Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Lectures de juillet

9 Août 2013, 12:32pm

Publié par Alice

Parti tôt, pris mon chien de Kate Atkinson, Livre de poche.

Des récits s'emboîtent, des époques aussi. Encore une fois j'ai ressenti de manière assez négative cette abondance de personnages.

Tracy est chef de la sécurité dans un supermarché, elle, flic à la retraite pas vraiment glamour. Une vieille fille qui sur un coup de tête décide d'acheter un enfant. Mais est-il bien celui de sa mère qui l'a vendu? pourquoi la fillette ne parle-t-elle pas? Des questions dont on n'aura pas toutes les réponses. Et ce meurtre d'une prostituée toxicomane qui a une trentaine d'années ressurgit. Des enfants devenus adultes qui cherchent à savoir d'où ils viennent comme un écho à cet "achat".

Jakson Brodie, héros récurrent de K. Atkinson qui n'est pas le héros, ou si peu. Un chien qui s'attache, une vieille acrtice qui perd la mémoire. C'est dense. Drôlement dense.

Un livre qui donne envie de relire d'autres romans lus aboutis de l'auteure.

4.5/10

 

DSC07887-copie-2

Simonetta GREGGIO, L'homme qui aimait ma femme, Editions Stock

L'homme qui aimait sa femme, c'est son frère : deux frères épris de Maria depuis leur adolescence. L'amour traverse les époques, la fac, mai 68. C'est un roman tragique, peuplé de références littéraires. Trop, beaucoup trop à mon goût.

L'écriture est pourtant vraiment belle, il y a de la sensualité partout, les personnages sont excessifs, tout comme les sentiments qu'ils épreouvent ou les vies qu'ils ont choisi de mener. On les imagine presque. J'ai bien aimé ce livre mais j'ai sauté beaucoup trop de lignes/pages à mon goût. Un roman sur la passion qui déchire, forcément. 

Il y a, dans les liens entre frères et soeurs, une compétition latente. Une déchirure. Mais il y a aussi, profondément ancrée, la compassion. On s'arrache l'un l'autre l'objet désiré, mais on pourrait aussi mourir pour que le frère, la soeur, l'obtienne.

Yann boit trop. En même temps que son chagrin il noie son excès de vie, sa peur du lendemain, son manque de clairvoyance et de tempérance, son orgueil démesuré, sa rancoeur, sa noirceur, ses ambitions obscures, la passion vraie, constante, réelle, qu'il ressent pour cette femme qui ne veut pass de lui, pour la femme de ce frère qu'il aime malgré tout et qu'il n'arrive pass à détester d'être son rival heureux.

5/10

DSC07930.JPG 

 

Aldo NAOURI, Le couple et l'Enfant, Odile Jacob poches.

Le thème évidemment m'intéressait et je savais A. Naouri très contesté pour ces prises de position excessives. Ce que n'a pas démenti la lecture de cet ouvrage. J'ai rarement acquiescé durant ma lecture...

Il s'agit donc du couple mais au sens très large (il évoque aussi les animaux), peu de conseils pratiques mais beaucoup de jugements. J'ai n'ai pas trouvé ce que je cherchais ...

Quelques exemples?

"On doit veiller avec la plus grande attention à établir entre parents er enfants des séparations réelles et/ou symboliques toujours étanches et infranchissables. Préserver son intimité, fermer hermétiquement la porte de la chambre aprentale, s'isoler dans la salle de bains, s'interdire les bains en commun, quel que soit l'âge ou le sexe des enfants (...), ce sont autant de règles élémentaires mais indispensables à observer dans l'application au quotidien de la loi de l'espèce et de ce qu'elle implique."

(J'avais déjà posté un article à ce sujet)

Une journaliste me demandait un jour de fournir à ses lecteurs, avides de recommandations simples, une recette qui leur permet d'être et de rester à jamais de bons pères pour leurs enfants! rien que ça! Pris par surprise, mais ne voulant pas me dérober, j'ai répondu que, pour être sûr de parvenir à un tel résultat, un homme devait se débrouiller pour que la mère de ses enfants ne cesse jamais d'être amoureuse de lui. 

(jusque là je dis "pourquoi pas"...)

Et j'ajoutais, pour brutale que soit la formulation,qu'une mère attend du père de ses enfants qu'il satisfasse sans jamais faillit toutes les potentialités de son entrecuisse.

Impossible de le noter... mais il peut voyager.

Commenter cet article

anyuka 12/08/2013 12:00


Aaah, Naouri, ce poète :-/ ...


Tiens, justement je m'interrogeais pour rajouter "L'Homme qui aimait ma femme" à ma liste récemment, l'écriture a l'air vraiment belle...

chocoladdict 10/08/2013 10:03


Naouri a une façon de dire les choses assez exaspérantes et pas mal de points de vue que je ne partage pas ...mais sur le fait qu'un couple doit ne pas être que des parents je crois qu'il n'a pas
tort et que c'est souvent difficile au quotidien quand on n'a personne chez qui envoyer les enfants quelques jours pour se retrouver (ça ne nous est jamais arrivé en 7 ans)