Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Le festival international de cerfs-volants à Dieppe

9 Septembre 2014, 10:48am

Publié par Alice

Si vous ne savez pas quoi faire le week-end prochain ou que vous êtes en vacances, passez en Normandie, à Dieppe, vous aurez le bonheur de voir le ciel bleu (si si) et décoré de mille couleurs.

C'est en effet le festival international de Cerfs-volants jusque dimanche soir : 40 pays sont représentés et vous présentent leurs créations dans des stands, des démonstrations en l'air de cerfs-volants sportifs, on assiste à des combats, participe à des ateliers créatifs de décoration... un programme très rempli.

Beaucoup d'ateliers sont consacrés aussi au vent : des jeux, des instruments de musique, des objets insolites et fascinants.

Voici un petit aperçu :

Dieppe-2014.jpg

 

cf.jpg

cf1.jpg

CF2.jpg

CF4.jpg

CF5.jpg

CF6.jpg

CF7.jpg

CF8.jpg

CF9.jpg

CF10.jpg

CF11.jpg

CF12.jpg

CF13.jpg

CF14.jpg

CF15.jpg

CF16.jpg

CF17.jpg

Voir les commentaires

Prières pour celles qui furent volées : mon coup de cœur de la rentrée littéraire !

8 Septembre 2014, 12:00pm

Publié par Alice

DSC02673.JPG

 

Qui dit "rentrée" dit aussi "rentrée littéraire". Et, malgré ce que l'actualité récente nous laisserait penser, il n'y a pas que l'ex-première dame qui vend son papier en librairie, il y a plein d'ouvrages chouettes et passionnants qui méritent (bien plus) le coup d'oeil.

Grâce à ma sélection au Grand Prix du Jury des lectrices Elle, j'ai déjà découvert des romans superbes. Comme celui-ci, Prières pour celles qui furent volées de Jennifer Clément. Il m'a bouleversée : longtemps ce livre me restera en tête. Par quoi commencer? Dès les premières lignes je me suis sentie emportée par l'ambiance, le récit, la langue.

Les montagnes de Guerrero, c'est un univers hors du monde. Dans cette région du Mexique ne vivent que des femmes qui survivent, traquées par les hommes, les animaux, l'herbicide (Paraquat) jeté à tous vents depuis le ciel. Les femmes n'ont pas d'autres choix que ceux de s'enlaidir, se cacher, voire même s'enterrer pour tenter de se protéger. Les hommes ne sont qu'absents ou lorsqu'ils sont là ce sont des prédateurs dangereux.

Et, dans cet espace hostile, Ladydi grandit dans l'ombre d'une mère alcoolique, trompée et quittée par son mari, entourée de ses trois amies dont aucune n'est épargnée par sondestin maudit.

 

Ce roman c'est celui des présages et des signes qu'il faut écouter et suivre, celui également de la féminité cachée et volée, de ces femmes qui ne peuvent l'être, de ces hommes qui quittent leurs terres, leurs femmes détruites par la corruption et le trafic de drogue, au profit de cette Amérique qui fait tant rêver.

 

Les personnages du roman sont autant de portraits taillés à vif où se mêlent l'humanité la plus poignante et l'inhumanité la plus terrifiante. Leur unicité en fait des personnages que je n'oublierai pas. Les sentiments sont bruts, les relations abruptes sont rendus par le biais d'une écriture saisissante, empreinte de poésie ce qui crée des descriptions surprenantes de réalisme et d'onirisme. L'oeil par lequel l'histoire est décrite est celui de la jeune Ladydi; sa naïveté et sa jeunesse accentuent la sensualité de certains passages descriptifs.

Dans le monde de cette enfant, les périphrases atténuent la violence de la réalité: il n'est pas question d'enlèvement ni de viol mais de vol de femmes. Je me suis laissée envoûter par les métaphores, l'écriture très visuelle, l'atmosphère rendue; c'est une véritable réussite littéraire au sens où la magie des mots opère parfaitement.

 

"Depuis que j'étais enfant, ma mère me disait de faire des prières pour demander des choses. Nous le faisions toujours. J'avais dit une prière pour demander les nuages et pour un pyjama. J'avais fait une prière pour demander des ampoules électriques et des abeilles. Ne demande jamais l'amour et la santé, disait ma mère. Ou de l'argent.. Si Dieu entend ce que tu désires vraiment, tu ne l'auras pas. Garanti. Quand mon père nous a quittées, ma mère a dit: "Mets-toi à genoux et demande des cuillères."

"On ne m'avait pas donné le nom de Diana à cause de sa beauté et de sa célébrité. On m'avait donné son nom à cause de sa honte."

"Il ne m'a fallu qu'un seul jour pour comprendre qu'être en prison, c'était comme porter une robe à l'envers, un gilet mal boutonné ou la mauvaise chaussure sur le mauvais pied. Ma peau se retrouvait à l'intérieur et mes veines et mes os à l'extérieur, exposés. Je me suis dit que je n'avais pas intérêt à me cogner dans quelqu'un."

"L'amour n'est pas un sentiment, mais un sacrifice."

 

Et vous, un roman? un document? un polar que vous voudriez découvrir? Vous nous en parlez, chez Zaza ou chez moi?

(je suis désolée pour la lenteur de la publication, mon post programmé pour 7h  n'a pass voulu apparaitre avant cet après-midi)

Alors Zaza, elle, se lamente sur ses lectures perdues et est preneuse de titres, alors à vos commentaires!

MHF dévore les livres de poche et prend aussi tous les conseils de lecteur.

Anyuka dévoile une pépite et à priori, si vous la suivez, vous risquez d'en découvrir d'autres.

tOrtue nous a concoté une petite sélection de ces auteurs qui doivent mériter d'être lus

SwettyLux nous fait découvrir Michel BUSSI, ça tombe bien j'avais vraiment envie de lire cet auteur

Anne Laure T prévoir de rencontrer David Vann, rien que ça! et puis finalement ses bonnes résolutions pour son porte-monnaie seront réduites en fumée car il semble qu'elle ne résistera pas.

Arlette ne voit que le bonheur, merci Grégoire Delacourt, Et, vu les plus de 600 livres sortis pour cette rentrée, il aurait fallu que les critiques en lisent 9 par jour!

Laetietbidule nous montre sa jolie pile de livres à lire et prend la résolution de se plonger davantage dans les pages.

MamieVlin propose une chouette sélection hétérogène en photo et y'en a pour tous les goûts!

 

Merci à toutes celles qui étaient au rendez-vous lundi dernier et à celles qui étaient là ce lundi pour parler littérature.

 

On se retrouve la semaine prochaine, lundi 15 avec un petit coin de paradis? et si on se faisait découvrir un endroit de notre ville, notre village où l'on aime s'arrêter, que l'on admire? Et où pourquoi pas on s'imaginerait y planter nos quatre murs?

Voir les commentaires

Où il n'est question que de rentrée. Ou presque.

7 Septembre 2014, 13:26pm

Publié par Alice

(Comme partout d'ailleurs)

244ième jour de l'année. Lundi 1er aout. Je suis au boulot, les petits avec Papa et Mamie/Papie. Je ne fais pas une seconde de plus pour les retrouver sur la jetée, pêchant. Je tente de prendre de l'avance en faisant les traditionnelles photos de rentrée qui me feraient crier de rage. Le seul photographe de la ville n'est pas conciliant, ne nous montre même pas avant d'activer l'impression. Octave... le pauvre :/

244.jpg

 

245. Mardi. On y est. Je suis folle de joie de voir rentrer mes deux poussins à l'école, d'observer Ernest depuis la cour de l'école d'Octave qui a pleuré, nous a-t-il avoué, parce qu'il avait envie de voir son petit frère.

245.jpg

 

246. Mercredi. Ecole, déjeuner sur le pouce, grand-parents. Tout reprend sa place. Je reçois un colis de sac en toile de jute dont je me demande ce que je vais faire. Vos conseils ont été précieux.

246.jpg

 

247. Jeudi. Quand je vais bosser, je réfléchis tous les soirs à la tenue du lendemain en montant à notre étage. Etre apprêtée est le minimum que je doive à ceux qui m'ont en face d'eux au quotidien. Il fait encore doux, il ne pleut pas, je porte les talons (compensés) tous les jours et ose même des couleurs.

247.jpg

 

248. Vendredi. Séance coiffeur. Voilà un signe fort de la rentrée. Je débute les cours lundi prochain. Tous les devoirs sur table de mes stagiaires sont préparés et planifiés pour le trimestre. J'apprends que je dois rendre mon dossier pour le CAPES interne le 11 décembre et que c'est la dernière année où je pourrai le présenter avec un BAC + 4. Tout d'un coup je me sens déjà perdante.

248.jpg

 

249. Samedi. Une vraie semane de rentrée se termine par les inscriptions aux activités. On renouvelle les cours de tennis. L'occasion de retrouver les copains et d'observer Ernest, admiré, qui attire les chats comme un bol de lait. Nous remplissons aussi le panier de livres et DVD (Il était une fois ...)

249.jpg

249bis.jpg

 

250. Dimanche. Rangement, tri et affichage. Les enfants sont partis en balade, j'ai quelques heures pour commencer à travailler sans excuses.

250.jpg

Je vous souhaite à tous une heureuse semaine prochaine et les autres récap' de la rentrée, c'est ici

Voir les commentaires

Et de mes vieux sacs en toile de jute, j'en fais quoi?

3 Septembre 2014, 19:36pm

Publié par Alice

SAC.jpg

 

Il y a des fois, où, sans vraiment savoir pourquoi je ne résiste pas à certains articles.

J'ai donc en ma possession depuis hier trois anciens grands sacs publicitaires en toile de jute, contenant autrefois de la farine.

J'aime leurs logos, et c'est certainement la raison pour laquelle j'ai craqué. Ils sont assez grands (1.30 m X 0.70), en relativement bon état même s'ils nécessiterait un lavage. Qu'est-ce que je compte en faire ?

C'est la question que je me pose depuis qu'il m'a pris l'envie de les acheter. Mes talents de couturière étant très limités, j'exclue presque le recyclage en sac. Et puis ils me plaisent bien ainsi, un peu vieillis.

Et c'est là où vos idées, votre inspiration pourraient m'être très précieuses ! Vous en feriez quoi vous? si vous aviez envie de les garder malgré l'inutilité de l'achat (à part les donner ou les jeter ou les revendre donc) ?

Voir les commentaires

Brève de rentrée

2 Septembre 2014, 19:13pm

Publié par Alice

rentree.jpg

 

CP et maternelle. 
C'est fait.

 

Le matin

Le petit chantait donc :" Ze veux pas aller à l'ecole" et le grand interpellait tous ses (anciens) copains de maternelle : "C'est mon frère Ernest, tu le protèges si on l'embête, d'accord?"

 

La journée

Octave est dans une classe de CP et CE1, avec un maître. Il est séparé de presque tous ses copains ; il a versé une rapide larme avant de découvrir un papillon sur l'écorce de l'arbre dans la cour, et de chercher un stratagème pour que j'accepte de le capturer et lui garder précieusement jusqu'au soir.

Ernest a tout géré comme un grand. Ne voulant pas repartir avec son Papa le soir tant que la chanson mise par la maîcresse n'était pas terminée. Elle a arrêté le lecteur CD, il a pleuré parce que ce n'était pas fini. Elle l'a remis le lecteur en position "lecture".

 

Le soir

On débriefe avant d'embrasser pour la nuit: "Quel a été votre moment préféré?"

Octave: "Quand je suis parti de la classe de maternelle pour aller dans mon école et qu'Ernest ne pleurait pas"

Ernest: "Moi za une copine c'est Capucine"

 

Pourvu que ça dure...

Et chez vous?

Voir les commentaires

Molière à la campagne, d'Emmanuelle DELACOMPTEE

2 Septembre 2014, 05:00am

Publié par Alice

MOLIERE-A-LA-CAMPAGNE.jpg

 

D'anecdote en anecdote, Emmanuelle DELACOMPTEE retrace une année scolaire en tant qu'élève stagiaire à l'IUFM et enseignante en lettres modernes. L'absurdité de l'Education Nationale est mise en lumière, cette machine où chaque enseignant est un numéro, envoyé au gré des hasards et tirages au sort à l'autre bout de la France, du département, sans tenir compte des places disponibles et des désirs individuels.

Et puis cette formation, si peu en lien avec les réalités du terrain, où on enseigne l'interactivité en laissant les stagiaires s'endormir sur leurs tables, où le contenu de la formation semble si loin des préoccupations de ces jeunes enseignants “lâchés” sans armes en salle de classe.

Bien sûr, il y a ces collèges ou lycées où tout va, où les programmes sont respectés; mais ceux-ci sont l'exception.

 

Le livre dévoile aussi ce qui se passe entre les murs d'une classe d'un collège "de campagne" où les élèves ont tout de ce qui caractérise les jeunes des banlieues: prénoms américains, langage “imagé”, rapport à l'autorité, attitude caricaturale de certains parents. Les textes enseignés sont bien loin des centres d'intérêt et du vocabulaire quotidiens des jeunes : c'est ce que dévoile Molière à la campagne.

Il s'agit d'un document criant de vérité pour qui connaît l'enseignement, peut-être un peu destiné aux initiés qui pouvaient encore douter de l'incohérence du système éducatif (comme cet épisode où les profs de BTS remettent en cause le travail des profs de collège qui eux-mêmes remettent en cause le travail des professeurs des écoles).

Le document met aussi en lumière le niveau de français consternant de ces jeunes qui peinent à comprendre des énoncés, à formuler des phrases et à s'exprimer sans violence; ces conseils de classe où l'orientation pose problème où les choix ne peuvent être que de dépit, y compris pour un redoublement qui est proposé comme un espoir mais évidemment incompris comme tel.

On se pose la question de l'orientation professionnelle subie, de l'avenir de ces jeunes qui sont condamnés à l'échec. Et pourtant... il suffirait... que quoi? Qu'on remette à plat le contenu de ce qui est enseigné avec ce qu'il est nécessaire et plaisant de savoir ?

 

Molière à la campagne pose les anecdotes comme des clichés sur ce qu'est la vie d'un jeune prof, sans poser de véritable question, sans proposer de solutions. Au-delà du témoignage, il aurait été intéressant de savoir comment on garde l'énergie d'enseigner Molière et Voltaire à des jeunes qui peinent à comprendre l'intérêt de la grammaire, des rimes et narrateurs omniscients.

"Ça fait des semaines que je m'épuise, et ils ne savent toujours pas conjuguer les verbes être et avoir au présent! On dirait des poules devant un train! ça m'empêche de dormir! Et pourtant, j'ai quand même envie de les aider, je réessaye tous les jours, j'arrive pas à les lâcher! Mais pour qu'ils m'écoutent, je ne sais plus quoi inventer, j'ai plus d'idées!"

 

Merci au Grand Prix des lectrices Elle et aux Editions JC Lattès de lm'avoir permis de découvrir cet ouvrage.

Voir les commentaires

La rentrée, telle qu'on l'imagine

1 Septembre 2014, 04:30am

Publié par Alice

RENTREE.jpg

 

Voilà, Zaza et vous toutes de notre RV du lundi,

On y est. A l'heure où vous lirez ces lignes je serai devant mon café et ma tartine, tentant d'écouter vainement dans un silence religieux le flash de 7h sur France Inter.

Ou alors je tenterai d'esquiver les dizaines de bises de mes collègues et les fameuses questions "tu as fait quoi?" "vous êtes partis?", ou je serai peut-être dans une de ces nombreuses réunions où l'on répète dix fois les mêmes choses, j'entendrai les inévitables rabat-joies hyper pessimistes sur notre avenir professionnel ou encore je remplirai mon dossier de demande de formation. Je retrouverai aussi avec bonheur mes collègues/copines et mon petit bazar dans mon bureau partagé.

Bref, j'y serai. Pour une semaine de réunions, organisation et concertation.

Les garçons auront eux, une journée de répit, mais pas leur père qui en changeant de service a changé d'emploi du temps donc il sera de corvée garde demain. 

Et depuis quelques jours, évidemment, on en parle de la rentrée... et les deux garçons trépignent d'impatience, ils saturent un peu je crois de ce temps plein avec Maman (autant que moi).

Je vous livre quelques indiscrétions...

 

Du côté d'Octave:

- Le Maître il est sévère. Je préfère la maîtresse.

- C'est pas grave si je ne suis pas dans la même classe que M..., on se verra à la récré.

- Comme je vais bientôt savoir écrire et lire, je pourrais envoyer des petits mots à mes copains.

Moi: Quand?

Lui: Quand la maîtresse me demandera de me taire.

- Tous les matins depuis 3 jours: "Maman aujourd'hui il y a de l'école?

Ho non, c'est quand alors?

- Je vais découvrir le monde alors quand je saurai lire!

 

Du côté d'Ernest:

- Moi za suis grand, za vais à lécole.

- Maman za suis fier de toi, za mets plus de couches pour la sieste

- Alors qu'on entre dans le hall de l'école et que je bavarde avec les maîtresse la semaine dernière:

"Je peux faire pipi là dans un coin Maman?

Ben dehors alors sur l'arbre

Pourquoi non?"

- Ma maîtresse a s'appelle Carole aux seveux noirs

 

Je pense que maître et/ou maitresses ne risquent pas de s'ennuyer avec mes Blonds...

 

Alors, et chez vous cette rentrée? cette reprise? Dans la joie? L'angoisse? De grands changements ou une routine qui repart? des projets pour ce mois de septembre qui débute?µ

Chez tOrtue ce sera à Aix les bains que la rentrée se fera en douceur!

Pour Genevieve, il y a des résolutions de rentrée, et de beaux projets artistiques

MHF reprend le chemin du bureau, abonnements culturels en poche et tentative de course à pieds!

Anne Laure T a des tonnes de projets : parler de Normandie, de gourmandises, de livres... tout ce que j'aime!

Anuyka ou plutôt les Playmobil d'Anuyka se lâchent pour deux scenarii de folie! (ou comment lutter contre la trouille de la rentrée)

Pour La vie en Tisanie ce sera une rentrée pleine de projets et de petits changements professionnels (et pédagogiques).

Anne-Flore va vivre une rentrée bien rythmée après trois ans de congé parental. Une nouvelle page se tourne...

Laetibidule, malgré la nostalgie des vacances qui sont terminées, accompagnera ses trois petits vers l'école pour un nouveau rythme!

Pour Silm, même si c'est la rentrée, c'est pas vraiment celle qu'espéraient ses filles, à des milliers de kilomètres. Et elle a besoin de conseils, courez lire son post!

Chez Arlette, la rentrée c'est un peu le mot tabou, une période que l'on n'aime pas vraiment!

MamieVlin a des projets plein la tête, des voyage, du boulot et une toute petite miss qui entrera à l'école jeudi.

 

Vraiment, merci à toutes d'avoir été là pour cette rentrée avec Zaza et moi.

La semaine prochaine, lundi 8 septembre on parle de rentrée littéraire? Des romans qui te donnent envie de te remettre à la lecture? des auteurs chouchous? des livres que tu attendais avec impatience? des titres qui font sensation et t'intriguent?

Voir les commentaires

La tempête avant le calme

31 Août 2014, 07:29am

Publié par Alice

Nous étions arrêtés au 236ième jour de l'année, dimanche. Voici le bis. Des choux vanille et chocolat pour notre super goûter (qui devient une institution où les gourmands se rejoignent). Un peu d'Amaretto dans les choux vanille, un délice. Reste le glaçage, assurément un échec à chaque fois.

236bis-copie-1.jpg

 

237. Lundi. La dernière semaine de vacances débute, L'Epoux repart au boulot et tête dure me mène la vie dure. Surtout le matin. Il pleut des cordes, l'occasion de rendre visite à mon arrière grand-mère d'adoption et câliner notre petit Joseph.

237-copie-1.jpg

 

238. Mardi. Entre les gouttes et les averses, j'organise une course de patinette sur le front de mer. Nous sommes invités pour un apéro-anniversaire sur la plage et nous profitons ainsi des derniers couchers de soleil tardifs.

238.jpg

 

239. Mercredi. Il pleut. Encore. Les 101 dalmatiens accompagnent notre journée. J'entends "Batard" sortir de la bouche de mes enfants, Cruella merci.

239.jpg

 

240. Jeudi. Mais pourquoi le soleil se laisse-t-il tant attendre? Nous retrouvons en fin de journée la plage et ses pelouses bien abîmées par le passage de la fête foraine, les enfants aux ongles noirs de terre car la nouvelle passion c'est l'élevage de vers de terre pour la pêche.

240.jpg

 

241. Vendredi. Octave se laisse dorloter par ses grand-parents et je m'offre une séance de poussette sportive (marche rapide et deux fois le tour de la ville), je suis sur les rotules mais Ernest estime que dormir 10 minutes est suffisant.

241bis. Et puis il y a Hélène, la généreuse Hélène qui, pour mon anniversaire, m'a gâtée plus que de raison. Le fait que je sois une Mémère à chat n'est plus un secret.

241.jpg

241bis.jpg

 

242. Samedi. On se chicane toujours avec le Petit caractériel qui ne supporte aucune frustration. Il fait doux? soit! il ira crier son mécontentement dehors, au grand désespoir de la Iote.

 

242.jpg

 

243. Dimanche. C'est aujourd'hui. C'est la dernière pour moi. Mes affaires sont rassemblées, je me sens pleine d'énergie, motivée et reboostée pour préparer mon avenir professionnel et celui de mes dizaines de stagiaires.

243.jpg

 

Et demain lundi, avec Zaza, on parle rentrée? comment on l'a vécue, comment on l'imagine ou on la redoute, comment les enfants la pressentent.

Pour les autres participations au défi 365, c'est chez Virginie, le dimanche qu'on se retrouve !

Voir les commentaires

Escapade au Havre

28 Août 2014, 19:16pm

Publié par Alice

L'Epoux et moi sommes partis la semaine dernière à peine 24 heures au Havre, une ville située à 1h de route de la notre. 

Le Havre a mauvaise réputation chez les Normands, quand on arrive en ville, des grosses usines au cheminées à la fumée généreuse nous accueillent. Pas de petites ruelles dans lesquelles se perdre en centre ville mais des imeubles et des larges avenues : en effet, Le Havre est le second port de commerce de France après Marseille.

Détruite durant la seconde guerre mondiale, la ville est une ville de béton reconstruite notamment par l'architecte Auguste PERRET; classée en 2005 a patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, Le Havre semble jouir à nouveau d'un certaine intérêt.

LH1.jpg

LH2.jpg

Première balade en arrivant dans l'après-midi : le bord de mer et l'église Saint Joseph que l'on ne peut pas rater. Faite de béton aux vitraux géométriques, les lumières sont superbes.

LH3.jpg

LH4.jpg

LH5.jpg

LH6.jpg

LH7.jpg

 

Ensuite, nousa vons découvert le du Port du Havre en bateau. Plus d'une heure de balade pour comprendre le fonctionnement de ce premier port français pour le chargement/déchargement des conteneurs, des tankeurs et pétroliers.

Le port du Havre assure (comme Dieppe) les liaisons vers l'Angleterre et accueille aussi des bateaux de croisière pour la journée.

LH8.jpg

LH9.jpg

LH10.jpg

LH11.jpg

LH11bis.jpg

LH13.jpg

Et le lendemain, nous voici à nouveau à la découverte du Havre et du Muma (Musée d'Art Moderne) avec la superbe expo Nicolas de Staël, une découverte qui nous a ravi. Elle se poursuit jusqu'au 9 novembre, je vous conseille vivement d'y aller.

LH15.jpg

LH16

LH17.jpg

LH18.jpg

Nous avons dormi dans un chouette hôtel avec des gérants vraiment sympathiques qui nous ont bien aiguillé pour les visites, l'Hôtel Carmin, situé en plein centre ville.

Côté repas :

Beaucoup d'exotisme (!) le soir avec un dîner à la taverne Paillette, très typiquement alsacienne, remplie à craquer avec un tourbillon de plats, de serveurs.

Et un déjeuner sympathique au Hop : des feuilles de brick contenant des associations sucrées salées délicieuses, une chouette déco annéees 50 et des patrons adorables.

lH19.jpgLH20.jpg

Parce que nous sommes très bavards, nous n'avons pas eu le temps de visiter l'appartement témoin Perret contruit après-guerre, ni les jardins suspendus, de se poser sur la plage, ni de déjeuner et dîner dans ces petits restos repérés!

Nous y reviendrons donc avec certitude!

Voir les commentaires

Cher lecteur,

25 Août 2014, 05:00am

Publié par Alice

DSC02155-copie-1.JPG

 

 

Et chère Zaza,

Je vous envoie cette carte postale depuis la Normandie où je vis, où nous avons savouré nos deux mois de vacances.

Durant ces heureuses semaines, nous avons pleinement profité de notre département, arpentant par falaises et par champs la Côte d'Opale : Rouen, Dieppe, Varengeville sur mer, Le Havre, Mers-les-Bains, Le Tréport. Beaucoup de villes (et villages) nous ont révélé leurs secrets.

Naviguant même dans les vagues de la Manche, à bord d'un voilier ou d'un bateau à moteur, nous avons, il est vrai, honte à nous, frileux, peu trempé nos orteils dans cette mer un peu trop fraîche.

Toutefois nous pouvons t'assurer que nous avons conscience de notre chance, celle de sentir les embruns au quotidien. Alors, même si nous rêvons  (et tentons) de programmer nos vacances de Pâques 2015 en Grèce, nous comprenons bien ce que les touristes viennent chercher (pas le soleil, ça c'est certain!).

J'attends vos cartes postales avec impatience car Zaza et moi serions très heureuses de découvrir votre cliché- bonheur en attendant la semaine prochaine, le 31 de parler programme de rentrée en cette veille (ou avant-veille) de reprise.

tOrtue nous envoie des cartes postales depuis l'Europe centrale où elle semble avoir fait un chouette périple,

Zaza a trouvé un trésor, une carte postale dénichée dans une malle de vide-grenier, et moi je me prends à imaginer qu'elle provient de ma grand-mère

Anyuka nous envoie une vraie carte postale symbolisant tout ce qu'elle aime en vacances.

Pour MHF la carte postale est une institution puisqu'elle en a créé un jeu hebdomadaire !

Natmumbidouille nous envoie une carte postale maison depuis son bord de mer: un été bien occupé aussi,

Chez La vie en tisanie on en profite encore un peu, les filles grandissent, les parents sont zens: de vraies vacances!

Pour Anne-Flore les vacances à Toulon ont semblé bien belles... et quelle jolie carte postale d'enfants heureux!

MissBrownie n'écrit plus de cartes, mais faire de ses superbes photos des cartes postales semble être une solution géniale!

Hélène qui n'a pas eu de bol question soleil (grrr cette Normandie) nous dévoile une photo prise lors d'une expo très moyenageuse

Pour MamieVlin ce sont des paysages complètement paradisiaques... et la chanceuse y est encore!

Voir les commentaires