nous avons trouvé et surtout, nous avons fait le bon choix.

Le soleil était là, l'air frais aussi, parfait pour la balade en bateau mouche. La foule, l'impression de ne pas être à ma place, la sensation d'étouffer au milieu de tous ces gens, l'heure qui passe et nous qui attendons... c'est une expérience inédite.

N'empêche, cela m'a permis de prendre des photos d'un Paris vu depuis la Seine !

 

Une normande à Paris
Une normande à Paris
Une normande à Paris
Une normande à Paris

Un déjeuner thaï pris à Oberkampf, une grande balade dans le XIième, nous prenons le métro pour nous rendre cette fois ci dans le XVIième, au théâtre, pour le rendez-vous avec Cyrano de Bergerac au Théâtre du Ranelagh, mis en scène par Jean-Philippe DAGUERRE : Un spectacle éblouissant !

La beauté des textes retrouvée, l'interprétation magistrale, le violon qui accompagne Cyrano sur scène, les combats d'épée... deux heures magiques.

 

Une normande à Paris

C'est bon de voir et de vivre autre chose à deux. Et puis, Paris...alice

Voir les commentaires

La Cité de l'immigration, un musée vivant

23 Avril 2015, 19:10pm

Publié par Alice

La Cité de l'immigration, un musée vivant

Mardi je suis allée visiter la Cité de l'immigration, le Musée de l'immigration si polémique, celui pensé par Jospin en 2001, construit (sur les lieux de l'ancien "Musée des Colonies"), au Palais de la Porte Dorée, sous la Présidence de Chirac ; et - enfin -  inaugurée par Hollande fin 2014.

Une naissance difficile donc.

La visite est instructive parce qu'une immense frise rappelle les vagues d'immigration à travers les siècles, ainsi que les lois qui ont marqué aussi l'arrivée des migrants. 

La galerie des dons est un condensé d'histoires familiales émouvantes et intimes : des objets symbolisant le choix pour tel homme ou telle famille de changer de pays. Un maillot de football, une truelle de maçon, une valise...

Il y a aussi des oeuvres d'art représentant l'exil, des dessins, des photos, des musiques. Des contemporains mais aussi des archives. On repart enrichis, mais aussi plus curieux sur l'origine de nos ancêtres (à quelle vague d'immigration appartenaient-ils?)

On se promène au gré des continents et on prend conscience des influences diverses, il devient flagrant, qu'aujourd'hui plus que jamais, la culture dite "française" est le fruit aussi de toutes ces nationalités venues enrichir la nôtre depuis des siècles.

Je crois bien d'ailleurs que c'est de ça qu'il est question, de la richesse de l'autre et de sa culture pour la nôtre. Lors de notre visite, nous avons croisé beaucoup de groupes de jeunes enfants et je suis convaincue que ce musée doit se visiter tôt pour appréhender la culture française dans sa totalité et sa diversité.

La Cité de l'immigration, un musée vivant
La Cité de l'immigration, un musée vivant
La Cité de l'immigration, un musée vivant

Voir les commentaires

La chasse aux oeufs (au château)

6 Avril 2015, 19:25pm

Publié par Alice

Il y a un rendez-vous incontournable près de chez nous, c'est la Chasse aux oeufs au Château de Miromesnil, le lieu de naissance de Guy de Maupassant.

C'est un endroit superbe avec un parc et un potager magnifiquement entretenus et préservés.

Ce lundi de Pâques, pour quelques euros, en échange du plan du parc et d'une feuille contenant des indices, nous sommes partis à la quête des oeufs (en polystyrène) ! Il faut en trouver 6 multicolores pour pouvoir récupérer des chocolats ou bonbons.

En famille, après deux heures de marche, les Blonds avaient mérité leur déjeuner (et les siestes). Le temps radieux nous a offert ce soir des joues rouges comme des tomates mûres, à nous les premiers coups de soleil !

La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)

Et à présent, place à la chasse !

La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)
La chasse aux oeufs (au château)

Impossible de choisir entre les nombreuses photos !

Si vous voulez en savoir plus sur Miromesnil, sachez que le château fait chambres d'hôtes, il y a même un très joli gîte, et que les propriétaires ne manquent pas d'idées pour faire de ce bel endroit un lieu de vie (soirées Cluedo, vide-potager, marché de Noël...)

Voir les commentaires

Le printemps sous les arbres

4 Mars 2015, 20:04pm

Publié par Alice

Le printemps sous les arbres
Le printemps sous les arbres
Le printemps sous les arbres
Le printemps sous les arbres

Je ne veux pas dire qu'on habite dans la région la plus chouette de France mais on sen sent bien là-haut, dans notre Normandie, à inspirer à pleins poumons l'air iodé ou marcher dans la forêt, enivrés par la renaissance de la végétation.

 

J'avais, pour ces vacances, quasi seule avec les Blonds, deux objectifs :

- prendre le temps de vivre, qu'ils vivent, que je vive et que l'on avance tous les trois à notre rythme, à se lover les uns contre les autres au maximum.

- prendre le temps de marcher, respirer le grand air. 

Pour une fois la pluie se fait discrète et mes projets ont déjà bien pris forme (je n'évoque pas la gastro qui semble enfin dégager après 4 jours - et nuits - bien pénibles).

 

Aujourd'hui, nous nous sommes rendus au Bois cueillir des jonquilles. Sauf que mes Blonds sont trouillards :

- On y va sans Papa, t'es sûre?

- On peut faire demi-tour?

- Tu ne vas pas te souvenir du chemin.

- Maman za peur des bruits.

- Maman j'aime pas, je préfère aller à la mer.

 

Donc nous n'avons pas marché des kilomètres. Mais assez pour piétiner, cueillir, sentir, amasser des trésors durant deux bonnes heures.

Faute de jonquilles écloses (il y en avait, mais plus loin, dans ce "plus loin" qui m'était interdit), nous avons déplanté beaucoup de bulbes et avons terminé notre journée dans notre jardin pour une séance de trous creusés et plantations.

C'est donc à la maison que nous les laisserons pousser, c'est nettement moins risqué ;)

 

Le printemps sous les arbres
Le printemps sous les arbres

Voir les commentaires

La balade du dimanche

27 Janvier 2015, 08:04am

Publié par Alice

 

10950044_10152532532536881_1031301565_n--1-.jpg

 

Je me souviens avec très peu de nostalgie de la "promenade du dimanche" où toute la famille, endimanchée donc, partait se promener sur le front de mer.

Le long de la plage, papi, mami, papa, maman, bras dessus, bras dessous, comme tant d'autres familles, après un repas sans doute bien trop lourd.

Aujourd'hui encore lorsque très très rarement, nous suivons les pas de tous ces badauds, cela me met mal à l'aise. Je déteste cela. Un souvenir encore assez vif d'enfant de parents divorcés certainement.

Pourtant, il faut prendre l'air, alors nous sortons surtout le dimanche matin, à l'heure où les promeneurs flânent devant leur poste de télévision.

Les Blonds s'arment de leurs casques et patinettes, nous de gants, bonnets et nous allons admirer les poissons pêchés, discuter avec les courageux la ligne à la main.

10947512 10152532531931881 496276589 n

10956126_10152532532601881_916481645_n.jpg

10954707_10152532532186881_104093108_n.jpg

10951484 10152532532296881 1072402003 n

Voir les commentaires

24 heures à la Ferme du Grémonval (76)

31 Octobre 2014, 08:18am

Publié par Alice

Si la Normandie est encore très rurale par endroits, nous, en vivant en ville, nous ne rencontrons pas sur le chemin de l'école des vaches, boeufs et autres moutons. Alors, depuis l'an passé, nous profitons de l'anniversaire des Blonds pour offrir un cadeau d'anniversaire au souvenir durable, c'est-à-dire une nuit à la ferme. Nous sommes chanceux, la choix est vaste, l'offre grande sur Gites de France avec le label Bienvenue à la ferme. (Je ne fais pas de pub, je vous montre simplement comment je procède).

ferme.jpg

 

Donc nous avons choisi la Ferme du Grémonval, à 30 minutes de Dieppe dans le Pays de Bray, pour y dormir une nuit et y rester 24 heures. Le cadre est on ne peut plus rural et sauvage puisque que c'est au bout d'un chemin de campagne que la ferme est installée, à l'orée de la forêt, au milieu des champs.

Deux particularités qui nous ont fait choisir cette ferme :

-  La roulotte pour nous accueillir la nuit

Ferme1.jpg

- Les animaux élevés par Fabienne et François : vaches laitières, veaux de lait, et gibier sauvage (sanglier, biches, cerfs), sans parler des vaches, boeufs, poules, coqs, ânes, chevaux, oies, chiens, chats...

Nous sommes arrivés après la sieste et la nuit arrivait à grands pas (à 17 heures le soleil n'est presque plus qu'un souvenir). Un rapide tour aux enclos les plus proches pour saluer le cerf vieillissant et très peu accueillant puisque, comme dirait Ernest "Il m'a fait pipi dessus" (ce qui n'était pas faux).

FERME4.jpg

L'expérience de la roulotte a été vraiment chouette pour les garçons. A peine 15 mètres carrés à quatre (dont deux petits garçons), c'est éprouvant, surtout quand les parents oublient les jeux de société et que la télévision est en panne.

Nous avions choisi de réserver des paniers repas mais nous aurions pu apporter notre pique-nique puisque dans la roulotte il y a tout : micro-ondes, frigo, plaques chauffantes, cafetière... Nous attendaient de la terrine de sanglier, des crépinettes de cerf tout juste préparées avec des pommes de terre cuites, du fromage, du gâteau au chocolat au beurre salé, et une bouteille de cidre maison.

FERME2.jpg

Ferme5.jpg

 

La nuit fut mouvementée car L'Epoux est grand et la roulotte - donc les lits aussi - sont petits, les coqs se nichent dessous au petit matin pour chanter, le cerf brâme la nuit à cette période de l'année, et les Blonds excités à la perpective de la journée du lendemain.

Après un généreux panier de petit déjeuner laissé par Fabienne au pied de la porte de la roulotte, nous avons enfilé les bottes pour une vraie découverte de la ferme.

DSC03068.JPG

DSC03043.JPG

FERME6.jpg


Après avoir salué les animaux, nous sommes allés nous promener aux abords de la ferme pour longer les enclos des sangliers, traverser les bois et apercevoir les cervidés (cerfs, biches, daguets). La balade fut longue, j'ai surestimé les forces et le courage des Blonds, et nous avons dû rebrousser chemin après deux heures de marche.

DSC03070.JPG

DSC03075.JPG

DSC03086.JPG

DSC03083.JPG

 

La Ferme du Grémonval est une ferme accueillante, familiale où on aurait envie de planter notre tente pour quelques jours, hsitoire de se ressourcer au vert. C'est un endroit préservé où l'on respire à pleins poumons.

C'est la plus belle sortie "nature" que nous avons pu faire avec les garçons. Dommage qu'il n'y ait pas possibilité d'accueil pour les enfants sur 24 heures (sans les parents) car j'en connais deux qui seraient bien restés, avec ou sans nous.

Tous les deuxièmes week-end de juin, la Ferme du Grémonval organise la Journée des Vignerons avec un repas champêtre, la présence de vignerons (une petite quinzaine l'an passé), des artisans (bijoux, meubles, peinture sur porcelaine), des spécialités culinaires (celles de Fabienne et François : terrines, rillettes, hure, foie, civet de sanglier, cerf)

DSC03092.JPG

DSC03091.JPG

Pour 4 personnes, une nuit et trois repas : 140 euros.

Le petit déjeuner est compris dans le prix.


Voir les commentaires

Promenade au parc

28 Juillet 2014, 06:58am

Publié par Alice

Quand nous partons pour le jardin d'enfants, je prends un sac plastifié contenant une petite dizaine de pelles, trois seaux et quelques rateaux. J'apporte aussi évidemment un bon bouquin, une bouteille d'eau et une serviette de plage.

L'objectif : lire tandis que les Blonds se trouvent des copains. Pour Octave, cela ne pose aucun problème. Pour Ernest, c'est à moi de demander :"Est-ce que tu veux bien jouer avec Ernest et l'aider à faire un château de sable?" pour ensuite m'éclipser.

Je peux lire une heure voire plus en encourageant, regardant, admirant et m'amusant ponctuellement (ce que je ne peux pas faire à la maison car ils ne me l'autorisent pas). Il y a la pause glace et mains collantes pleines de sable, rinçage grâce à la bouteille d'eau. Puis Octave s'émancipe et je me retrouve avec Ernest, trois kilos de sable dans les pieds.

Entre-temps, quand L'Epoux nous accompagne, je le perds ; soit parce qu'il part à la pêche à pieds avec Octave, soit parce qu'il est parti fumer une clope (mais ça théoriquement c'est fini depuis ce matin) ou alors il rencontre un copain.

Et puis il y a un moment où je culpabilise un peu d'être la maman qui lit alors j'aide Ernest, mon petit trouillard qui a le vertige. J'aide inévitablement les autres enfants à grimper, descendre et je deviens l'héroïne de mes Blonds. J'en entends parler jusqu'au dernier baiser du soir, juste avant qu'il s'endorme. Et c'est à ce moment que je prends conscience que finalement la balade au parc c'est la bonne alternative à tous les énervements.

 

DSC02323.JPG

 

DSC02324.JPG

 

DSC02325.JPG

Voir les commentaires

Mon expérience du souk

29 Avril 2014, 19:19pm

Publié par Alice

SOUK1.jpg

souk.jpg

souk2.jpg

SOUK3.jpg

souk4.jpg

SOUK5.jpg

J'aime les marchés. Celui de ma ville est particulièrement typique, riche en produits locaux (crème fraiche, beurre salé...), en exposants "du cru": on croise souvent des couples ou même des personnes très âgées venant de la campagne et vendant sur une minuscule table les oeufs des poules de leur cour, les branches de lilas du jardin, le pâté de lapin maison, les noix, haricots, pommes de terre ou autres légumes qui n'ont rien de parfait dans leur aspect.

C'est donc tout naturellement que j'aime me perdre dans les souks du Maroc. J'avais gardé un souvenir agacé de Marrakech, du sentiment oppressant de me faire suivre et poursuivre, voire harceler avec l'indication "touriste" inscrite sur mes joues roses. A Agadir, on n'échappe pas aux vendeurs insistants pour vendre de la poudre pour Monsieur (entendez un viagra naturel), de la tisane pour la constipation, la circulation sanguine, la toux... mais on demeure relativement libres de nos mouvements.

Le marchandage? oui bien sur, je le pratique mais avec modération. Je n'arrive pas en française riche, ni pauvre d'ailleurs. Juste en acheteuse qui ne veut pas se faire prendre pour un pigeon. En général, on voit vite venir l'arnaque: l'exposant qui nous attrape par le bras, déverse son discours fait et surfait au kilomètre, nous assoit (de force - ou presque) sur un petit banc pour nous offrir (gentiment et de manière bien intéressée) du thé à la menthe, prenant un carnet pour noter TOUT ce que l'on souhaite lui acheter sans jamais évoquer les prix. Non seulement les produits sont quelquefois douteux (une huile d'argan dont l'emballage est usé et ouvert) mais ils ne correspondent souvent pas à ce qui est censé être vendu.

En général, ça vaccine et met en garde. Je m'énerve. L'Epoux hésite avec sa bonne conscience et sa politesse. Les hommes rient (jaune), se moquent car je boude et m'emporte, tentent de créer une complicité typiquement masculine avec L'Epoux (genre c'est toi qui décides, laisse ta femme râler). L'Epoux prend conscience qu'il y a un gros loup. Il s'empêtre dans un volte-face et on marchande le peu de trucs qu'il tentait de nous refourguer à prix d'or, tout en sachant qu'ici, la partie est perdue d'avance.

Mais, ce que j'aime, ce qui me grise et me ravit ce sont les odeurs et les couleurs: fruits, épices, légumes, volaille vivante, poissons. L'organisation par quartiers fait que les Ray-Ban à 100 dirham (9 euros environ) côtoient les djellabas, les meubles au détour d'une ruelle.

DSC01579.JPG

DSC01586-001.JPG

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>