Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Où l'on parle de littérature, et d'un peu plus...

15 Octobre 2016, 07:13am

Publié par Alice

Où l'on parle de littérature, et d'un peu plus...
Où l'on parle de littérature, et d'un peu plus...

Lisez sans tarder Au commencement du 7ième jour de Luc LANG j'en parle ici  et je peine à me remettre du plaisir ressenti. J'ai lu ce roman en apnée. Bouleversée, captivée, passionnée par la vie de Thomas, depuis le jour qui a brisé net son destin jusqu'à celui 538 pages plus loin, qui l'a peut-être sauvé.

Difficile ensuite de passer à une autre lecture, parce qu'évidemment, tout me semble bien fade.

Il y aussi la diffusion hier de la "fameuse" interview pour France Culture et l'émission Les pieds sur terre. Mon coming-out en tant qu'apprentie voleuse? non, bien sûr, mais surtout une manière plutôt peu commune de s'exercer à l'introspection. Le résultat final est fidèle au long entretien qui a précédé le montage. C'est très étrange de d'entendre cette voix qui parle, qui est la mienne et dont pourtant, sur les ondes, je me sens dépossédée. J'aurais voulu dire plus, dire mieux, dire différemment, éviter les maladresses. Mais c'est ainsi.

Et c'est ici :

 

 

Où l'on parle de littérature, et d'un peu plus...

Cet après-midi, à la médiathèque Jean Renoir, à Dieppe, il y a un chouette rendez-vous lecture pour que l'on parle des pépites dénichées parmi la centaine de romans publiés pour la rentrée littéraire. Si ça vous tente de partager vos coups de coeur ou de trouver des idées, rejoignez nous !

Où l'on parle de littérature, et d'un peu plus...

Voir les commentaires

J'y pense... et puis j'oublie

13 Octobre 2016, 20:46pm

Publié par Alice

J'y pense... et puis j'oublie

Voir les bébés apparaître de tous côtés me rend nostalgique voire jalouse

Un mois de reprise de piscine et plus une crise d'angoisse. Le sport c'est BON.

M'endormir avant 22h30, c'est un secret de forme redoutable.

Ne pas m'énerver quand Ernest rentre en pétard de l'école, ça fait passer l'état mille fois plus vite.

J'y pense et puis j'oublie.

Prendre un survêtement et des tongs pour l'après-piscine, cela m'évitera de pester de rage dans la cabine pour enfiler mes collants et boots.

Mes stagiaires ne sont pas mes enfants, je ne suis pas responsable de leur manque de respect et/ou de politesse.

Léger le dîner, léger.

Ranger mes affaires, tout noter, anticiper.

J'y pense et puis j'oublie.

J'ai 41 ans bon sang. Et Ernest qui passe ses journées à me demander mon âge, suivi de la question : "T'as 40 000 ans?" Et Octave de lui expliquer : "Nous, nos parents nous ont fait tard."

Poser à plat tous les papiers crédit maison et comprendre pourquoi 2 et 2 ça ne fait jamais 4.

Inviter, sortir, appeler les copines même si je ne vois plus le jour.

Répondre aux commentaires. J'ai honte.

Me souvenir que rien ne dure jamais.

Qu'il y a ceux qui disent et ceux qui font. Que je ne changerai personne alors mieux vaut, parfois, passer mon chemin.

C'est pas grave, hein, puisque j'y pense... et puis j'oublie !

Voir les commentaires

Souviens-toi

10 Octobre 2016, 08:23am

Publié par Alice

Souviens-toi

Des souvenirs d'enfance j'en ai à la pelle. Il y en a des bons, des très mauvais... Mais quand on évoque la petite madeleine de Proust, il s'agit davantage à mon sens, de sensations : des odeurs, des goûts, des musiques...

Et je me souviens :

De ces faînes ramassées devant le portail de la maison, en attendant que la maman de ma copine m'emmène à école. Des poches pleines dont je dévorais le contenu toute la journée. Ce sont les fruits du hêtre dont on enlève la coque pour découvrir un tout petit fruit, de la forme d'un tétraèdre, qui a un peu le goût de la noisette. Aujourd'hui c'est mon Octave qui s'en remplit les poches.

De l'odeur de ma Mamie, de sa maison aux effluves de naphtaline, de son parfum L'air du temps ; mais aussi de l'autre grand-mère et des énormes gousses d'ail qui effaçaient le goût de la salade. De ces odeurs de "chez les grand-parents" que l'on n'aimait pas mais qui pourtant aujourd'hui me manqueraient presque tant c'est une partie de notre univers, de nos souvenirs qu'elles évoquent.

Et puis il y les câlins, l'odeur et la douceur des genoux de ma maman lorsque je posais ma tête pour savourer ses mains caressant mes cheveux, moments qu'à présent nous offrons aux Blonds. L'odeur infecte des cigares de mon père et de ses silences téléphoniques liés à l'inspiration de la bouffée.

Il y a toutes ces choses que l'on partage et que l'on transmet, ceux qui sont là, ceux qui restent à ceux qui seront là après nous, et qui peut-être transmettront à leur tour... On ne soupçonne pas toujours quel geste, quel mot ou quelle habitude resteront gravés dans leur mémoire.

Ce qui est certain, c'est que le temps passé à leurs côtés laissera une empreinte indélébile, comme une foi en l'amour qu'on leur a porté, comme autant d'attentions renouvelées au quotidien. Et de ça, j'en suis généreuse...

 

 

Pour ce rendez-vous du lundi, la madeleinde Proust est chez Ptisa, Maud, MHF, Labonoccaz, Despe, Sophie, tOrtue, Wondermomes, et les autres participations au cours de la journée sont sur le groupe FB

Voir les commentaires

Le rythme de l'automne

9 Octobre 2016, 07:23am

Publié par Alice

Tout est installé, le rythme est pris, excepté Ernest qui n'a pas encore débuté l'éveil musical. Je nage deux fois par semaine, musique dans les oreilles. Activités diverses, saveurs de saison, rhume et grattements de gorge...

 

La semaine dernière fut dense, d'autant plus qu'elle a débuté dimanche avec une journée associative placée sous le signe de la réflexion. Le cadre superbe et les papilles ravies.

 

 

Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne

Puis les jours ont filé, à une vitesse pas si folle car je me suis réveillée mercredi matin, sûre que nous étions vendredi (quelle déception quand mes neurones se sont reconnectés).

Je ne parviens pas à épargner mes cheveux en nageant sur le dos, ils sont vite trempés. C'est pénible ! et dès lundi je me suis demandée si j'allais résister à l'effet "cheveux mouillés" et le coup de froid en rentrant. Couper ? pas couper ? L'Epoux s'est écrié : "Non !" et pas que lui. Je les ai écoutés et je garde ma tignasse que j'ai même détachée pour aller travailler, grande première.

Le soir venu, il y a eu de grands câlins et des histoires lues, c'était doux.

Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne

Les petits plaisirs de saison cuisinés par beau-papa... qui revenait de la cueillette des champignons. Un risotto aux cèpes et des noix de St Jacques, la saison vient de s'ouvrir.

Et puis, mercredi après-midi j'avais un rendez-vous incroyable avec une journaliste de France Culture, pour une longue interview autour de mon rapport aux livres, c'est une anecdote qui a fait partir la conversation... J'ai un trac fou, même encore aujourd'hui en y pensant. 

Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne

Jeudi, il a fallu tenir et faire bonne figure, entre les interventions de la Police Municipale et de la Gendarmerie, c'était une journée looooongue.

Ces trois derniers jours en alternant les petits plaisirs (Ho lisez Petit pays de Gaël FAYE) avec le sentiment d'être absolument débordée m'a permis de tenir le choc. Les bruschettas étaient délicieuses et ce quatre quart aux pommes de Pierre Hermé divin si j'en crois Octave qui l'a partagé avec ses copains scouts.

Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne
Le rythme de l'automne

Aujourd'hui dimanche, j'ai toujours autant d'envies, surtout celle d'accompagner L'Epoux et les Blonds à la cueillette des champignons... mais j'ai surtout une centaine de copies à remettre demain et l'envie de m'en débarrasser au plus vite.

Demain, ce sera Madeleine de Proust au programme. Vous en serez

Voir les commentaires

Les bonnes feuilles de la revue Sang froid

3 Octobre 2016, 15:35pm

Publié par Alice

En cette saison il y a bien sûr les feuilles d'automne, mais ce qui me plait surtout, ce sont les feuilles de papier; Non non pas celles que je lis par dizaines chaque semaine, les copies, mais les livres et les magazines !

Je lis beaucoup de romans. Certains par plaisir et d'autres par obligation professionnelle. J'alimente régulièrement le Centre de Documentation de l'Institut avec des livres centrés autour d'une même thématique : la sécurité.

Témoignages de flics, de surveillants pénitentiaires, détenus... j'essaie de trouver des bouquins que mes stagiaires termineront (et je vous assure que pour beaucoup lire un livre en entier s'apparente à une épreuve bien plus difficile que celles sportives des concours).. J'ai quelques bons "appâts" , Dans la peau d'un maton, d'Arthur Frayer ou Code 93 d'Olivier Norek, je leur laisse le choix entre un roman ou un témoignage, mais ce n'est toujours pas un moment de plaisir pour eux, et ça m'embête.

J'aimerais tant les réconcilier avec le plaisir de lire...

Et puis j'ai découvert par le biais de la revue de presse de France Inter le magazine Sang Froid, un trimestriel qui débute, le troisième numéro vient de sortir. C'est le magazine idéal pour moi qui aime vraiment les polars, et pour mes stagiaires parce que riche de sujets divers, orientés autour du crime bien sûr, mais pour lecteurs curieux.

Les thèmes sont divers, on explore l'âme (in)humaine aussi bien que la justice ou la prison... C'est intéressant, certains articles passionnants.

Voici le sommaire (photos prises sur le site internet de la Revue

Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid
Les bonnes feuilles de la revue Sang froid

Ce lundi vous trouverez aussi des bonnes feuilles chez Wondermomes, Pilisi, Ptisa, tOrtue, MHF

Et on se retrouve lundi prochain pour la madeleine de Proust !

Voir les commentaires

Comme en apesanteur

2 Octobre 2016, 07:04am

Publié par Alice

Il y a des semaines comme ça, où les petits événements du quotidien s'accumulent et lorsqu'arrive le dimanche et qu'il est temps d'en faire le bilan, on s'étonne encore de tout ce qui a pu se passer.

Faut dire, ça commençait quand même fort avec la visite de la Ministre de l'Outre-mer, Mme BAREIGTS, au boulot. On m'a demandé de rédiger un petit billet à ce propos, et au final j'ai pris une (jolie) photo et interviewé mes stagiaires, qui eu n'avaient pas répondu 100 fois au mêmes questions une fois le micro tendu.

Le ciel, lui-même, s'était paré de ses plus belles couleurs pour cette visite au sommet.

Comme en apesanteur
Comme en apesanteur

J'ai travaillé jusque tard le soir, ce qui m'a permis de rentrer à pieds. J'aime ces 100 marches pour rejoindre en 5 minutes la maison, cette sensation de dominer la ville.

L'Epoux m'a offert une place pour le concert de Benjamin Biolay, celui que je considère être au top de la chanson française.

Et puis, j'ai repris le chemin des brasses, petite reprise, je me suis trouvée des excuses, le mal de gorge, les yeux qui piquent (eau de mer + chlore) pour ne nager que 800 mètres mais en une vitesse record.

Comme en apesanteur
Comme en apesanteur
Comme en apesanteur

On a allumé aussi la cheminée, sûrement un peu précocément mais les Blonds étaient fous de joie et nous n'avons pas boudé notre plaisir non plus.

Si vous ajoutez à cela un vendredi soir free kids, on frôlait l'extase, le verre de blanc à la main.

Comme en apesanteur
Comme en apesanteur
Comme en apesanteur

Il y a eu aussi de doux moments, de câlins avec mon Ernest.Je crois qu'un de mes plus grands petits bonheurs au monde, c'est de tenir sa petite main dans la mienne, et je le fais d'autant plus souvent qu'il semble grandir chaque jour un peu plus, et que je refuse de voir sa main s'allonger dans la mienne...

Si vous saviez ma fierté de les tenir par la main, un de chaque côté, et qu'ils trouvent cela aussi agréable que naturel...

Comme en apesanteur
Comme en apesanteur

Je préfère en rire, mais j'ai passé la semaine à chercher mes clés, mon téléphone. J'ai renversé mon café sur mon ordinateur qui ne reconnaissait plus le "R", en ai acheté un nouveau en 30minutes chrono. 

Et puis... j'ai été contactée pour une interview sur France Culture. Mais ça, je crois que je ne m'en remettrai jamais. Cela devrait se passer mercredi, durer une heure trente, et je vous en reparlerai.

 

Aujourd'hui le ciel est gris mais peu importe, on va discuter boulot associatif toute la journée, à l'approche de l'hiver, avec le démantèlement des camps de Calais, je pense que l'on va avoir des choses à se dire, à projeter.

Comme en apesanteur

Bon dimanche à tous !

Et demain le thème des Lundis à deux, c'est la feuille.

Voir les commentaires

Le ciel normand

26 Septembre 2016, 05:14am

Publié par Alice

Le ciel normand

On dit qu'en Normandie il fait beau oui, mais plusieurs fois par jour.

On dit aussi que les humeurs des Normands sont changeantes, comme le temps.

Ici, du soleil, de la pluie, on en parle souvent. Parce qu'on ne peut jamais prévoir une fête à l'extérieur, qu'on redoute que des trombes d'eau s'invitent aux mariages champêtres, tout devient fragile et probable.

Alors on s'habitue, je consulte sans doute autant Météo France que ma boite mail, je peux dépenser 20 minutes sur ma pause déjeuner pour descendre à la maison rentrer mon linge.

Quelquefois nous pestons, que l'on ne peut jamais rien prévoir, que la fraîcheur a gâché une fête, mais au final, nous nous réjouissons mille fois plus quand le soleil est généreux, quand il est possible de dîner dehors et quand il ne pleut pas.

Peut-être qu'au final les Normands sont capables de se réjouir d'un rien?

 

Le ciel normand
Le ciel normand
Le ciel normand

Les Lundis à deux c'est ici sur Facebook en attendant que je mette à jour les publications sous le billet de la semaine dernière !

Voir les commentaires

Les grandes premières

25 Septembre 2016, 19:07pm

Publié par Alice

Cette semaine, peut-être était-ce l'arrivée de l'automne mais il a fallu combattre la grosse fatigue, l'arrivée de microbes bien persistants, la migraine... pour retrouver un tout petit regain d'énergie le week-end venu.

"Dépenser" un jour enfant malade à peine la rentrée débutée, c'est pas vraiment l'idéal, mais quand un de mes Blonds a de la fièvre, c'est plus fort que moi, il faut que je puisse respirer son air, le surveiller/guetter/cajoler chaque seconde pour gérer mon angoisse.

Les grandes premières
Les grandes premières

Et puis il y a eu aussi des couleurs, du vert parce que je découvre que j'aime cela, des rues colorées, du soleil dans la campagne normande et un premier forum des associations avec notre équipe amicale "de choc".

Les grandes premières
Les grandes premières
Les grandes premières
Les grandes premières

Mon Grand a vécu une première expérience hyper réjouissante. L'Epoux et moi nous félicitons vraiment de lui avoir un peu forcé la main pour qu'il découvre de nouvelles activités cette année (l'attraction de l'Ipad étant devenue définitivement trop forte). Avant que l'adolescence ne le blase et lui fasse refuser net toute nouvelle découverte, nous avons voulu lui ouvrir son univers et c'est avec bonheur qu'il pratique le rugby, les échecs, le scoutisme...

Après une nuit passée au camp, c'est un enfant rayonnant dont on a vanté l'enthousiasme et la joie de vivre, que nous avons retrouvé (à demi habillé, parce que définitivement, on est plus à l'aise sans culotte, sans chaussettes, mais en polaire et pantalon). Bien sûr il y a encore quelques points d'autonomie à revoir, mais après tout, est-ce vraiment un souci?

Et puis Ernest qui n'en finit plus de grandir, avec ses 10 cm en 8 mois, et un comportement beaucoup plus zen.

Les grandes premières
Les grandes premières
Les grandes premières
Les grandes premières
Les grandes premières

L'automne est bien là. Demain Mme La Ministre de l'Outre-mer sera dans mon Institut pour signer ce fameux papier qui nous sortira de l'incertitude une toute petite poignée d'années.

Une drôle de semaine qui s'annonce encore...

Et pour le rendez-vous du lundi, c'est dans le ciel que ça se passera !

Voir les commentaires

A deux, ça devrait être tellement mieux

19 Septembre 2016, 16:19pm

Publié par Alice

A deux, ça devrait être tellement mieux

Avoir deux enfants c'était une évidence. J'aurais été plus jeune, ils auraient pu être trois.

Mais ils seront deux pour toujours.

Quand Ernest est arrivé, je n'ai pas eu l'impression de faire un cadeau à son frère. D'ailleurs lui, vite exaspéré par les cris de ce nourrisson bien trop souvent malade, ne l'a pas vu arriver comme un grand bonheur.

Comme un enfant curieux il s'est vite montré intrigué. Progressivement, le petit a grandi, a su marcher, parler. Né quasiment trois ans jour pour jour après le premier, les anniversaires se fêteront pour toujours ensemble, en famille, individuellement à quatre.

Et puis, être plusieurs dans le coeur de ses parents et dans l'espace familial, c'est l'obligation de partager.

Il y a des phrases qui reviennent, sans cesse, dans la bouche de l'un ou de l'autre : "Ho mais lui il a toujours tout". Voilà. On y vient. Parce qu'inévitablement, il y en a toujours un qui se sent lésé, estimant que l'autre est privilégié.

Quand la punition n'est pas collective, c'est compliqué car y'en a un qui se moque tandis que l'autre se sent injustement écarté.

Pourtant, les laisser dans un jardin d'enfants, c'est les voir toujours se protéger l'un l'autre. Fiers de trimballer petit frère ou grand frère partout.

Bien sûr qu'ils sont différents mais on tente de ne pas stigmatiser travers et qualités de l'un ou de l'autre, d'ailleurs ils ont leurs passes ; quand l'un semble s'apaiser, le second se montre vite ingérable dans ses humeurs.

Ils dorment ensemble. Depuis plus d'un an peut-être, ont toujours envie de faire chambre commune malgré la grande pièce vide qui jouxte la leur. C'est peut-être le signe que malgré tout, la présence de l'autre est un réconfort, une nécessité, qu'ils ont compris que deux était une force, aussi bien pour lutter contre les cauchemars que pour se murmurer des bêtises la nuit venue...

Ce lundi il était question de Fraternité ! et c'est aussi chez Wondermomes, tOrtue, les miss à couettes, Ptisa, MHF

 

Voir les commentaires

Vite fait

18 Septembre 2016, 19:27pm

Publié par Alice

Vite fait
Vite fait
Vite fait
Vite fait

A toute allure j'ai repris le rythme des cours, des petits matins ultra pressés où je dois demander cinq fois à Octave d'enlever son pyjama et huit fois d'enfiler ses chaussures,

A toute vitesse les copies sont revenues, 75 copies pour la première semaine, je pense battre des scores, d'autant qu'elles sont toutes corrigées après le premier week-end.

J'ai dévoré ce roman, sachant que je vais devoir attendre un peu avant de me passionner autant pour un suivant, ai déballé furieusement mon colis avec cet ultime cadeau d'anniversaire/

Vite fait
Vite fait
Vite fait
Vite fait
Vite fait
Vite fait

Généreusement nous avons savouré la dernière plage et séance de baignade cru 2016. Nous laissant guider par le vent ou par les trouvailles sur le sable.

Vite fait
Vite fait
Vite fait
Vite fait

Et puis, égoïstement, en semaine, nous avons vu voler les cerf-volants, sans beaucoup de touristes . Tout ça avant que les nuages et les torrents de pluie ne s'invitent en même temps que les microbes pour pourrir le second week-end d'affilée, loupant par la même des rendez-vous qu'il m'aurait tant plu d'honorer...

Vite fait
Vite fait

Demain c'est lundi et c'est reparti  :)

Et le thème des lundis à deux c'est Fraternité. Les frères, soeurs et vous... et eux...

Je mettrai à jour la semaine précédente et posterai dans la journée, après le marathon médical pour stopper les microbes des Blonds !

Belle semaine à vous

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>