Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Lectures très éclectiques d'Août (1)

13 Août 2013, 16:49pm

Publié par Alice

DSC08026.JPG

 

Louise ERDRICH, La malédiction des colombes, Albin Michel.

Une très belle découverte. Il s'agit d'une histoire familiale dont le roman puise ses racines dans un drame (le lynchage de quatre jeunes innocents) vécut par le grand-père, indien D'Amérique. 

C'est un roman à plusieurs voix, sur plusieurs époques (encore!) dont les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres.

Je crois que j'aurais adoré qu'il y ait plusieurs tomes pour découvrir ce qu'adviennent les personnages après (ou avant d'ailleurs). 

Un auteur que j'ai très envie de découvrir davantage. Il s'agit de ma pépite de l'été.

Ce livre existe en poche, n'hésitez pas.

8.5/10

 

DSC08027

 

Elizabeth BOWEN, Un monde d'amour, Points.

C'est un été très chaud, au tout début du XXième siècle. Une famille Lilia, Fred et leurs deux filles habitent la maison d'Antonia contre l'exploitation des terres. S'ils peuvent y habiter, c'est que Lilia fut jadis fiancée avec Guy, propriétaire de la demeure. Lorsqu'il mourut au front, Antonia décida d'aider la jeune femme, alors quasi perdue dans Londres, pour lui proposer d'épouser Fred.

Le "fantôme" de Guy ressurgit par le biais de lettres trouvées par Jane, l'aînée des filles de Lilia. Intrigues passées et révélations amoureuses sont de rigueur.

Une belle plume mais une lecture bien peu palpitante... Je voulais renouer avec la littérature un peu plus classique, mais manifestement, ce n'est pas ce que je cherchais vraiment.

6/10

 

DSC08029

 

BOULET et Pénélope BAGIEU, La page blanche, Collection Mirages, Delcourt.

Un malheureux concours de circonstances m'a vraiment fait pester lorsque je me suis aperçue, une fois entrée dans la médiathèque, que j'avais oublié ma liste à lire (LAL pour les bloggueuses) soigneusement préparée. J'ai tenté de me remémorer les auteurs, les titres, en vain, et me suis donc dirigée au rayon BD.

Heureux oubli puisque j'ai enfin, des années après tout le monde, découvert P. Bagieu. J'ai bien aimé cette bande dessinée, elle retrace l'histoire d'une jeune femme qui prend conscience, soudainement, assise sur un banc, qu'elle a tout oublié.

Amnésie inexpliquée. Elle cherche donc dans son quotidien, les traces de qui elle est, s'imaginant toutes sortes de scenarii rocambolesques. Ce qu'elle découvre, c'est le vide de son existence : sentimental, intellectuel, culturel (malgré son emploi de libraire/vendeuse). Par petites touches, subtilement, j'ai eu le sentiment de "me" reconnaitre. Je me suis vue à 25 ans : lire ce qu'il faut lire, écouter ce qu'il faut avoir entendu. De l'amour mais tranquille. Un confort finalement inconfortable dont le réveil sera provoqué par la perte de mémoire.

7/10

 

DSC08028

 

T. BENAQUISTA et F. CESTAC, Des salopes et des anges, Dargaud. (BD)

Appâtée par le nom de Benacquista, j'ai également emprunté cet album qui retrace l'histoire du droit à l'avortement à travers le parcours de trois femmes : l'une militante de la cause féminine, la seconde bourgeoise qui trompe son mari et reste "par convenance" et la troisième qui a une vie amoureuse plus normale mais dont le petit ami fuit lorsqu'il apprend qu'elle est enceinte.

La loi Neuwirth, Roudy, Veil : la BD retrace les débats à l'Assemblée, l'évolution lente des mentalités, les idées préconçues, les risques pris par les femmes, la traversée de la Manche qu'effectueront les trois femmes pour se faire avorter "à la chaine", evidemment sans prise en charge psychologique.

Un album plus pédagogique que passionnant à mettre en main de toutes les jeunes jeunes femmes.

6/10

 

 

DSC08030

 

T. BENACQUISTA et J. FERRANDEZ, L'outremangeur, Casterman. (BD)

Un personnage commissaire de police très touchant mais malheureusement à qui les auteurs n'ont pas donné les moyens d'être attachant.

Le "noeud" de l'histoire tient en deux planches. J'en aurais voulu plus. C'est dommage car vraiment, l'intrigue est bien menée. 

Au début de l'histoire, Richard Séléna est un personnage obèse, boulimique qui se rue sur la nourriture, fait mettre un paravent pour dîner à l'abri des regards au restaurant, commande des plats pour 4 personnes et assiste à des groupes de parole au cours desquels il ne dévoile rien.

Iil faudra pourtant qu'il retourne sur le terrain, rencontre au cours d'une enquête une (jolie) jeune femme qu'il sait coupable et à qui il proposera un étrange deal en échange de son silence.

6.5/10

 

 

Commenter cet article

Céline☼ 14/08/2013 21:57


Oh dis donc !


J'avais emprunté le premier roman que tu présentes à la bibli cet été mais je l'ai rendu sans avoir eu le temps (et l'envie suffisante) de le lire.


Tu me donnes envie de retenter.

Laurence (Lolotte) 14/08/2013 17:28


Je ne suis pas super fan de BD mais j'aime beaucoup ce que fait Pénélope Bagieu !

chocoladdict 13/08/2013 23:19


jamais lu le premier auteur dont tu parles mais j'en ai beaucoup entendu parler (en bien )

anyuka 13/08/2013 20:17


J'ai lu ces 3 BD, je les ai appréciées pour les mêmes raisons que toi. J'ai adoré le travail conjoint de Boulet+Bagieu ! 


Je prends note du Louise Erdrich !