Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

La confidence

9 Décembre 2015, 06:46am

Publié par Alice

La confidence

Même si on peut se sentir entourée d'amies, de la famille... choisir le destinataire de ses confidences n'est pas si aisé.

Finalement,c'est l'intelligence de l'écoute, la pertinence des mots reçus en retour, l'énergie du soutien qui m'aideront bien plus à me confier en toute sérénité. En fonction des événements qui traversent ma vie, mes interlocuteurs ne seront pas les mêmes : certains m'aideront à me comprendre, d'autres à le(s) comprendre...

Au quotidien j'ai besoin de me confier, déjà pour ne pas garder en moi un sentiment ou un fait douloureux, mais aussi parce que le mettre en mots, c'est le mettre à distance, le regarder "de loin" pour l'accepter et avancer avec.

Aujourd'hui, il m'est arrivé un événement inouï et très perturbant. La consigne de départ, était de faire écrire mes stagiaires une argumentation sans concession (le "oui" sans le "mais") sur des sujets de culture générale, et un récit personnel, basé sur l'émotion (quel événement vécu vous a rendu différent par rapport à votre projet professionnel : une blessure qui vous a empêché de devenir sportif professionnel, une agression qui vous a donné envie de devenir policier...).

L'exercice a été réalisé avec une grande motivation et un rare plaisir. Sauf que... les confidences très intimes ont provoqué une vague d'émotions, de départs précipités de cours pour s'effondrer dans les couloirs... Bien sûr je me suis montrée présente pour chacun d'entre eux, j'ai écouté, guidé, orienté vers des professionnels si le besoin s'en faisait ressentir. J'ai gardé ma neutralité, ma distance mais rassuré quant à mon écoute et à ma présence ; mais je m'interroge sur ce moment d'une rare intensité. Pourquoi m'avoir choisie, moi, comme dépositaire de secrets jamais avoués, de confidences existentielles?

Au-delà de l'empathie, de la compassion, je me suis sentie vraiment touchée par le don de ces confidences, reçues comme des preuves de confiance que je n'attendais pas et surtout n'avais pas envie de provoquer, pas comme ça, pas ici, pas forcément avec eux. 

Je réalise également que ces situations, même si celle-ci par son caractère "en rafale" est une première , font partie de ma relation aux autres. Il n'est pas rare que l'on se confie vite à moi, et ces confidences m'aident aussi à avancer, réfléchir, recevoir, accueillir les paroles et m'ont beaucoup aidée à ne pas juger, à me montrer plus généreuse dans ma façon d'appréhender l'autre et ses différences, ses égarements...

Commenter cet article

Wondermômes 14/12/2015 11:30

Belle preuve de confiance, tu peux être fière de toi !

MHF 13/12/2015 10:55

La façon dont tu écris, tu commentes donne envie d'échanger avec toi même sans te connaitre alors en vrai ça doit être encore plus fort...

lizagrece 09/12/2015 17:08

C'est aussi révélateur d'une société dans laquelle on a du mal à exprimer ses émotions. La crainte sans doute de montrer ses faiblesses. Alors quand il y a un élément déclencheur le couvercle explose.

flipperine 09/12/2015 16:12

cela prouve au moins que la confiance règne entre toi et les élèves

Ptisa 09/12/2015 09:09

tu leur as demandé un récit personnel basé sur l'émotion ...ils sont jeunes, prendre du recul avec leurs émotions sur des évènements plutôt récents c'est pas encore possible. Par contre ça démontre aussi une grande solitude de n'avoir jamais pu le confier à quelqu'un. Bref, ils ont pris la consigne trop au sérieux