Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Une semaine avec du jeu, de la gourmandise et... sans soleil, bien sûr!

23 Juin 2013, 20:09pm

Publié par Alice

DIMANCHE.jpg

 

DIMANCHE1.jpg

 

DIMANCHE2.jpg

 

DIMANCHE3.jpg

 

DIMANCHE4.jpg

 

DIMANCHE6.jpg

 

DIMANCHE7.jpg

 

DIMANCHE8.jpg

 

DIMANCHE9.jpg

 

DSC06951.JPG

 

 

Cette semaine,

On a fêté une bougie de plus et le carton d'emballage du cadeau de L'Epoux a remporté un grand succès.

Il y a eu des lignes d'écriture sur celles de mes stagiaires, un Grand gentil comme un coeur,

Un petit resto gourmand,

Des jeux entre les barres d'immeubles, dans la voiture et dans le jardin,

Un affiche chez Devred qui m'a vraiment fait penser au Zozo de ma Zaza et à son prochain Zouzou que j'imagine aussi bouclé.

Des petits pois écossés en famille et ensuite éparpillés généreusement partout dans la maison (merci Les Enfants, merci Le Chat),

Une balade sur le port pour l'arrivée de la Solitaire du Figaro, et plein de bateaux.

Une tarte à la tomate/pâte feuilletée/boursin/échalotes/huile d'olive/gruyère délicieuse.

 

 

Voir les commentaires

(Dé)concentration

22 Juin 2013, 13:24pm

Publié par Alice

COPIES.jpg

 

Avec deux Blonds c'était déjà très difficile de travailler à la maison.

Avec deux Blonds et un Roux, ça devient tout juste impossible...

Voir les commentaires

La ludothèque

21 Juin 2013, 07:48am

Publié par Alice

ludotheque.jpg

 

Je ne sais pas si vous avez ça chez vous, mais dans notre ville, il y  une abondance de médiathèques (dont la principale, en centre ville, à deux pas de la maison est ouverte le dimanche en hiver)  et ludothèques, et surtout dans les quartiers les plus populaires.

A moins que ce soit spécifique à notre ville grâce à l'orientation communiste du maire? Peu importe la politique, ce que je sais c'est que nous profitons de tout ce que Dieppe nous offre et je m'aperçois que nous sommes vraiment privilégiés.

Nous empruntons par dizaines des livres, albums, revues, dvd, cd mais aussi des jeux de société, d'éveil ou de plein air gratuitement puisque nous habitons la commune. Point de lassitude chez les enfants, des économies qui se comptent en centaines d'euros. Je trouve ce concept vraiment génial, surtout que concernant les retards (assez rares), le personnel est conciliant : trois semaines par document maximum, cela laisse le temps !

Vu le temps complètement automnal et donc pourri pour la saison, les jeux de société et d'intérieur vont avoir la vie belle!

Voir les commentaires

Le long chemin de la constance

19 Juin 2013, 19:03pm

Publié par Alice

On dit souvent que pour bien grandir les enfants passent par des phases de régression. On dit moins souvent que les parents aussi.

Des semaines durant je me bute contre l'un ou l'autre, m'énervant contre leur façon de faire, surtout leur façon de recevoir le "Non", chacun à sa manière, pleurant, se roulant par terre, criant, menaçant, larmoyant, accroché à mes jambes et j'en passe.

Et moi, bille en tête, je me braque, excédée par le conflit, ne cherchant même plus le dialogue. J'isole, punis, fuis. Et ça dure des jours et des jours à me plaindre de leurs caprices, ne comprenant pas pourquoi, excusant parfois la fatigue, ou encore le caractère.

Pour le Petit, il y a 40% de faim, 40% de fatigue et 100%, 20% de caractère très très trempé. Donc on peut faire diversion s'il est ni fatigué ni affamé.

Quant au Grand, finalement, je dois encore une fois retenir deux choses :

- après avoir évincé les besoins primaires: pipi, soif, faim, fatigue, tenter l'humour en faisant diversion. Ma dernière pirouette très efficace : "Dis, tu connaîtrais un enfant, toi, qui ne pleurerait pas quand je dirai non? et un enfant sans tétine? et qui fait des câlins de cheveux aussi bien que toi? mais qui saurait aussi bien s'occuper de son petit frère que toi? et qui aimerait autant son chat"? Passage en revue hilare de tous ses copains, et hop, revalorisation, amusement et complicité. L'affaire est pliée.

-le dialogue : chercher à comprendre pourquoi. Quelle est la frustration à l'origine du pétage de plomb (souvent elle n'a rien à voir avec)? Le frangin qui prend trop de place? L'envie de partager un moment avec l'un des parents? le besoin de se défouler et courir?

Cela fait 4 ans et demi que c'est ainsi et que, périodiquement, je pars en vrille sans même prendre le temps de souffler 30 secondes avant de réagir dans l'émotion, et d'accentuer la crise.

C'est con qu'il me faille me libérer de la pression du boulot pour redécouvrir que je peux être assez patiente aussi, à l'écoute et attentive afin d'anticiper et désarmorcer les conflits au lieu de rentrer dedans bille en tête.

 

pied.jpg

Voir les commentaires

Tartelettes très chouettes

18 Juin 2013, 19:37pm

Publié par Alice

tartelette.jpg

 

Dimanche, il a fallu gérer les deux excités - heu trois avec Monsieur Le Chat (qui a trouvé un nouveau nom)- et l'effet de surprise "Fête des Pères" quand l'Epoux est sorti du boulot dans l'après-midi.

Avec une pâte feuilletée, une barquette de fraises et une de framboises, une bombe de crème chantilly, du sucre glace et une lichette de confiture de fruits rouges, j'ai fait un effet du tonnerre!

Juste avant le dîner j'ai découpé ma pâte feuilletée en petits ronds (à l'aide d'une tasse), je les ai fait cuire 5 minutes au four, ai déposé une noix de confiture. J'avais aussi préalablement lavé les fraises et enlevé leur queue.

Au moment de les servir, hop, de la chantilly déposée artistiquement (avecc modération pour les grands gourmands qui se sont fait un plaisir d'en remettre au -dessus) et le fruit posé délicatement sur le tout.

 

tartelettes2.jpg

J'ai vraiment trouvé l'effet chouette, et je garde en tête l'idée pour nos apéros dinatoires après le mercredi gourmand de ma voisine.

Voir les commentaires

Le citadin et son look

17 Juin 2013, 20:06pm

Publié par Alice


citadin-copie-1.jpg

 

Si moi j'étais une petite villageoise, je m'aperçois que mon fils est un vrai citadin: il en a la dégaine et la démarche bien assurée parmi les passants.

Il grandit et m'amuse (pas tout le temps). Il regarde les vitrines, discute avec les vendeuses, choisit les vêtements qu'il veut offrir et voir portés par son père ("ce maillot Maman, quand il ira à la plage" "oui mon Coeur mais Papa ne va jamais sur la plage").

Il s'assied sur les bancs et regarde les gens passer, commente (gloups) en mangeant son goûter.

A l'aise. La ville est son élément, il aimerait aussi qu'elle soit celui de mon porte-monnaie vu qu'il est capable de me demander d'acheter mille choses improbables, et aimerait tant faire un tour dans ce magasin (Casa).

(derrière Octave, vous pouvez apercevoir l'affiche présentant l'arrivée de la Solitaire du Figaro à Dieppe. Si vous êtes dans les parages...)

citadin2.jpg

 

Octave porte un Chino H&M, un tee-shirt H&M All for Children acheté chez Little Fashion Gallery pour l'Unicef, des "chaussures du désert" (= Palladium).

Voir les commentaires

Habitudes reprises. Ou pas.

16 Juin 2013, 18:42pm

Publié par Alice

On aurait pu fêter nos 3 ans de mariage ou encore la fête des pères ou encore l'anniversaire de l'Epoux, mais il travaillait alors on a improvisé des petites surprises entre deux siestes.

Octave a joué l'apprenti photographe (et moi j'ai joué le jeu du modèle ridicule) et l'apprenti cuisinier (qui laisse la pâte en plan alors qu'elle est à peine mélangée).

On a pris le goûter dehors sur la mini-table des petits en se maquillant un peu au yaourt au chocolat.

J'ai reçu de belles et délicates roses du jardin maternel.

Les gars ont joué au ballon, pendant une heure on a imaginé inscrire Octave au football à la rentrée. Cela a duré une heure, une toute petite heure au cours de laquelle Ernest a pleuré cent fois pour obtenir le ballon, Octave a pleuré 101 fois pour le récupérer. Il y en avait 10 autres mais c'était le même qu'ils voulaient (quand ils ne pleuraient pas parce qu'ils se le prenaient en pleine face).

Ernest a le goût du déguisement et nous a fait son show tout le week-end, en pirate, en clown. Une chose est certaine, sa passion pour les motos et les voitures l'occupe de longues heures.

J'ai retrouvé une certaine complicité avec Octave qui s'est apaisé d'un coup, suite il semble, à une discussion très instructive que nous avons eue tous les deux (je vous en reparlerai).

Et le Chat qui a joué à cache-cache a bien failli gagner car ce couillon s'est fait la malle dans la rue, pour de vrai cette fois-ci, Ernest hurlant car je suis sortie dans la rue sans lui, Octave cherchant dans la maison. Heureusement que ma copine était là pour m'aider à gérer la panique ambiante.

Demain c'est lundi, L'Epoux (et son jumeau) prend un an de plus. Heureux anniversaire si l'un des deux passe par ici.

Je n'ai plus qu'un petit groupe en formation. Je me sens libre et en vacances ou presque. Je me sens bien.

 

WEEK2

week1.jpg

WEEK3

WEEK4

WEEK5

WEEK7

WEEK6

WEEK9.jpg

WEEK10.jpg

WEEK11.jpg

Voir les commentaires

Le riz au lait vanillé

15 Juin 2013, 11:32am

Publié par Alice

riz.jpg

 

Après la mousse au chocolat, le tiramisu, les crèmes aux oeufs fabriqués presque en série pour contenter la gourmandise insatiable de L'Epoux, voici le riz au lait vanillé !

Une de mes stagiaires m'ayant fait venir de l'Ile de la Réunion un énorme sachet rempli de gousses de vanille, j'ai de quoi cuisiner dans ma cuisine durant une bonne année.

Comment je les prépare ?

Je fais bouillir de l'eau avec une pincée de sel et dans le même temps je commence à faire chauffer à feu vraiment tout doux un litre de lait entier avec une belle gousse de vanille fendue.

Dès que l'eau boue, j'y mets 220 grammes de riz rond (riz à dessert). Je laisse cuire 5 minutes. Ensuite j'égoutte le riz et je le mets dans le lait vanillé. Toujours à feu très doux. Je remue régulièrement pendant une demi-heure en enlevant "la peau" dès qu'elle se forme.

Ensuite j'ajoute 120 grammes de sucre et je laisse cuire 10 petites minutes (en mélangeant toujours régulièrement).

Je verse dans des ramequins. Je ne m'inquiète pas s'il y a plus de lait que de riz  (comme sur la photo) car celui-ci absorbe le liquide en refroidissant. Je remplis ainsi une dizaine de petits pots (avalés en 2/3 jours maxi).

Voir les commentaires

A (Chat)cun sa place

13 Juin 2013, 20:06pm

Publié par Alice

place.jpg

 

Un bref billet pour vous donner des nouvelles de TomPipeau qui, en vérité, n'a toujours pas de nom puisque je m'obstine à parler de lui en disant "Elle", Ernest à l'appeler "Maou", Octave "Le Chat", et L'Epoux CaPourri (blague de jeunesse avec ma belle belle-soeur parait-il).

Vous l'aurez compris, d'après les photos qui illustrent ce billet que Le Chat a trouvé sa digne place de Petit dernier. On le bichonne, il nous suit et nous talonne comme le plus fidèle et collant des chiens. Il profite de chaque moment de pause pour s'installer sur nous. Il se cabre et sautille tel un crabe ce qui nous fait tous hurler de rire, glisse et patine dès que le sol est mouillé. A trop vouloir nous suivre partout, il a fait un plongeon dans la baignoire malgré les mille précautions prises, il y est allé seul.

D'ailleurs cela ne semble pas être le seul point commun avec les chiens puisqu'il monte la garde. En rentrant ce midi, j'ai eu la surprise d'un accueil plutôt féroce : la Bestiole faisait le dos rond et crachait en me voyant ouvrir la porte. Il a fallu que je le rassure de quelques mots pour qu'il se colle à mes jambes et miaule tel un petit anima apaisé. 

Il est interdit de chambres mais, comme il nous suit à la trace, il monte avec nous à leur étage et se cache dans le lit d'Ernest ou celui d'Octave. La nuit, toutes les portes sont désormais fermées (et effet collatéral on n'entend plus Ernest pleurer donc on dort), il se planque derrière la porte de notre chambre, dans mon tiroir à pulls. Il supporte mal être enfermé dehors sans nous dès qu'on le trouve un peu trop excité pour jouer avec les enfants déjà énervés. Il chipe sans cesse les chaussettes d'Ernest dans son placard, joue au foot avec lui, à se chatouiller avec Octave qui vient enfin de comprendre qu'il est possible de jouer avec sans avoir les mains lacérées.

Il n'a aucun réflexe d'auto-préservation, endure sans broncher les assauts qui peuvent pourtant être violents (jet de projectiles en tous genres) d'Ernest ou étouffants d'Octave. 

Le Chat est le meilleur ami des enfants, il les divertit et son pelage les attire comme des bonbons.

Il n'y a un jamais une sieste sans partage félin. Dès qu'il nous voit nous allonger, il se niche au plus près contre nous pour ronronner amoureusement. 

Ce Chat est comme les enfants, à croire qu'il était vraiment fait pour agrandir notre famille. Une glue rigolote, attachante, énervante, têtue.

 

place1.jpg

 

Il n'y a qu'un vrai souci : collé à moi dans le canapé le soir, il m'est devenu assez pénible de jouer à Ruzzle ou de bloguer puisqu'il devient fou quand il voit mes mains s'agiter sur le clavier ou la tablette. Je me fais choper les doigts par des petits griffes ou des crocs bien acérés.. Une fois, dix fois, cent fois, je le descends du canapé. Mais une fois, dix fois, cent fois, il revient discrètement ou pas !

Voir les commentaires

Retourner (virtuellement) sur les bancs de la fac

12 Juin 2013, 19:42pm

Publié par Alice

Tiens, c'est vrai, je devais m'ennuyer : reprendre un 100 % l'an prochain, être toujours dans l'engagement syndical jusqu'au cou malgré ma volonté d'en démissionner...

m.jpg

 

Je ne sais pas ce qui me pousse aussi fortement mais ces derniers jours je mets en place un plan de reconquête d'un diplôme universitaire.

Oui, c'est vrai que mon boulot est plus que jamais menacé et que, malgré les promesses des politiques, des administratifs, si rien n'est fait la prochaine rentrée risque d'être la dernière. Même si je suis en CDI dans la fonction publique, sans financements, nous ne pourrons pas poursuivre l'activité de l'Institut.

Il y a deux ans j'avais passé le concours d'Attaché Territorial, avec une belle réussite pour les épreuves écrites. En balade à Rennes pour les oraux, nauséeuse parce que toute nouvellement enceinte, je m'étais lamentablement vautrée à l'oral (je crois que ma note était 2) : je n'étais pas faite pour leurs questions, inadaptée à la situation et, heureusement, je le savais avant de m'y rendre.

Mais j'ai aimé le challenge de revivre un écrit, un oral, tout comme mes stagiaires que je prépare.

Depuis quelques mois j'ai élaboré divers scénarios, m'emballant vraiment pour le projet de passer le concours de professeur des écoles en interne. SAUF QUE il n'y a pas de concours organisé dans l'académie et pour le moment, il est inimaginable de partir travailler à une (ou plusieurs) centaines de kilomètres de chez moi ou déménager. En outre, pour le passer en externe, je dois être titulaire d'un Master 2 et je n'ai qu'une (vieille) maitrise, soit l'équivalent d'un Master 1.

Retour donc à la case départ concernant le projet.

Puis, j'ai fait le cheminement inverse: J'ai pensé formation, DIF, fac, CV, formations. Formation? nous avions suivi il y a quelques années deux ou trois modules d'ingénierie de la formation. Cela m'avait semble ennuyeux vu mon cursus universitaire (Licence de lettres modernes, maîtrise FLE pour enseigner donc le Français en tant que Langue Étrangère) mais j'avais trouvé ça "facile" et concret.

Avant d'en arriver à la réception du dossier, je vous épargne les détails parce que j'ai vraiment peiné pour trouver les bons interlocuteurs, me faire comprendre et comprendre les rouages du télé enseignement : passer par le CNED, puis par la FAC pour discuter par mail (mais surtout ne JAMAIS appeler le Monsieur pour gagner du temps parce que lui ne veut pas mélanger téléphone et mail dans le suivi de votre échange), récupérer un dossier de sélection et pas d'inscription.

Aujourd'hui, alors que je n'ai quasiment plus d'heures de cours et que je suis à 15 jours de mes vacances, j'ai un dossier vierge très (trop?) ambitieux à remplir dans ma boite de réception : je dois remettre la main sur mes notes de maitrise (égarées mais le diplome retrouvé m'a permis de me souvenir que je l'avais obtenu avec mention, j'en suis encore très fière 13 ans après), d'hypothétiques notes de soutenance (mais je n'ai AUCUN souvenir de cette année passée à ne rien faire - ou presque), que je suis sûre de ne pas avoir eue à passer, rédiger une lettre de motivation, et un sujet de mémoire (hannnnn là, à froid, cela me semble impossible car je ne sais pass vraiment dans quoi je me lance!!!).

J'ai la chance d'avoir le temps ces prochaines semaines pour vraiment étudier le problème sujet, mesurer le coût financier (qui paie les frais d'inscription à la fac? mon employeur acceptera -t-il de régler la lourde facture du CNED?) et intellectuel (je n'espère pas obtenir tous les modules mais un ou deux me ravirait).

En fait, je crois que j'ai besoin à nouveau de me prouver quelque chose. J'ai peur de perdre mon emploi et d'accepter ensuite d'enseigner des matières qui ne passionnent pas (si le français est la matière avec laquelle j'ai débuté, aujourd'hui je suis coordinatrice d'une filière de prépa concours, j'enseigne l'actu ou encore la prépa orale aux concours) ou dans des conditions qui m'effraient (classe de collégiens en furie). Peut-être est-ce un moyen d'anticiper une éventuelle reconversion. Qui sait? 

Voir les commentaires