Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Chrysis, de Jim FERGUS

3 Mars 2014, 06:12am

Publié par Alice

Ajanvier 20140301 091049[1]

 

J'ai découvert Jim Fergus en lisant  Mille femmes blanches et j'avais beaucoup aimé l'univers des indiens d'Amérique par le biais de ce sordide échange entre le gouvernement américain et les Indiens: 1000 chevaux contre 1000 femmes blanches.

Chrysis a pour point de départ une motivation beaucoup plus personnelle puisque durant les derniers mois de la vie de sa femme, au cours d'un voyage en France, celle-ci a un véritable coup de foudre pour un tableau chez un antiquaire. Quelques mois plus tard, Jim Fergus lui offrira avant sa mort. C'est sur l'origine de cette toile que l'auteur s'interroge et "enquête" pour découvrir qui était le peintre, une certaine Chrysis.

Donc, à mi-chemin entre la biographie et le roman, il raconte une vingtaine d'années de la vie de Chrysis, jeune femme, fille unique issue d'une famille privilégiée, belle, idépendante, talentueuse (tout ce qui a tendance à m'exaspérer : des héros parfaits). On croise les artistes du début XX° : Picasso, Braque, Kiki de Montparnasse tous y sont.

Parrallèlement à la vie de Chrysis, il y a ce cow-boy qui traverse l'Océan avec son cheval pour combattre en France, dans la Légion, fasciné par ses ancêtres français. Un grave accident (son cheval marche sur une bombe) marquera la fin de sa carrière dans l'Armée. C'est un beau personnage.

Vous l'aurez deviné, ces deux protagonistes vont se croiser et s'aimer et se quitter. Et le roman s'achèvera (presque) ici.

Si l'intention de Jim Fergus était d'écrire une biographie, celle-ci est bien trop légère et inachevée à mon goût (même si en quelques phrases il raconte la fin de la vie de Chrysis et de Bogey Lambert, le cow-boy). Si l'intention est juste de raconter l'histoire de ce tableau dont la scène représente une orgie, alors le pari est plus réussi. C'est une époque et une atmosphère qui sont dépeints dans ce roman.

Un livre qui se lit facilement et agréablement mais qui me laisse un goût d'inachevé.

Commenter cet article

Claire 14/07/2014 23:15


Chrysis constitue le premier Jim Fergus que je lis. Et comme je lexpliquais dans mon billet, je n'ai pas le même ressenti que toi.


Certes, ce n'est pas un coup de coeur, sans doute en raison de la brieveté de cet ourvage et de la rapidité de certains passages. Mais j'ai aimé me retrouver dans ce Paris des années folles à la
rencontre de ces deux beaux personnages.


Bosey est un héros fort, courageux, noble dont le parcours m'a vivement intéressée. Et j'ai apprécié le destin de Chrysis, son émancipation, sa vie d'artiste...


Je pense que je tenterai cette année de me lancer dans Mille femmes blanches dont j'ai entendu beaucoup de bien.

madame Brouhaha 03/03/2014 17:20


Je n'avais pas réussir à finir 1 000 femmes blanches, alors qu'on m'en avait dit que du bien ! Alors je ne tenterai pas celui-ci. Merci

Laurence 03/03/2014 16:32


J'attendais ton avis avec impatience mais je crois que je vais zapper sur ce coup là !