Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Génération déconnectée

5 Mai 2015, 06:12am

Publié par Alice

Génération déconnectée

 

Serais-je passée de l'autre côté? du côté des vieux cons? De ceux qui pensent que "les jeunes d'aujourd'hui ne sont plus ceux d'avant"?

Oui.

Je lutte contre cette idée qui a germé il y a quelques années déjà.

Et je vous assure que cette idée a tellement pris d'ampleur que je ne m'imagine plus un instant enseigner à des jeunes collégiens ou lycéens qui n'ont aucune motivation pour étudier Ronsard, Rousseau ou lire autre chose que le statut facebook de leur copain.

Les miens, "mes jeunes", sortiront de la formation avec un boulot en mains. Un boulot qu'ils ont voulu, un boulot qu'ils ont tellement désiré qu'ils ont parcouru des milliers de kilomètres pour maximiser leurs chances de réussite.

Durant 3 mois (septembre à décembre) ils font face, durement. Ils sont épuisés le lundi, harassés par l'attention qu'ils doivent fournir quand il sont en stage. Et puis, un premier échec et là soit ils baissent les bras parce que c'est trop dur (ou pire "on est mal préparés") ou ils se laissent porter par l'énergie du formateur et se remettent en selle. Mais en sélectionnant les matières, les heures de cours, bien qu'ils soient rémunérés, et surtout mais surtout, collés à leur téléphone portable. TOUT LE TEMPS.

Je tente d'alléger certaines matières? je passe par les documentaires et vidéos pour bâtir des discussions/débats et je les retrouve en train de regarder leurs téléphones. J'évoque un film? Mouais bof. Un livre? Ha non faut lire. Une sortie au musée? oui mais on mangera quand?

Les années passent et cela devient plus qu'une impression : la seule curiosité dont la majorité de "mes jeunes" est capable: c'est celle du fil d'actualité facebook ou instagram.

Je ne trouve pas cette soif de vivre, de découvrir la vie, cette énergie de partir à la conquête de la culture, de la vie. J'ai souvent la sensation que leur monde passe par le prisme de leur écran et que nous ne fonctionnons plus de la même manière.

Cela ne me ferait pas peur si je n'exerçais pas ce métier. Cela ne me ferait pas peur non plus si j'avais deux enfants déjà adolescents. Sauf que... soit je dois m'adapter et réfléchir encore quotidiennement à la façon dont je dois les amener vers une autre forme de culture, plus archaïque, la mienne et sûrement la votre) ; soit je dois capituler et accepter définitivement qu'ils sont différents, et que définitivement je ne pourrai pas attendre davantage de la grande majorité d'entre eux (ce qui fera sans doute de moi une prof blasée)

Et si je commençais sérieusement et vraiment à changer de job?

 

Commenter cet article

MamieVlin 06/05/2015 10:39

J'ai une petite soeur de bientôt 18 ans (oui, nous avons 16 ans d'écart, ça arrive parfois... bref !). Je l'ai vu grandir, je l'ai bercé, accompagnée à l'école puis devenir une ado. Elle a eu très tôt accès aux téléphones et aux ordis, de ses parents, puis les siens. Elle vit dans un monde où les réseaux sociaux sont plus qu'un mode de communication, c'est un passage obligé, un incontournable de leur journée, comme de se brosser les dents en somme. Leur image et ce qu'on pense d'eux passent avant la culture et le savoir. C'est assez dingue, mais je pense que c'est une évolution de société et de moeurs, qu'il faut faire avec, pas forcément l'accepter, mais l'admettre et lutter contre les excès de leur utilisation. Les parents qui arrivent à attirer leur enfants vers la culture, les livres, l'Histoire, leur donner une soif de savoir existent encore, bien heureusement et se donnent du mal pour faire ça. Je veux être de ceux là, je ferai tout pour. Et pour moi, il faut que les enseignants de mes enfants y croient encore aussi car c'est eux, c'est vous qui prendrez le relais pendant une grande partie de leur vie. C'est pour moi un travail en commun, il faut que ça soit fait des 2 côtés, sinon, on y arrivera pas. Je suis comme toi, effarée face à leur manque d'envie, mais je condamne plus les parents qui ne font pas le job plutôt que les profs, rassure toi !! C'est trop facile d'attendre que l'école leur apprenne tout, comme il faut admettre que certains parents ne les feront pas ces efforts, ou ne savent pas faire... Quelle solution ? Continuez. Encore et encore. A brandir des livres, des noms d'auteur, utiliser ces nouveaux outils à leur portée pour leur donner envie d'en connaître plus, organiser des sorties culturelles, ouvrir leur esprit en leur montrer un autre possible. C'est du boulot, un vrai défi, mais moi, je veux y croire. Anecdote : ma soeur il y a 2 ans quand elle devait préparer un exposé sur un grand compositeur "tu connais, Chopine toi ?", "euh, tu veux parler de Chopin, c'est ça ?" "oui, bah, Chopine ou Chopin, c'est pareil, non ?" "...".

Laetitia 05/05/2015 15:48

réflexion bis : C'est un peu comme si tout ce qui ne concerne pas leur personne ne les intéresse pas. Facebook et téléphones sont autant de jeux de miroirs où ils passent leur temps à s'admirer les uns, les autres via leurs photos ou autres autoportraits. Je ne sais pas si ça existe, mais on dirait qu'ils souffrent d'un syndrome de génération spontanée. Le passé est par définition pour eux quelque chose sur lequel ils ne veulent pas s'appuyer. Et c'est aussi valable pour la littérature, les musées... Enfin, en disant ça, j'ai peut-être vraiment pris un coup de vieux !

Alice 05/05/2015 19:27

J'aime beaucoup votre réflexion sur l'auto admiration (selfie etc), c'est exactement ça, le les observe et c'est en effet ce que je vois.
Il faut leur faire confiance, je suis certaine qu'ils prendront appui sur ce qu'on leur a transmis...
En tous cas merci pour vos commentaires, cela m'a permis d'avoir un autre point de vue très intéressant et complémentaire!

Laetitia 05/05/2015 15:28

Ouh ! Votre interrogation concernant la curiosité, la soif d'apprendre, l'ouverture au monde chez les jeunes rejoint la mienne. Et pourtant j'ai deux ados à la maison ! Mais, je ne m'y fais pas. C'est comme si effectivement rien ne les intéresse. En fait, je pense qu'on passe tant de temps à râler contre la vie telle que nous la vivons qu'ils n'ont absolument aucune envie de s'y jeter et de la prendre à bras le corps. Et encore, nous n'avons pas la télé à la maison... J'ai la sale sensation d'avoir oublié quelque chose dans ma manière de transmettre. Et je me sens totalement déconnectée par rapport à la jeunesse qui s'avance. Lorsque je fais part de mes enthousiasmes, mes coups de coeurs, mes émerveillements ou étonnements, mes ados me renvoient à mon monde qu'ils qualifient immanquablement de "Bisounours". Cela m'agace et m'interpelle. De toute façon, c'est exactement ce qu'ils essaient de nous dire : eux sont l'avenir et nous, parents, forcément dépassés. J'ai vraiment l'impression qu'un grand fossé nous sépare sans que je n'arrive à comprendre comment et quand il s'est creusé. En fait, nous espérons qu'ils sont biens dans leur temps et qu'ils sauront faire avec, si cela à un sens de dire ça comme ça. Nous, parents, sommes perplexes et nous avons l'impression en l'espace d'un an ou deux d'avoir viré vieux "cons"... J'imagine que les enseignants confrontés à la jeunesse ne peut que constater la même évolution.

Alice 05/05/2015 19:24

Je crois qu'il s'agit d'une période presque normale aussi, où l'on rejette de là où l'on vient pour mieux se construire. Cela ne veut pas dire que ce rejet est permanent mais c'est pour mieux aussi s'affirmer en tant qu'adulte.
Je pense sincèrement que ce que nous transmettent nos parents, notre éducation, surtout quand c'et bienveillant et riche, on le garde comme une force. J'ai une amie Hélène, qui a des jumeaux de 15 ans et me disait la même chose que vous!
Cela semble être une "sale" période pour les parents qui ne se sentent plus en connexion avec leurs enfants, mais n'a -t-on pas été pareils?

flipperine 05/05/2015 13:25

c'est vraiment dur les jeunes maintenant il y a une trop grande différence d'esprit

Alice 05/05/2015 19:20

Oui, cela semble fou ! même si je généralise et en effet, il y en a toujours quelques uns qui sortent du lot.

Geneviève T. 05/05/2015 13:00

je pense que les enfants sont ce que leurs parents ont envie qu'ils soient!.... des enfants gâtés, à qui on ne dit jamais non...avec pour modèle des adultes qui ne respectent plus d'autorité, qui sont portés par les modes et eux mêmes par les réseaux sociaux... je pense qu'il ne faut guère s'étonner... quant à changer de job ma pauvre tu retrouvera les mêmes au boulot, avec la même curiosité que tes élèves, avec la même indifférence devant le travail bien fait!.... bon courage!

julie 05/05/2015 10:05

Apres cette soif d apprendre, de decouvrir vient souvent de l enfance de la famille....je travaille aussi en milieu defavorise a mis temps et mon autre mis temps est en milieu tres favoriser. J enseigne le francais au primaire sur Londres et bien je vois une enorme difference sur cette soif d apprendre entre les deux milieux! Les enfants dont les parents peuvent et veulent passer du temps avec eux, pour eux, qui leur font decouvrir les musees ( gratuit ici!) Sont des enfants en soif d apprendre....

Alice 05/05/2015 19:19

Oui, tu as raison, je travaille dans l'insertion, ceci expliquant très sûrement cela, même si en effet, je n'avais pas, au fond de moi, envie d'y croire ;)
cela doit être riche pour toi d'exercer dans deux milieux sociaux si différents!
Alors, il faudrait que j'enseigne en primaire tu crois, pour les éveiller le plus tôt possible? ;)

Despe 05/05/2015 09:45

Peut être qu'en mettant tout sur facebook....lol suos forme de pubs en pop-up tu sais, obligé de lire un chapitre de Rousseau si tu veux connaître ton fil d'actu... Une idée à creuser lol... Moi ce qui ne fait peur c'est que bien qu'il s'agisse malgré tout de mots même sur le web, ça ne garantit pas qu'ils soient bien écrits. J'ai une stagiaire bientôt, dans son dernier mail : 5 lignes 6 fautes... Ca

Alice 05/05/2015 19:15

hA ben je ne parle même pas des fautes !!!
INCROYABLEMENT hallucinant ! j'en vois tellement que j'en arrive à douter de l'orthographe de mon nom de famille :D

Ptisa 05/05/2015 09:20

depuis quand on sort tous les quart d'heure d'une salle de cours ?
ben j'ai quelques exemples autour de moi, très différents mais je ne les connais pas dans le contexte quotidien. Mon neveu qui vient d'avoir 30 ans est parti un mois au Pérou l'an dernier, il n'était pas trop connecté. Ma nièce consomme pas mal d'écrans je crois mais elle regarde surtout les séries en streaming et on voit qu'elle fait un réel effort pour lâcher son téléphone quand on passe à table. Personnellement, depuis que j'ai une tablette, je passe beaucoup de temps à ne rien faire avec. Ceux qui veulent travailler, ils savent bien que c'est incompatible.

Alice 05/05/2015 19:14

Oui, la théorie... 8 heures par jour sur une chaise, certains en sont incapables, dont moi.
J'imagine qu'il s'agit d'un problème culturel ou même d'éducation. Les profs ne sont pas des supers héros. Personne ici n'a un panier à téléphones (à la manière du panier à doudous en maternelle) car on part tous du principe que ce sont justement des adultes. A rendre autonomes. Ce qui est fou c'est que ce sont toujours ceux qui ne sont pas profs qui ont les plus belles solutions ;)

Ptisa 05/05/2015 08:43

je crois que le problème vient de toi : depuis quand on utilise son téléphone pendant un cours ? Allez, tu investis dans un panier et tu attends que tout le monde l'ai déposé dedans avant de commencer. Idem lors des sorties.

Alice 05/05/2015 09:12

J'aimerais croire que le problème vient de moi : mais tu peux interdire le téléphone à des adultes durant un cours, mais crois moi, tu les verras sortir tous les quarts d'heure.
Et puis cela ne résout en rien leur rapport à la curiosité! tu en connais beaucoup des ados ou jeunes adultes? parce que leur goût de l'effort n'est pas le nôtre...