Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

This moment # 6

15 Février 2013, 18:20pm

Publié par Alice

 

"This moment": une photo, sans légende, pour capturer un moment de la semaine, simple, spécial ou extraordinaire.

Un RV trouvé chez Zaza et à l'initiative de Soulemama.

 

 

premiers tapotements

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Funny Valentine

14 Février 2013, 13:14pm

Publié par Alice

DSC02969.JPG

 

Ici, c'est cadeaux pour tous les Valentin !

Chacun a sa grosse et petite bricole: Octave s'excuse de ne pas m'avoir offert de rouge à lèvres (j'ai perdu le YSL que je venais juste de m'offrir), mais m'affirme qu'il n'a pas le droit d'y aller tout seul. Ce soir, je lui confierai la clé de la boite aux lettres car il me semble savoir qu'il a reçu une cassette pour son jeu; 

L'Epoux, jamais attentif mais surtout pas sourd, a entendu mes plaintes et gémissements à propos de mon rouge à lèvres et un beau Dior m'attendait (entre autres).

Même si je serai seule ce soir avec les deux petits, à vie la Saint Valentin sera synonyme pour nous de petite graine qui se niche. Deux enfants conçus deux soirs de St Valentin, à 3 ans d'écart. L'Epoux travaille jusque 22h, et certains seront soulagés de ne pas voir un autre blondinet en novembre prochain.

Et oui, ce jour est celui de la GROSSE fête commerciale, celui qui ne sert à rien mais c'est bon aussi de se savoir aimée (et gâtée) aussi ce jour-là ! D'ailleurs, pour Octave, cette fête n'est pas celle des amoureux, mais celle des Papa / Maman, je crois que cela veut tout dire!

Voir les commentaires

Gâteau roulé (et fourré)(et facile)(et délicieux)

13 Février 2013, 07:15am

Publié par Alice

GROS SUCCES pour ce gâteau adoré des enfants dont j'ai piqué l'idée à Beau-Papa.

Quand samedi j'ai apporté son roulé à un goûter d'enfants et qu'ils se sont tous jetés dessus, réclamant une seconde part alors qu'il était depuis bien longtemps terminé, je me suis dit qu'il fallait aussi que je tente aussi.

Voilà donc une recette toute facile, toute rapide et qui peut se faire à l'improviste puisqu'il ne nécessite pas beaucoup d'ingrédients dont voici la liste :

  • 4 oeufs
  • 110 grammes de farine
  • 120 grammes de sucre en poudre
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 1/2 sachet de levure
  • 1 pot de confiture, gelée, Nutella...
  • Sucre glace
  • Papier sulfurisé

 

Préchauffez votre four th.7.

Séparez les blancs des jaunes.

Mélangez les jaunes avec le sucre jusqu'à ce que cela blanchisse, ajoutez progressivement le sucre vanillé, la farine et la levure.

Dans un autre saladier montez les blancs en neige ferme et mélangez au mélange précédent.

Posez votre papier sulfurisé sur la plaque du four. Versez ensuite le mélange dessus et étalez bien pour créer une épaisseur uniforme.

Mettez au four Thermostat 7 pendant 15 minutes. Surveillez afin que le gâteau soit bien doré.

Dès que le gâteau est cuit, roulez-le dans le papier sulfurisé. Attendez ensuite qu'il refroidisse, déroulez en enlevant le papier sulfurisé. Etalez ensuite votre confiture ou la pâte à tartiner. Rouler à nouveau dans le sens de la longueur si vous voulez un gâteau avec plusieurs épaisseurs ou dans le sens de la largeur si vous voulez un gâteau plus fin mais plus long.

Vous pouvez décorer avec du sucre glace si vous vous sentez l'âme créatrice (ce n'était visiblement pas mon cas dimanche). 

Alors, petit ou grand succès?

 

roule.jpg

 

roule2.jpg

 

roule4.jpg

 

Pour ma voisine, La Gourmande Anne-Laure T

Voir les commentaires

Mardi presque pas gras

12 Février 2013, 15:19pm

Publié par Alice

coccinelle1.jpg

 

cocconelle.jpg

 

Ho non, impossible que cela vous ait échappé?

Aujourd'hui c'est la grève des instits (j'adore le billet indigné de Chrys d'ailleurs), c'était aussi le jour de mon entretien professionnel, le jour où j'ai collé le mini à la crèche avec de la fièvre pour me faire piquer la veine (ouf, ni cholestérol, ni glycémie), le jour où évidemment j'ai récupéré le grognon à midi cause de pleurs et mauvaise humeur, plutôt dérangé de voir une Minnie, une cow-boy, une tahitienne, et un clown s'occuper de lui. C'est enfin le jour où j'ai appris que j'avais perdu aussi 2 kilos et 5cm de tour de poitrine en à peine deux mois en étant légèrement hors cadre sur le régime.

Mais aujourd'hui c'est mardi gras! et si Octave n'avait pas à se déguiser à l'école puisque Carnaval c'est en avril, j'ai déguisé ma coccinelle avec émotion. Il a voulu prendre son envol du haut de l'accoudoir du canapé, j'ai évidemment freiné ses (encore un de ses nombreux) élans.

Ce soir, je vais tenter les beignets aux pommes avec Octave.

Et demain, j'essaie de reprendre mes résolutions diététiques... Demain.

Voir les commentaires

Appel d'air

10 Février 2013, 19:29pm

Publié par Alice

Ce dimanche la pluie neigeuse et venteuse n'a pas fait de nous des courageux. (les balades, invitations, spectacles, activités, c'était hier).

On a dormi. beaucoup. Deux jours (pour moi) avec des réveils à plus de 9 heures, 11 heures ce matin pour Octave. Il est resté en pyjama avec débardeur à l'envers toute la journée. J'ai aimé!

Alors on a cuisiné ( je vous dévoilerai mercredi pour Anne Laure T la recette du roulé délicieux. Grand succès auprès des enfants), mangé encore (c'est une constante le dimanche). On a lu, j'ai tenté de ranger et de travailler, en vain. J'ai mis un peu à jour mon blog de lecture pour petites oreilles (quelle ne fut pas ma surprise et mon émotion d'ailleurs d'être citée par Devinequivientbloguer), et mon vide dressing (le souci c'est que plus je trie, plus j'ai l'impression d'en retrouver).

J'ai assisté à la première colère manifeste et claire d'Ernest qui s'est mis à taper des poings et des pieds en hurlant parce que nous n'avions pas pensé à le convier à l'atelier peinture.

J'ai fait rouler des voitures, L'Epoux a donné un bain à mousse et à peinture. Le Petit a hurlé car voir les cuisses rouges/jaunes/bleues de son frère cela ne le fait pas rire du tout.

Je ne me sens pas vraiment prête pour entamer le lundi, mais peut-être comme souvent? non? 

Heureuse semaine à vous.

 

dimanche.jpg

dimanche1.jpg

DIMANCHE2.jpg

DIMANCHE3.jpg

DIMANCHE4.jpg

DIMANCHE5.jpg

Voir les commentaires

Quelques notes du samedi

9 Février 2013, 08:40am

Publié par Alice

Albin de la Simone, vous connaissez?

Un chanteur (à textes) à découvrir et une chanson dont L'Epoux me disait qu'elle collait à mon blog (qu'il ne lit pas!)

Je vous souhaite un bon week-end et vous embrasse bien fort.

 

Voir les commentaires

This moment # 5

8 Février 2013, 11:44am

Publié par Alice

"This moment": une photo, sans légende, pour capturer un moment de la semaine, simple, spécial ou extraordinaire.

Un RV trouvé chez Zaza et à l'initiative de Soulemama.

 

THISMO.jpg

Voir les commentaires

A égalité devant les tâches ménagères

7 Février 2013, 12:29pm

Publié par Alice

spider.jpg

 

 

Je ne sais pas exactement quand c'est arrivé, ni pourquoi (entendez par là qu'il n'y a pas eu une ou plusieurs engueulades pour arriver à ce résultat) mais, à la maison, nous avons une parfaite organisation partagée des tâches ménagères et domestiques.

L'homme se trouve face à la centrale vapeur autant que moi, aspire et nettoie mille fois plus que moi, change autant de couches que moi et lit autant d'histoires, fait couler plus de bains et nettoie plus de petits culs que moi, cuisine ou réchauffe presque autant, remplit autant de caddies, range moins et gère peu le linge sale/à trier/contre-plier.

Bref ici, c'est l'égalité et je savoure.

Pourtant si je pose à plat ces derniers mois, je constate que deux facteurs ont provoqué cela :

- L'arrivée d'Ernest. Deux enfants = chacun un. Finalement personne n'a le temps de bouquiner ni de larver dans le canapé, chacun son mioche et personne n'a le loisir de glandouiller.

- La femme de ménage qui vient une après-midi tous les quinze jours. Cela nous place à égalité face au grand nettoyage (les trois étages de fond en comble). Finalement, à charge pour nous d'entretenir au quotidien le travail de cette dame. Sa venue impose un sacrifice financier qui nous a réellement changé la vie et je suis incapable d'y renoncer désormais.

Peut-être aussi qu'un homme qui travaille avec des femmes est plus concerné par nos problèmes, peut-être aussi parce que c'est moi qui ramène le plus de sous à la maison (un peu plus mais quand même), peut-être aussi parce que moi, je n'ai que 3 heures seule dans la semaine (et qui me servent à corriger des copies), peut-être aussi parce que j'avais renoncé aux plaintes et autres gémissements sur mon triste sort, peut-être aussi que l'arrivée d'Ernest a renversé considérablement l'équilibre homme/femme de la maison en ma faveur, mais peut-être est-ce aussi la somme de ces peut-être et le fait que mon Epoux est fabuleux que je peux compter sur lui, invariablement.

Ceci dit, si je suis bien consciente de ma chance, je ne peux que déplorer et m'insurger face aux trop nombreux autres qui "aident" encore leur femme, comme si finalement, c'était une faveur qu'ils leur accordaient!

Voir les commentaires

51 et 15 mois : le compte y est

5 Février 2013, 20:00pm

Publié par Alice

15.jpg

 

51 mois pour mon Grand, 

Mon surprenant amour. Celui qui me regarde amoureusement, tend on bras pour caresser une mèche de mes cheveux et me sussure "je t'aime Maman". Et quand je le regarde évoluer, que je m'émeus parce que vache, il grandit beaucoup ces derniers temps, il me rassure "C'est pas grave, Maman, si je grandis". C'est aussi lui qui guette le moment où je passe son palier pour monter me coucher et vient s'endormir, roulé en boule contre moi, les doigts dans mes cheveux, attendant que son Papa le redescende.

Mon grand, qui a toujours quelque chose à dire et qui ne nous écoute jamais quand on lui parle. De ce qui se passe à l'école, nous ne savons rien, ou ce que j'ai osé demander à la Maîtresse qui m'affirme que je vais être surprise par toi, vantant ta curiosité, ton éveil, ta soif d'apprendre.

Mon Roud, celui aux mille surnoms, qui a des lubies culinaires qui me font cuisiner des cailles, du lapin (et du homard si je t'écoutais). Le roi du biberon XXL donné par Maman avec 7 cuillères de Babicao, qui jeûne tant que je ne lève pas pour lui donner mais qui le refuse chez les Mamies. Mon téteux trop grand qui n'est pas prêt de lâcher cet objet transitionnel de malheur.

Mon p'tit mec qui roucoule de plaisir quand son Papa arrive pour jouer au "Géant qui prend les enfants" ou au "Calin/bagarre".

Mon Octo qui savoure la vie de famille avec son frère. Jamais jaloux, assez patient avec le Petit qui lui chipe tout. Amusé par les progrès de sa petite cacahuète qu'il veut montrer à tout le monde, surtout à ses amis, "Hey, t'as vu mon p'tit frère? Touche le, il est doux"

Mon Zou, si peu sportif, si peu motivé par l'effort mais si avide d'"activités" que l'on repère vite et qui ne passe pas inaperçu (pas toujours en bien - bien sûr) si j'en crois ceux qui te rencontrent.

Mon bonhomme si bien dans sa vie, dans sa peau, dans sa tête et à qui, finalement, je ne souhaite rien d'autre au monde.

 

15 mois pour mon Petit,

Ho la Frisouille et ses obsessions : monter les escaliers, refuser de monter en voiture et d'y rester, chiper les téléphones, piquer les doudoux de son frère

Ma GadiGadou qui, malgré ses 6 + 2 dents naissantes refuse de manger "bébé" et râle jusqu'à temps que l'on coupe une partie du contenu de notre assiette en petits morceaux pour goûter. Mon gourmand curieux qui capitule toujours devant un morceau de pain, de fromage mais surtout de chocolat noir, qui dînerait dès 18heures et déjeunerait dès 10 heures si on écoutait ses "MAM MAM" désespérés.

Mon bébé qui ne dit mot, ou si peu : "Papa" "Maman" hurlés quand il se sent en stress. Nous avons cru entendre ces jours-ci "Tété" (pour tétine), "Tata" (pour Octave) et nous entendons bien "cacac" (qui signifie "chocolat"). 

Ma douce qui dort. Enfin. Jusque 5 heures pour te rendormir, repu, dans la seconde.

Mon Playmo qui marche, fièrement, comme un petit soldat les bras en l'air. Mon sourire, qui se marre si facilement et qui est si espiègle. Tellement coquin maniant les mines et les expressions irrésistibles. Mon Poussin qui se niche dans mon cou chaque matin à la crèche, avant que je parte, lui qui ne le fait jamais autrement, mais qui regarde ses "nounous" l'oeil en coin et le sourire naissant. 

Mon exclusif qui ne supporte pas qu'Octave ne s'occupe pas de lui, qui vient lui chiper la couverture, son doudou, sa tétine, qui lui tire les cheveux, le pull jusqu'à ce que sa stratégie réussisse. Et si mon Grand vient dans mes bras pour un câlin, qui je vois rappliquer dans la seconde?

Mon Petit qui s'amuse bien tout seul à vider les placards, à arpenter de long en large la maison avec ou sans son camion à pousser. Qui tape déjà du pied dans un ballon (alors que je ne suis pas certaine que mon grand réussisse) et lance la balle. 

Mon fragile qui semble un peu protégé des microbes mais qui nous fait encore de superbes frayeurs. Mon amour aux mains minuscules et douces qui me rendent folle. Mon Chouinchouin qui sait si bien se faire entendre /comprendre et ne gère aucune frustration. Mon usant qui ne veut pas comprendre que NON on ne se lève pas de sa chaise haute, NON on ne retire pas violemment les lunettes de sa Maman, NON on ne tape pas ni personne. Mon Zouzou qui fait celui qui ne comprend pas quand JE me fâche.

 

Et moi, une bonne dizaine de mois que je savoure doublement d'être Maman ...

Voir les commentaires

Meurtres pour rédemption, Karine Giébel

5 Février 2013, 12:47pm

Publié par Alice

 

kkg

 

Quatrième de couverture :

Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière. 
Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes. 
Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l esprit au-delà des grilles. Grâce à l amitié et à la passion qui portent la lumière au c ur des ténèbres. 
Pourtant, un jour, une porte s'ouvre. Une chance de liberté. 
Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n'aspire qu à la rédemption...

 

Encore un livre dont je ne suis pas du tout sortie indemne !

On étouffe, on gémit, on pleure, on se sent mal, on souffre, on ressent les coups, l'espoir, la terreur et la colère. 1000 pages avec Marianne, jeune femme à vif, incarcérée à perpétuité et qui refuse son sort, qui ne se reconnait pas dans le monstre qui sommeille en elle. La violence et la mort au bout des doigts, un "animal" qui n'a jamais connu tendresse et bienveillance.

Un livre qui agit comme une bourrasque, il m'a fait perdre le souffle, m'entraînant un peu plus loin dans un univers noir. 

Un polar saisissant qu'il faut lire.

Voir les commentaires