Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Le long chemin de la constance

19 Juin 2013, 19:03pm

Publié par Alice

On dit souvent que pour bien grandir les enfants passent par des phases de régression. On dit moins souvent que les parents aussi.

Des semaines durant je me bute contre l'un ou l'autre, m'énervant contre leur façon de faire, surtout leur façon de recevoir le "Non", chacun à sa manière, pleurant, se roulant par terre, criant, menaçant, larmoyant, accroché à mes jambes et j'en passe.

Et moi, bille en tête, je me braque, excédée par le conflit, ne cherchant même plus le dialogue. J'isole, punis, fuis. Et ça dure des jours et des jours à me plaindre de leurs caprices, ne comprenant pas pourquoi, excusant parfois la fatigue, ou encore le caractère.

Pour le Petit, il y a 40% de faim, 40% de fatigue et 100%, 20% de caractère très très trempé. Donc on peut faire diversion s'il est ni fatigué ni affamé.

Quant au Grand, finalement, je dois encore une fois retenir deux choses :

- après avoir évincé les besoins primaires: pipi, soif, faim, fatigue, tenter l'humour en faisant diversion. Ma dernière pirouette très efficace : "Dis, tu connaîtrais un enfant, toi, qui ne pleurerait pas quand je dirai non? et un enfant sans tétine? et qui fait des câlins de cheveux aussi bien que toi? mais qui saurait aussi bien s'occuper de son petit frère que toi? et qui aimerait autant son chat"? Passage en revue hilare de tous ses copains, et hop, revalorisation, amusement et complicité. L'affaire est pliée.

-le dialogue : chercher à comprendre pourquoi. Quelle est la frustration à l'origine du pétage de plomb (souvent elle n'a rien à voir avec)? Le frangin qui prend trop de place? L'envie de partager un moment avec l'un des parents? le besoin de se défouler et courir?

Cela fait 4 ans et demi que c'est ainsi et que, périodiquement, je pars en vrille sans même prendre le temps de souffler 30 secondes avant de réagir dans l'émotion, et d'accentuer la crise.

C'est con qu'il me faille me libérer de la pression du boulot pour redécouvrir que je peux être assez patiente aussi, à l'écoute et attentive afin d'anticiper et désarmorcer les conflits au lieu de rentrer dedans bille en tête.

 

pied.jpg

Commenter cet article

LMO 20/06/2013 14:03


Bon courage! De la constance, je n'en ai toujours pas, je compatis!

Cla 20/06/2013 12:33


Je crois que c'est humain, on ne peut pas être toujours dans le contrôle de soi. Bises

petitdiable 20/06/2013 12:28


Ici, c'est depuis que je retravaille finalement que j'ai plus de patience...24/24 avec le Cromignon ne me permettait pas d'avoir du recul...

Ptisa 20/06/2013 12:19


en même temps refuser le non, ça fait partie de l'apprentissage, il faut bien qu'ils apprennent à être frustrés. Ici on a des difficultés avec "après" : tu manges d'abord, je te donnerai ton
livre après", moi aussi j'isole les hurlements et les pleurs, de toute façon il faut qu'ils apprennent à gérer leur colère tout seul (des fois je lui dis "respire lentement" et je le fais avec
elle mais ça marche pas toujours)

Madamezazaofmars 20/06/2013 10:06


JE crois qu'on en est toutes là à certains moments, à intervalles réguliers dans notre vie de maman, mis a part celles qui ont des angelots.


Ta photo est sublime !