Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

L'illusion de l'indépendance

16 Décembre 2015, 06:29am

Publié par Alice

L'illusion de l'indépendance

Cela fait longtemps que j'ai cessé de croire que je suis libre. A partir du moment où tu deviens amoureuse, déjà, c'est foutu. Ajoute à cela un Blond, puis deux, un crédit maison... et là la notion de liberté, ou même d'indépendance devient toute relative.

Alors, j'ai vite pris conscience que j'avais quand même du pouvoir sur certaines choses qui pouvaient entraver ce sentiment de toute liberté (il me semble que ce n'est pas la première fois que j'exprime ici notamment, l'impression d'étouffer, ponctuellement, dans mon quotidien).

Il y a bientôt 10 ans, en retrouvant l'Epoux et en tombant amoureuse, à nouveau, de lui, j'ai cessé de fumer. Adieu mon paquet quotidien. Gérer le sentiment démesuré qui me submergeait et la nécessité de la cigarette, c'était trop. (Etrange lien de causalité que je n'explique pas).

J'ai aussi cessé de manger sucré au quotidien : tout ce qui contient du sucre ajouté (biscuits, gâteaux, yaourts, chocolat...) a disparu de mon alimentation. Il y a des exceptions mais elles se font rares. J'ai perdu plus de 10 kilos.

Aujourd'hui je poursuis mon cheminement en lâchant ce que je sais ne pas me faire de bien : le pain a considérablement disparu de mes repas. Je régule mon appétit et il n'est pas rare que je ne dîne pas si mon déjeuner a été copieux.

Je m'écoute davantage et cela semble me réussir.

Mais...

Mais...

Y a t il une route parfaite? Alors que je traversais une zone de turbulences assez forte, j'ai ressenti à nouveau une envie irrépressible de nicotine. A ne penser qu'à ça : à l'apéro avec les copains, dans les embouteillages parisiens à me demander si j'allais ouvrir ma fenêtre pour réclamer une cigarette... J'ai résisté. L'Epoux a joué le jeu "de la soufflette" ou plutôt du "double filtre" comme lorsque nous avions 15 ans. J'ai encore résisté en ne mettant jamais une cigarette entre mes lèvres... mais j'ai lâché. Un peu. J'ai vapoté du menthol. Pas beaucoup mais je savoure cette sensation d'apaisement due à l'apport de nicotine.

Je vais m'en détacher à nouveau, je le sais, mais que le chemin vers l'indépendance est long et si peu linéaire !

 

Commenter cet article

Laurence (Lolotte) 01/01/2016 18:25

Je n'ai pas été très présente ici mais j'ai vu quand même toutes tes photos et vraiment Alice, tu es récompensée de tous ces efforts, tu es superbe ... alors un petit écart de temps en temps ce n'est peut-etre pas si grave ! Faute de t'avoir souhaite de belles fêtes, j'espère vraiement que 2016 t'offrira beaucoup de bonheur, à toi et en famille ! Je t'embrasse.

stephie 17/12/2015 09:39

Y'a pas de mal à se faire (un peu) de bien !
Moi je n'ai jamais été une grande fumeuse (de cigarettes...! hahem), , j'ai quasi tout arrêté à la naissance des cacahuètes, mais chaque été je m'accorde une trêve, et m'achète un paquet de tabac à rouler. Je fume avec plaisir, dès qu'un rayon de soleil se pointe, en terrasse, avec un café, ou un apero. Je fume en vacances, uniquement par envie, et jamais sous la contrainte ou la dépendance.
Bizarrement, après je peux m'en passer tout le reste de l'année !

lizagrece 17/12/2015 07:05

Pour arrêter le tabac on parle beaucoup de volonté. Ce qui reviendrait à dire aue celles et ceux qui échouent à l'abstinence en seraient dépourvus. Ce constat peut rendre les échecs douloureux et ne pas aider à s'engager vers la réussite. Pour arrêter le tabac il faut de la motivation plus que de la volonté, ce qui parfois n'est pas si évident que cela à trouver. Et c'est une vieille fumeuse qui parle, abstinente depuis 9 ans, Après diverses tentatives infructueuses le déclic s'est produit et l'arrêt s'est produit sans douleur ni frustation, sans patch, ni vapo. Rien. J'avais enfin trouvé la motivation profonde.
Courage et surtout ne culpabilise pas s'il te faut plusieurs essais.

flipperine 16/12/2015 17:50

il faut de la volonté et penser à autre chose

PetitDiable 16/12/2015 11:33

Je crois que quand on a été fumeur, on le reste...J'ai arre^té il y a 10 ans mais en cas de gros coup de stress, l'appel de la nicotine se fait sentir...

chocoladdict 16/12/2015 10:38

se contrôler tout le temps ? la vie est trop courte pour moi et tant pis si je suis dépendante à certaines choses, celles ci pourraient être plus grave
sinon je fuis tout ce qui m'entrave trop (mariage, crédit, propriété de maison )

anyuka 16/12/2015 10:15

La dépendance, vaste sujet... Je crois qu'on en a tous une à combattre qui ne demande qu'à ressurgir, bien cachée, là au fond. Le contrôle permanent c'est normal qu'à certaines périodes ça ne semble plus possible mais... Tiens bon !

Ptisa 16/12/2015 08:43

disons que la vie est faite de hauts et de bas et qu'on ne contrôle pas tout. Les fois où je me dis que je boirais bien un verre de vin, là tout de suite, je m'imagine en train d'utiliser ma liberté pour faire autre chose et je fais demi tour.