Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

D'après une histoire vraie, de Delphine de VIGAN

16 Janvier 2016, 08:24am

Publié par Alice

D'après une histoire vraie, de Delphine de VIGAN

Quatrième de couverture

"Tu sais parfois, je me demande s'il n'y a pas quelqu'un qui prend possession de toi."

Ce roman dont on a tant et tant entendu parler. Célébré dans les médias et sur les blogs, son succès en devenait intrigant. Intrigant d'ailleurs c'est le mot car le titre laisse entendre que ce roman est autobiographique.

Delphine, écrivain, peine à trouver l'inspiration pour son nouveau roman que son éditeur attend fébrilement. L'engouement qu'a suscité son dernier livre, autobiographique, Rien ne s'oppose à la nuit, l'expose aux émotions des lecteurs lors des séances de dédicaces notamment. En effet, la maladie mentale de sa mère et son suicide font naître des confidences intimes.

Elle se sent dès lors, comme nue psychologiquement face à ceux qui la lisent et attendent ses nouveaux écrits.

Un soir, elle rencontre L. Une femme élégante et cultivée, "nègre" (qui écrit la vie des gens célèbres), un écrivain de l'ombre, dont jamais le nom ne sera publié, au profit de celui de l'illustre commanditaire.

De là naît une amitié fusionnelle, et un discret mais efficace travail de manipulation de la part de L. Delphine écrit à postériori, elle donne donc des clés pour déchiffrer l'attitude de cette amie néfaste. Le lecteur comprend très vite que l'auteure se fera "vampiriser" naïvement,mais en sortira saine et sauve. Le personnage de L. est d'emblée décrit comme un personnage que nous ne sommes pas autorisés à apprécier.

La construction du roman est donc, particulièrement atypique, puisque l'on va observer la toile tissée par cette amie dangereuse qui n'a qu'une obsession : celle que Delphine écrive un roman autobiographique, basé sur sa vie, son histoire qu'elle n'aurait pas entièrement dévoilée. L. tente, de couper Delphine du monde vivant (ses amis, ses enfants) pour provoquer l'écriture de ce nouveau roman, suggérant incessamment que seul le réel intéresse les lecteurs.

Et moi, en tant que lectrice? ce qui m'intrigue ce n'est pas tant que cette histoire soit vraie. D'ailleurs je ne crois pas une seconde en la véracité de ce récit peut-être autobiographique : l'écriture en est trop intime, trop périlleuse...

En revanche, ce qui me touche immédiatement, c'est cette confession psychologique de l'auteur. J'aime quand elle raconte qui elle est, je crois en l'authenticité de son propre personnage public, la façon dont elle vit sa célébrité.

" Au fil du temps j'ai fini par comprendre - ou bien est-ce l'alibi qui me rend les choses acceptables - que la relation à l'Autre ne m'intéresse qu'à partir d'un certain degré d'intimité."

Les phrases font mouche, et dès les premières pages, je suis happée par ce roman.

La réflexion sur la lecture et l'écriture est très intéressante : que cherchent lecteur et auteur dans l'acte d'écrire et de lire? Attend-t-on vraiment une part d'authenticité et de vécu? peut-on bien raconter quelquechose que l'on n'a jamais ressenti?

"Il n'y a pas de vérité. La vérité n'existe pas. Mon dernier roman n'était qu'une tentative maladroite et inaboutie de m'approcher de quelque chose d'insaisissable. Une façon de raconter l'histoire à travers un prisme déformant, un prisme de douleur, de regrets, de déni. D'amour aussi. Tu sais très bien tout cela. Dès lors qu'on ellipse, qu'on étire, qu'on resserre, qu'on comble les trous, on est dans la fiction. Je cherchais la vérité, oui, tu as raison. J'ai confronté les sources, les points de vue, les récits. Mais toute écriture de soi est un roman. Le récit est une illusion. Il n'existe pas. Aucun livre ne devrait être autorisé à porter cette mention."

Ce roman est une belle découverte parce qu'il ouvre la réflexion sur l'acte même d'écrire, et qu'il est, par sa construction peu conventionnelle assez unique en son genre. Il est construit comme un thriller qui ne peut pas se finir mal, comme une mise en abyme d'un roman dans le roman, de l'écriture dans l'écriture.

(J'ai publié ce billet cette semaine sur mon blog lecture, et le publier ici me permet de rejoindre les lectrices du samedi)

Commenter cet article

virginie 23/01/2016 15:45

Alors je vais me la péter ... ma copine (prof de lettres comme moi) organise un prix littéraire, j'ai pu lire ainsi un bon nombre de romans avant leur parution. Donc le tapage médiatique dont tu parles je n'en avais eu vent (mais j'avais beaucoup aimé, Rien ne s'oppose à la nuit). C'est ainsi, vierge de tous commentaires, que j'ai découvert (au bord de la piscine, sous le soleil) D'Après une histoire vraie. Je suis tout a fait d'accord avec ton analyse. Et puis nous avons rencontré l'auteur(e) il y a peu ... très intéressante. J'ai donc plein de petites anecdotes sur certains passages du livre (dédicacé ...). Allez, j'arrête. Je dis toujours à Nils que c'est moche d'être prétentieux. T'embrasse plus que fort !!!!

swettylux 18/01/2016 09:15

pas lu mais interessant

MHF 16/01/2016 21:47

Je n'avais pas eu le temps de passer sur ton autre blog ;)
J'ai bien aimé ce livre également