Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Mais c'est quoi le problème avec les profs?

15 Mai 2014, 19:40pm

Publié par Alice

spiderman.jpg

 

Le débat privé/public m'exaspère. Comme si tout était manichéen. Les fonctionnaires sont donc incompétents, privilégiés, paresseux, surpayés. Les salariés du privé sous-payés, exploités.

J'ai envie de sortir du "moi je" parce je voudrais déplacer un peu le débat qui me semble stérile s'il s'agit de compter les points individuels (à ce propos, je n'ai vraiment pas compris pourquoi avoir supprimé le jour de carence -pourtant enlevé- en cas de maladie, à moins que ce ne soit pour compenser le gel des salaires).  Mais après tout, il y a des acquis sociaux et je comprends que des millions de personnes se battent pour les conserver, je ferais sûrement de même à leur place.

Je  précise donc ici que je ne suis pas fonctionnaire. L'Epoux si, dans la Fonction Publique Hospitalière, et être infirmier à l'hôpital c'est loin d'être un luxe  (salaire et conditions de travail).

En fait, c'est en lisant les commentaire à propos d'un lien du site Le Monde.fr sur facebook, ici que j'ai été très choquée par leur violence.

Il s'agit d'un article sur les enseignants qui n'auront pas de prérentrée en 2014 et qui donc sont censés reprendre en même temps que les élèves, ce qui ne semble pas faire l'unanimité. Belle occasion donc pour se défouler sur les chers profs.

J'ai enseigné dans l'Education Nationale, j'ai moi même été élève, mon fils est élève, demain les deux le seront. Bien sûr qu'il y a eu des profs nuls, démotivés, incompétents, mais il y aussi tous ceux dont je garderai un souvenir ému toute ma vie, et aussi cette prof qui a su faire naître une vocation.

Comment peut -on mépriser à ce point ceux à qui l'on confie nos enfants plus de 7 heures par jour pendant plus de 15 ans? Comment peut-on dénigrer ceux qui exercent un métier que très peu pourraient supporter? parce qu'au-delà des 18 heures de "face à face" hebdomadaire il y a tout ce qu'on ne compte pas (écoute des élèves, conseils, travail administratif, concertation, correction, préparation, organisation...). Aujourd'hui être prof c'est une vocation. Un sacerdoce. Les enfants sont aussi à l'image de leurs parents, en souffrance dans une société minée par le chômage, la perte de valeurs et repères moraux (je vis dans la ville la plus pauvre de France d'après l'INSEE). 

Souvent décrédibilisés (malgré le bac + 5 pour enseigner à des tout petits), les enseignants doivent faire leurs preuves toujours et encore, observés, épiés, jugés parce qu'ils ne saluent pas les parents à 8h30 le matin à la porte de la classe, trop occupés à prendre en charge et faire travailler les enfants (revendication formulée par un parent délégué comme moi qui ne comprenait pas que je ne partage pas son avis).

Je m'interroge sur le virage professionnel que je vais emprunter si l'Institut ferme. Je me demande aujourd'hui si j'ai les épaules pour devenir prof des écoles ou prof de français ce métier pourtant si "facile" à exercer puisque tout le monde a un avis sur l'incompétence de ceux qui ont réussi à être sélectionnés (10 postes de prof des écoles pour 500 candidats dans mon académie). 

A ceux qui jugent et méprisent : vous croyez vraiment qu'on peut se foutre des enfants, ou des adolescents que l'on a en face de soi 7 heures par jour? vous croyez vraiment qu'on peut faire ça sans humanité, sans dévouement? Les postes aux concours ne sont pas tous pourvus. Si le métier est si enviable, lancez-vous, vous!

Ce que vous ignorez sûrement, c'est qu'être prof c'est devoir se justifier sans cesse, et pas seulement entre les quatre murs d'une salle de classe...

 

Commenter cet article

lizagrèce 22/05/2014 21:12


Je suis outrée quand je vois comment est traité le corps enseignant en France, que ce soit par les parents d'élèves, et pire par les élèves.


N'oublions pas non plus que les parents sont là pour éduquer et que le rôle de l'enseignant est d'instruire. L'enseignant ne peut se subtituer aux prérogatives familiales et il serait bon de le
rappeler.

Océane 19/05/2014 21:45


Merci pour ce très bel article, qui remet quelques pendules à l'heure ! je suis de ton avis sur le fait qu'on ne se rend jamais compte des réelles implications du métier de prof, des difficultés
et du mépris...


(Et merci à Angélita our avoir partagé son enthousiasme envers ton billet !)

cha 18/05/2014 00:00


merci pour cet article qui fait tant ce bien!


Dans toutes les professions il y a des "cons" ou des "planqués" certains en font une généralité, c'est dommage!


Je tiens également à dire que j'ai aussi fait la grève pour dénoncer des conditions de travail pour les enseignants mais cela correspond à des conditions d'apprentissage pour les enfants qui sont
démentes: Le mois dernier un collègue absent (pas remplacé) ses élèves ont été répartis. J'ai passé la semaine avec une moyenne de 35 enfants: pas assez de chaises, pas possible de travailler
correctement...


J'adore mon travail, je m'en fiche qu'on trouve que mes vacances sont trop longues et que je ne "travaille pas vraiment comme je termine à 16heures", je veux juste qu'on me respecte... comme je
recpecte les autres!

virginie b 17/05/2014 11:41


et sinon une surprise là http://www.virginiebichet.org/2014/05/une-appli-photo-a-decouvrir-giveaway-inside.html

sconesandstones 16/05/2014 19:28


Je suis en pleine préparation(et passage) du CRPE, c'est vrai que souvent je me demande si je parviendrai à supporter les perpetuelles critiques de certains parents quand je serai professeure des
écoles... moi aussi j'en ai marre de me voir balancer (oui déjà) des "ah bah quand tu seras instit' tu seras tranquille avec toutes tes vacances, et puis le travail de préparation, ce n'est que
l'histoire de la première année, après tu pourras toujours te servir de ce que tu as préparé les années précédentes!". Je n'ai pas encore commencé à enseigner, mais je sais pertinemment que c'est
beaucoup de travail, qu'il faut sans cesse se renouveler (c'est la clé de l'efficacité à mon humble avis) et je trouve ça dommage que les gens qui n'ont jamais exercé ce métier le méprisent et le
caricaturent autant (et je partage les mêmes opinions et questions que celles que tu présentes dans ton article). Bisette 

Laurence 16/05/2014 18:21


Je vais apporter un petit bémol à ton artcicle Alice, au risque de me faire lyncher ! Le problème des profs c'est que beaucoup sont valables mais ce sont tous ceux qui font ce métier non par
passion mais par dépit qui ont fait tant de mal à la profession. Je suis issue d'une famille 100% éducation nationale et je sais qu'un prof ça bosse, ça ne se contente pas de ses heures de cours
et les vacances sont le revers de la médaille d'une profession pas si bien payée au vu du niveau d'étude mais le souci, ce sont les profs qui se plaignent tout le temps, quémandent, sont fatigués
... je t'assure que j'en voie passer au restaurant, ils me collent des envies de meurtres ! 

silm 16/05/2014 18:08


Merci pour cet article ! Certains soirs je rentre chez moi déprimée, la boule au ventre avec la sensation d'être une sepillère inutile même si j'aime mon métier et que j'y consacre bien plus de
35h/ semaine quoiqu'on en dise. Hélas ces articles qui prennent la défense des profs et balaient tous les poncifs ne sont souvent lus que par des convaincus...Ceux qui critiquent et se plaisent à
nous appeler "privilégiés, fainéants ..." ne sont de toute façon pas ouverts à la discussion et renient les évidences bien souvent :-/ 

Nath 16/05/2014 15:16


Merci pour cet article ! effectivement c'est lassant de s'entendre dire qu'on "ne fiche rien", et que "c'est de notre faute si tout va mal" ! Mais je crois qu'on est encore très nombreux à croire
en ce que l'on fait et à le faire du mieux possible, alors on laisse parler les envieux et ceux qui n'y connaissent visiblement rien, et on se concentre sur l'essentiel  : les enfants ...
C'est vrai que je me demande toujours comment certains peuvent envisager de laisser leurs enfants ne serait-ce qu' 1 jour à ces "affreux profs" qu'ils condamnent si férocement ?


En tout cas , c'est un article qui fait du bien à lire ;)

Estelle 16/05/2014 14:20


Merci pour cet article ! Je suis prof de français depuis 7 ans et j'ai décidé d'arrêter de me justifier ! Si tu m'envies, passe le concours ! (et bon courage quand tu iras enseigner à Paris parce
que oui, nous partons tous là -haut ! )


 


Estelle


lamodeestunjeu.fr

Despe 16/05/2014 13:26


Si je peux me permettre tout ça c'est à cause des "bruyants" (peut être pas la majorité d'ailleurs mais il n'y a que ces personnes qui ont tribubne) comme le syndicat qui a déclaré aujourd'hui
même que reprendre le 31 août était "impensable psychologiquement", alors que nombre d'arguments auraient pu être recevables... C'est un métier difficle, sous payé mais qui malgré tout bénéficie
d'une écoute dès dirigeants, je crois que c'est là ce qui exaspère ceux qui crachent sur les profs. Du coup clairement tous les enseignants doivent se justifier sans cesse ! Mais il faut voir
aussi comment sont jugés ceux qui pensent à contre courant de la majorité bruyante qui subissent des pressions dans la salle des profs... Bon courage en tout cas car toi ta situation est encore
toute autre et les syndicats enseignants "officiels" n'ont pas l'air à vos côtés... ! Bisous ;-D

Florence BatMax 16/05/2014 11:55


Merci ;)


Je suis toujours émue par les commentaires que je peux lire ici où là sur mon métier. Je dois avouer que des billets de soutien me font beaucoup de bien !

LMO 16/05/2014 11:40


J'ai un peu de mal aussi avec cette haine des profs...


 


Je crois qu'il est plus simple de les détester eux que d'avoir un réel avis critique sur l'éducation nationale... Car si l'éducation va si mal aujourd'hui, ce n'est pas de la faute des profs mais
bien de l'ensemble du système... Et il me semble qu'ils en sont autant victimes que les enfants... :-/

PetitDiable 16/05/2014 10:13


Comme c'est juste...je suis prof et c'est limite si je ne m'excuse pas en le disant!


 

Angélita 16/05/2014 10:05


Enfin un article de bon sens. J'en ai marre de voir les profs constamment critiqués parce qu'ils font grève. Je ne commente plus de tels propos car les parents d'élèves, la majorité, ne
connaissent pas la vie des profs. Je ne suis pas prof mais j'ai été très souvent en contact avec eux lors de conseils de classe.

Tazounette 16/05/2014 09:28


Après ma licence, persuadée que j'avais la vocation pour être instit (il fallait que je bosse avec des enfants, je sortais de 10 ans de cheftaine de louveteaux dans le scoutisme et c'était
forcément la suite logique), j'ai fait des remplacement d'instit dans le privé pendant 6 mois. ça m'a complètement vacciné. J'ai fini avec un mois avec des CP. L'instit que je remplaçais avait 35
ans de carrière, elle venait de prendre un congé médical pour dépression, elle n'avait jamais eu une classe si difficile et moi j'arrivais sans expérience ? J'étais en larmes tous les soirs à
16h30 tellement ils étaient infects. Et je parle de mômes de 6 ou 7 ans... Ca a été terminé et je n'ai jamais passé le concours. Ce n'était pas le souvenir que j'avais. Les gamins de 6 ans qui
insultent l'instit, sortent le goûter en pleine séance de maths... Non, le métier n'est plus ce qu'il était. Et c'est même bien plus qu'un sacerdoce. Quand on voit que l'instit en plus de son
boulot doit prendre le relai des parents qui renoncent à éduquer leurs enfants pour ne pas avoir le mauvais rôle, et j'en passe... Et le plus dur, de ma courte expérience ce n'était pas tant les
enfants, mais les parents... jamais contents du travail fait en classe, trop ou pas assez de devoirs, trop de leçons ou pas assez de leçons... Bref, j'ai fini secrétaire à la Commission
européenne, je n'ai jamais regretté mon choix. Animer et enseigner sont deux choses très différentes ! Merci pour ton article, je suis on ne peut plus d'accord avec toi...

Ptisa 16/05/2014 09:28


je pense que cette opposition est entretenue par le système et que lorsque les gens sont montés les uns contre les autres, ils sont divisés donc faibles (les exemples sont nombreux, tu peux faire
des catégories sociales diverses et variées il y a une toujours une catégorie contre une autre). Concernant les enseignants plus particulièrement (j'en ai dans mon entourage proche, de ceux qui
n'ont que le bac et ont un salaire inférieur aux bac+5 recrutés maintenant, ça aussi, ça permet de monter les enseignants les uns contre les autres, ils sont trop nombreux) : il y a des cas, où,
en dehors de leur métier ils ne connaissent absolument pas le travail que peut fournir un salarié du privé. Il y en a qui pensent que les salariés du privé n'ont pas de jour de carence (il faut
expliquer que ça dépend des conventions collectives et surtout de la négociation dans l'entreprise, c'est à dire que dans les PME zéro / il y en a qui pensent même que ce sont les comités
d'entreprises qui paie ces jour-là, un vrai délire), qui te parlent comme si des gens (moi) qui rentrent chez eux vers 19h avec tout à faire, ça n'existe pas et à qui on est obligés de rappeler
que "mais moi, j'ai pas de vacances, je peux pas venir", oui qui ne peuvent pas imaginer, que par exemple, moi qui ai passé 4h hier à ne pas travailler pour garder ma fille, je dois rester 4
jours jusqu'à 19h au bureau pour "rattraper". Bon, je te passe tout le détail, mais les conditions de vie sociale sont extrèmement différentes. Sans compter ceux qui te parlent comme si toi aussi
t'avais 5 ans. Ca commence à être différent quand tu côtoie un enseignant qui est marié avec un non enseignant qui bosse jusqu'à 20h tous les soirs et a du mal à caler ses congés sur les vacances
scolaires. Bref, j'essaie de prendre de la hauteur par rapport à tout ça et de me dire que tous les métiers sont durs de plus en plus dans la relation avec "le client" surtout et la démission du
management, c'est valable dans le public comme dans le privé ! Quand au salaire, je connais une enseignante proche de la retraite qui n'est pas propriétaire de son logement et n'arrive pas à
boucler les fins de mois : ça n'a rien à voir avec le salaire, il y a des paniers percés dans toutes les classes sociales !

Alice 29/05/2014 20:38



Voilà c'est au cas par cas et des exemples et des contre-exemples, j'en ai aussi à la pelle :)



virginie B 16/05/2014 08:30


il y en a que j'admire vraiment, ceux qui exercent ce métier avec des convictions, qui n'ont pas perdu la foi comme on dit...c'est un beau métier quoi qu'il en soit !

Alice 29/05/2014 18:13



oui, mais comme partout, il y a ceux qui sont animés par l'amour de ce qu'ils font... et les autres !



catherine 16/05/2014 08:19


et oui... mon mari est enseignant  de mathématiques ! et pour tout le monde cela signifie qu'il est sans arrêt en vacances, qu'il ne travaille pas beaucoup par jour, bref qu'il ne fout
rien.... C'est en effet sans compter les heures de travail de préparation et de correction à la maison, les multiples réunions qui se rajoutent les soirs, et surtout les élèves à qui il faut
enseigner et hélas qu'il faut aussi éduquer. Sans parfois/souvent avoir de soutien de la hierarchie... Bref comme tu dis lancez-vous donc, ceux qui critiquent si ce métier vous semble tellement
paradisiaque... Bon week-end à toi !

Alice 29/05/2014 18:12



Merci pour ce commentaire Catherine


Je comprends tout à fait :)