Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Le "Charlotte" qui ne m'a pas convaincue

10 Janvier 2015, 07:21am

Publié par Alice

DSC03387.JPG

 

Pas facile de résister aux avis (très souvent élogieux) écrits ici et là. Pourtant j'ai entamé la lecture de ce roman vierge de tout commentaire.

Charlotte est le roman-biographie de Charlotte Salomon, peintre née en 1917 en Allemagne. Sa vie sera tristement et tragiquement guidée par deux traumatismes : l'un personnel avec les suicides qui ont frappé la quasi totalité de sa famille maternelle et le second, planétaire puisqu'il s'agit de l'oppression et du massacre perpétré par les nazis.

L'histoire de cette personne est tragique, émouvante, bouleversante. Personne ne peut rester indifférent. Le sujet était donc tout trouvé et "facilement exploitable" pour Foenkinos.

Mais, j'ai le sentiment que ce roman ne remplit pas toutes ses promesses : puisque justement il manque le romanesque à cette biographie pour en faire un roman. L'analyse psychologique (qui aurait été hasardeuse s'il s'agissait d'une biographie) est quasiment nulle ; or on apprend à la fin de l'oeuvre que Charlotte a été qualifiée de "folle" par un médecin qui l'a bien connue. 

J'ai également le sentiment d'une duperie avec cette présentation qui laisserait penser à un poème, alors que la mise en page viendrait, selon Foenkinos, souligner le fait qu'il peine à retrouver son souffle d'écrivain tant il est ému, émotion qui fait pourtant défaut au roman.

Peut-être aurait-il fallu qu'il s'agisse d'une biographie, mais dans ce cas, la lectrice curieuse que je suis aurait aimé ressentir davantage les oeuvres, leur description, leur conception,

J'imagine sans mal Foenkinos bouleversé par la vie et l'oeuvre de Charlotte Salomon, mais je n'ai pas le sentiment que sa fascination se lise dans ce roman, jamais il ne trouve les mots pour expliquer pourquoi cette femme le hante, ce qu'il a ressenti/ compris en se rendant lui-même sur les traces de Charlotte.

Charlotte, de David FOENKINOS, Ed. Gallimard.

 

Un peu de lecture pour rester debout. La culture comme arme de construction massive. C'est mon cri littéraire du samedi, VirginieB.

Commenter cet article

Ptisa 12/01/2015 09:28


je n'ai lu que la délicatesse de cet auteur, et en effet, le manque d'émotion est assez décourageant pour donner envie de continuer à le lire

swettylux 12/01/2015 09:07


ah peut etre que je le rajouterai a ma liste


des bisouss

MHF 10/01/2015 19:07


Je n'ai pas lu ton article car je l'ai dans ma pile à lire ;) Je reviendrai....

Laurence 10/01/2015 17:11


Je ne suis pas su tout surprise de ta critique. Moi Foenkinos, je ne peux plus ... même si le destin de cette femme est fascinant !

Estellecalim 10/01/2015 15:58


Il y a pas mal d'avis négatifs très virulents qui ont été publiés sur ce roman, mais le tien a l'avantage de rester mesuré et surtout argumenté. Je viens d'écrire le mien et j'ai aussi eu
l'impression qu'il manquait quelque chose. C'est dommage. Mais je crois que cela a trait à l'écriture de Foenkinos qui est toujours factuelle comme ça. Je crois me souvenir que dans la
délicatesse il n'y avait pas vraiment de développement psychologique non plus. Mais cela remonte à loin. 

Manika 10/01/2015 15:15


Merci pur cet avis ... qui change ! 

virginie b 10/01/2015 11:05


je l'ai lu comme une biographie finalement, il m'a donné simplement envie d'en savoir davantage sur Charlotte, découvrir son oeuvre...

anne-flore 10/01/2015 09:14


Merci pour l'honneteté de cette critique...je dois avouer que son précédent bouquin ne m'a pas emballée plus que ça en dépit là aussi des critiques élogieuses...Et oui à 1000 % pour ta conclusion
! Bon week-end...apaisé je l'espère.