Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Le coeur déchiré

2 Mai 2013, 11:59am

Publié par Alice

m.jpg

 

Dès qu'il s'agit d'enfants, ou qu'on me parle de bébé, je suis envahie d'un sentiment de compassion très violent.

Dans la ville dans laquelle je vis, dans laquelle j'ai grandi, je me suis mariée, on se connaît tous un peu, qu'on soit allés en primaire, au collège ou au lycée ensemble. On connaît quelqu'un qui connaît.

Petite ville, petite famille. Tout se sait, tout se dit.

J'ai donc appris qu'un copain d'enfance, dont les enfants jouaient encore avec les miens la semaine passée au parc d'enfants près de la mer a tué son petit garçon en reculant dans son jardin avec un engin de chantier. Le mot "atroce" est faible. Je viens d'écrire cette phrase rapidement comme pour me débarrasser de l'horreur de l'événement.

Depuis je pleure. Je me mets à la place des parents. Évidemment je ne peux rien faire pour alléger leur souffrance et à très très moindre échelle la violence avec laquelle j'ai reçu la nouvelle (je me suis effondrée).

Je veux juste récupérer mes enfants, les serrer dans mes bras, et pleurer le visage niché dans leur cou. 

J'ai mal pour cette famille. J'ai mal pour eux et je serre mes petits garçons. 

Je me sens désolée. Je me promets d'arrêter de me plaindre de mes enfants, du manque de sommeil. Les aimer, les chérir, les protéger. Profiter de chaque regard, chaque seconde comme eux ont pu le faire.

On connaît tous des parents endeuillés, on sait tous que personne n'est à l'abri de cette tragédie, même et surtout quand nos enfants sont grands. Mais purée, comment se blinde-t-on de cette peur et de cet intense sentiment de tristesse.

Je pleure égoïstement mais aussi humainement parce que oui, je ne voudrais jamais penser qu'un jour je fermerai définitivement les yeux d'un de mes fils. Je ne voudrais pas que cela puisse exister, on ne devrait pas pouvoir l'envisager. Jamais.

Rien de ce que je pourrais faire ou dire ou penser (ou même prier) ne soulagera leur chagrin. Ne pas avoir d'emprise sur le présent et ne pas pouvoir revivre différemment ce moment. C'est ça, oui la mort et oui, je prie pour qu'elle évite de croiser notre chemin le plus longtemps possible.

Voilà. J'ai peur. Je suis morte de trouille. Et, quelquefois, quand un épisode tragique me rappelle la réalité de la vie/la mort/la famille, cette peur me submerge, m'envahit et m'oppresse comme tout parent, parent que je suis devenu, et que j'apprends à être.

Commenter cet article

pauline k 03/05/2013 11:14


J'ai la gorge serrée...


Moi aussi je suis morte de trouille.


Douces pensées pour cette famille...

Marine 03/05/2013 09:15


Moi qui lit ton blog pour me changer les idées...cette fois-ci c'est raté....Ce petit garçon est mon neveu, sa maman ma soeur.......Tristes, déchirés, malheureux, nous le sommes profondément. La
vie est injuste, mais la prière nous aide.

natmum02 02/05/2013 19:26


Oui les serrer fort nos enfants pour sentir leur coeur battre

Sandrine(SD49) 02/05/2013 18:45


Ton billet me donne des frissons. Quoi dire de plus ...

Ptisa 02/05/2013 17:12


je crois qu'on ne se remet jamais de ce drame de perdre un enfant, ce n'est pas dans l'ordre des choses, comme perdre ses parents. Et personne ne peut jamais s'y habituer. C'est tragique, c'est
le destin ... que dire ... Le désespoir est proportionnel au sentiment de bonheur et de plénitude de les avoir faits et de les avoir près de soi. Il n'y a rien de pire et il n'y a rien de
meilleur que ses enfants. La vie, c'est cruel.

Madame 02/05/2013 17:05


Je n'ai pas de mot, je suis triste et peinée, le pire du pire, tu as tout écrit. Lis, à l'occasion, le coeur bien accroché, le Fils de Michel ROSTAIN, le deuil d'un père, magnifique.


Toutes mes pensées pour cette famille, personne ne devrait vivre ces moments

LMO 02/05/2013 16:20


Je suis toujours au bord des larmes quand je lis ce genre de news (nombreuses dans ma région, malheureusement). J'imagine ta peine, connaître un enfant et savoir qu'il n'est plus là, c'est
terrible. Je n'imagine pas le chagrin des parents, en revanche, tant ce genre d'évenement est tragique, insurmontable et tout simplement inimaginable.


 


Je crois qu'on ne se débarasse jamais de cette peur. Je crois même qu'elle grandit en même temps que l'enfant... Plus il grandit et plus les risques sont grands. J'apréhende les 15/16 ans de
Mouflette, et pire encore le jour où elle et ses copains auront le permis...


 


En attendant, comme toi, j'essaye de me plaindre le moins possible et de savourer la chance que nous avons d'avoir des enfants en parfaite santé. C'est l'essentiel mais on a parfois tendance à
l'oublier...

anne-flore 02/05/2013 16:13


J'en ai les larmes aux yeux Alice..la vie est tellement injuste parfois ! Comment se remet-on d'une tragédie pareille...? C'est juste inhumain ! 


Bien souvent quand je me fâche plus que de raison contre mes enfants, je me les imagine gravement malades ou pire...Tu vois je ne peux me^me pas l'écrire ! Dans la vie il faut apprendre à
relativiser et profiter de l'instant présent !


J'aimerai tant pouvoir te réconforter...Mes pensées t'accompagnent et accompagnent cette famille...Si tu en as le besoin, je suis là. Je t'embrasse très fort.

LesBlablasDeBouba 02/05/2013 15:05


Moi aussi, je me sens toute bizarre.. D'autant que j'ai ressenti ça il y a deux ans. Des parents ont perdu leur fille aînée de 4 ans, écrasée par le camping car du papi qui reculait et ne l'avait
pas vu circuler en vélo dans la cour :(, sous les yeux de sa soeur de 2 ans... Elle n'aura jamais connu son petit frère né quelques mois après... :'(


Le papa est un cousin de mes cousins. J'ai dû le voir 2-3 fois IRL c'est tout, mais que ça m'a été douloureux...


Les parents ont été très forts, et ont encouragé le papi malgré tout à continuer d'accueillir ses petits enfants. Mais je ne sais pas si celui-ci se le pardonnera un jour...

Maman Crotte 02/05/2013 14:58


Mon visage vient de se figer. Mon dieu, c'est tellement "horrible" !


La vie, parfois, c'est vraiment une tartine de merde dont on mange un morceau tous les matins !


Je te fais de gros bisous, à défaut de savoir quoi faire d'autres :(