Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Claustria, de Régis JOFFRET

17 Octobre 2012, 18:35pm

Publié par Alice

DSCN0804-copie-1.JPG

 

Je crois avoir lu l'histoire la plus abjecte que je n'ai jamais lue. Un truc à te filer la nausée, à sauter des mots et des lignes pour ne pas visualiser.

Et pourtant ce roman énorme je ne l'ai pas fermé avant la fin. Malgré le dégoût, l'horreur, je m'en suis voulue d'avoir poursuivi la lecture comme si je me complaisais dans ce voyeurisme malsain. Alors je m'en voulais tous les soirs en l'ouvrant, mais pourtant je continuais.

Finalement  je ne sais qu'en penser, m'en voulant presque de l'avoir fini entièrement et d'en avoir supporté la lecture.

Ce roman relate ce qui m'est intolérable dans ce monde: inceste, viol, violence physiques et psychologiques au-delà de l'imaginable. Maltraitance, perversion. Tout ce que vous pouvez de plus horrible qu'un père est capable de faire est dans ce livre.

Ce qui accentue l'horreur également, c'est la qualité de l'écriture. Jamais de misérabilisme, juste une froide description des faits bruts. Pas de sentiments, juste des sensations : celles de la puanteur, de l'étouffement, de la violence des coups, des cranes heurtés contre les murs, des enfants frappés, violés, des privations en tous genres (nourriture, y compris sur des nourrissons, eau, électricité...). Le plaisir de soumettre, d'humilier de "chosifier".

En fait Régis Jauffret s'inspire d'une histoire vraie mais s'en défend en prologue. Donc il s'agirait d'un roman. Sauf qu'il est allé là bas en Autriche pour se documenter, sauf que quelque part, dans une moindre (ou pas) mesure, CA a existé. Et cela rend ce récit d'autant plus abominable. 

Ce roman me suivra toujours comme ce que je ne peux supporter. C'est mon livre à cauchemars. Je n'aurais peut-être pas du le finir, j'ai le sentiment d'aller au delà de ce que je pouvais tolérer intellectuellement et émotionnellement. Je pleure depuis quelques jours dès que j'accompagne mes enfants le matin à la crèche et école. Je les vois si vulnérables, si fragiles et petits.

Bref, je ne sais pas si je dois vous en conseiller la lecture. Une chose est certaine, ce roman m'a collé la plus grosse gifle de ma vie. La violence de sa lecture est à la mesure de la violence vécue par les protagonistes.

"Les enfants de la cave pourraient devenir les égéries d'une confrérie de psychanalystes qui enfermeraient leurs patients dans un cabinet noir pour faciliter l'expulsion de la scène primitive au cours de laquelle ils ont aperçu leur grand-père pénétrer leur maman pour fêter l'anniversaire de leur conception."

Voir les commentaires

Le possible marbré

16 Octobre 2012, 19:37pm

Publié par Alice

DSCN0785

 

ENFIN !

Je le tiens mon marbré! Souvenez-vous, je l'avais tenté avec la recette du quatre-quart et je m'étais ridiculisée.

J'ai donc laissé passer le souvenir de mon cuisant hahaha) échec pour le tenter à nouveau en voulant une partie chocolatée forte en goût mais aussi en saveur.

J'ai trouvé : La recette du gâteau au yaourt avec une moitié dans laquelle j'ai ajouté 150grammes de chocolat noir fondu. Le résultat est beau et délicieux.

Pour celles qui voudraient tenter, voici la recette :

Un yaourt à la vanille (un bon) dont vous garderez le pot comme verre doseur pour le remplir ainsi:

- 1 pot d'huile

- 3 de sucre

- 4 de farine

puis un sachet de levure, 3 oeufs.

(je mets moitié moins de sucre et huile pour sauvegarder ma conscience de gourmande déraisonnable)

Séparez la préparation en deux, ajouter 150grammes de chocolat noir fondu. Dans un moule à cake, versez un fond de préparation vanillée, ouis nappez de la préparation chocolatée et terminez avec le restant de pâte vanillée.

Faites cuire 45 minutes à 180°c.

Après, si vos enfants se sentent inspirés, vous les occupez en leur permettant de faire de la pâte à modeler avec leurs ustensiles et de la pâte d'amande. Fierté garantie !

 

DSCN0787-copie-1.JPG

Voir les commentaires

Maman est là

15 Octobre 2012, 20:00pm

Publié par Alice

bo.jpg

Toi, Frisquette, arrête de crier dès que l'on s'éloigne de toi. Oui, Maman continuera tant que tu le désireras ses câlins/slows langoureux (doigts dans les cheveux, nez dans le cou, collés serrés) en murmurant des mots d'amour à ton oreille et te reposera complètement assommé par le bien-être, dans ton lit avec son foulard comme doudou serré contre ta poitrine.

Oui, même si cela étonne tous les passants, je continuerai à te porter contre moi, nez niché dans mon décolleté tout l'hiver et même plus encore.

Oui, je verrai que toi quand je viendrai te chercher le soir à la crèche, sans jamais te perdre du regard au risque de t'entendre hurler de chagrin.

 

etoile2.jpg

 

Et toi mon Etoile qui voudrait redevenir tout petit dans mes bras. Non, ce n'est pas une preuve de désamour si je refuse que tu viennes te coucher en même temps que moi le soir. Je recherche juste quelques minutes de silence/solitude avant de m'écrouler de fatigue. (Et accessoirement il y a ton Papa qui me rejoint).

Ce n'est pas non plus parce que tu passes "le second" que je donne le biberon à ton frère avant de te donner le tien tous les matins: tu te lèves (Dieu merci) un peu plus tard que lui, c'est-à-dire après 6 heures du matin les meilleurs jours.

Ce n'est pas non plus parce que je te veux du mal que je combats ta tétine et tes pleurs déchirants "Doudou" dès que l'on te dispute. Moi aussi je voudrais te dorloter, te câliner chaque seconde de la journée. Ou une heure c'est déjà bien d'ailleurs. Mais c'est impossible, surtout quand tu te montres particulièrement addict au "NON". 

Ta régression -passagère je l'espère - ne me fait pas t'aimer moins mais exige de moi une patience exemplaire que je n'ai jamais eue. Pourtant, j'y mets toute mon énergie. A te supporter et à t'écouter dignement et calmement.

Maman est là mais s'enfuit avec allégresse au boulot tous les matins...

Voir les commentaires

Petite boutique et grand talent

14 Octobre 2012, 06:00am

Publié par Alice

STEFFI4.jpg

 

Je suis toujours admirative de celles qui créent sur mesure, à la demande, ou au gré de leurs envies.

Je préfère également acheter "maison" que faire marcher le "gros" commerce.

Cette fois ci ce sont les petits chaussons de Steffi (vous savez la maman des Cacahuètes -ou triplés) qui m'ont fait craquer. Même si pour la grande indécise que je suis il a été difficile de choisir tissu, motifs et couleurs, elle a réalisé exactement (et même mieux) ce que je désirais pour mon Poupon.

STEFFI2STEFFI6

(Hep, vous avez vu en exclusivité des cuissots du Poupon du matin, tout chaud de sommeil, prêt pour la toilette)

Et vous, vous avez des créateurs "chouchou"?

Voir les commentaires

Photos en quête d'identité

12 Octobre 2012, 19:57pm

Publié par Alice

identite.jpg

 

C'est fou parce que je suis retournée au photomaton cette semaine pour des photos qui ne figureront pas sur des papiers officiels: j'avais donc le droit de sourire, faire la moue, le droit aussi de les imprimer en noir et blanc.

J'étais donc (presque) libre dans la cabine, un peu dépitée quand "la dame" m'a demandé 4 poses. 4?! Sourire seule n'est pas une évidence. Trouver une attitude presque naturelle, se dire que c'est pour compléter un dossier de candidature pour des vacations très cher payées donc y aller mollo sur l'air ingénu (comme dirait L'Epoux en les regardant), l'air rêveur et/ou inspiré.

Se dire que finalement c'est pas facile de déterminer l'impression que l'on laissera. Même si en effet je serais surement mieux dans ma peau si je me sentais regardée plus souvent dans le format "photo d'identité" que dans le format "photo en pieds".

Je garde précieusement les 3 restantes et je les archive avec celles que j'ai déjà. Traces du temps qui passe, des expressions que je tente de me composer au fil des années pour paraître un peu plus... ou un peu moins... mais ne jamais me reconnaitre vraiment. M'en amuser et regarder celle que je suis pour l'autre, celle que finalement je ne connais visuellement pas tout à fait.

Voir les commentaires

Long week-end, Joyce Maynard

11 Octobre 2012, 19:43pm

Publié par Alice

DSCN0723.JPG

 

 

Quatrième de couverture

Cette année 1987, une chaleur caniculaire s'abat sur la côte Est pendant le long week-end de Labor Day. Henry a treize ans, vit avec sa mère, ne supporte pas la nouvelle épouse de son père, aimerait s'améliorer au base-ball et commence à être obsédé par les filles. Jusque-là, rien que de très ordinaire, sauf que sa mère, elle, ne l'est pas. Encore jeune et jolie, Adele vit pratiquement retirée du monde et ne sort qu'en de rares circonstances. La rentrée des classes qui approche la contraint à conduire son fils acheter vêtements et fournitures au centre commercial. Et là, planté devant le présentoir des magazines où il essaye de feuilleter Playboy, Henry se heurte à Frank, ou plutôt Frank s'impose à Henry : Frank, un taulard évadé, condamné pour meurtre…

 

Une jolie découverte: un roman où il est question d'aimer. Aimer en dépit des préjugés. Aimer sans juger. Aimer mais jalouser. Aimer pour la première ou la seconde fois. Aimer et désirer. 

Ce sont des amours exclusives, des histoires aussi tragiques où en quelques secondes tout bascule, il suffit finalement que l'un aime "mal" pour que l'histoire se transforme en tragédie.

Un livre tout en langueur, comme ce week-end de canicule où il est aussi question de désirs, d'émois et de renaissance.

Un beau roman que je peux faire voyager. Si vous le désirez, il suffit de me laisser un commentaire.

Voir les commentaires

Mon étoile

10 Octobre 2012, 18:59pm

Publié par Alice


etoile.jpg

 

Mon étoile, c'est celle que certains appelleraient mon "ange".

Une petite lumière, une petite voix, un instinct qui me souffle que quels que soient mes choix, ils m'apprendront. Qu'il n'ait pas de chemin qui ne soit mauvais.

Mon étoile c'est une petite flamme qui a toujours réchauffé mon coeur quand j'ai eu quelquefois le sentiment que rien n'allait plus, que je ne pouvais plus : un rayon de soleil, un gazouillis, un baiser, un mot d'amour, un sourire, un geste ou un regard.

Mon étoile m'affirme que la vie n'est que perception : à moi de changer, chaque jour, la manière dont je crois vivre les choses. Elle me fait "travailler", réfléchir, relativiser, positiver.

Mon étoile n'est jamais très loin de mon oreille pour me guider, ou au-dessus de ma tête pour me protéger...

Ceci est ma participation au Me, Myself & I de Zaza et Magda.

Voir les commentaires

Je fais quoi dans mon assiette avec des fèves?

9 Octobre 2012, 19:43pm

Publié par Alice

feves.jpg

 

C'est toujours aussi difficile de manger souvent des légumes sans que ce soit tout le temps les mêmes. Mes stagiaires, venant de l'Outremer (Guadeloupe, Martinique, Réunion et Mayotte) sont dépités face au manque de diversité des menus de la cantine, m'affirmant même que s'ils continuent à manger de la salade ils deviendront verts! Alors, pour nourrir le babycook tous les jours et accessoirement les enfants qui en dévorent le contenu, j'ai décidé de réconcilier la famille avec les légumes.

Aujourd'hui, il s'agit donc de l'Episode 2 de la "diversification légumière". 

Résumé de l'épisode précédent: après vous avoir demandé que faire de mes blettes, j'ai suivi vos conseils, les ai épluchées et cuites. Sauf que je n'ai pas enlevé les fils comme vous me l'aviez conseillé. Je les ai goûtées et je n'ai pas aimé non plus, comme beaucoup d'entre vous. Pourtant, je n'avais pas le souvenir d'en avoir beaucoup mangé à la cantine. Bref, j'ai renoncé, démunie devant la difficulté de cuisiner un plat que je n'aime pas et avec comme challenge de le faire aimer.

Me voici donc de retour de la ferme avec des fèves fraîches. J'imagine que je les épluche? les fais cuire assez longtemps (45 minutes m'a soufflé beau-papa)? et? que pensez-vous du mélange poêlé lardons/oignons/crème (clin d'oeil à ma voisine)? Confiez-moi vos recettes, c'est avec bonheur que je les testerai !

Voir les commentaires

Arrêter le temps

7 Octobre 2012, 20:00pm

Publié par Alice

C-copie-3.jpg

 / Et garder encore quelques temps mon Petit tout contre moi /

 

i.jpg

/ Et ramasser des feuilles multicolores pour les faire sécher et créer, cet hiver /

 

EF

/ Pour cueillir les dernières et nombreuses framboises et les dévorer du bout du doigt /

 

G

 /Et être rassurés de le voir si lent et prudent (et fainéant) /

 

D

Pour rire aux éclats, à quatre, en entendant crier de joie

 

H.jpg

Pour moi aussi. Savourer la liberté de "shopper" avec ma copine

Et clôre le week-end sur une invitation en amoureux dans un grand hôtel.

 

Arrêter le temps pour prolonger la douceur d'un dimanche d'automne sous le soleil.

Juste aussi parce que je n'aime pas rejoindre la voiture sous une pluie battante,

chargée de 5 sacs et de deux enfants.

Voir les commentaires

De bon matin

7 Octobre 2012, 07:11am

Publié par Alice

miettes.jpg

 

Y'a du boulot.

Et j'suis (pas) aidée...

 

help

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>