Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Les rituels de l'après école

11 Février 2015, 19:58pm

Publié par Alice

Les rituels de l'après école

Accompagner tous les matins les Blonds à l'école n'est pas ce que je préfère, même si j'aime imprimer dans ma mémoire, jour après jour, leur petite frimousse encore fripée, les cheveux souvent en pétard, avant de les retrouver le soir.

Cette année, après l'école, pas de garderie. Je les attends chaque soir à 16h30 devant l'école, et le mercredi à 11h30.

Jamais je n'avais profité de si longues fin de journée avec eux. Le hasard a fait que mon emploi du temps s'est placé ainsi; C'est une chance pour cette première année de devoirs et pour cette première rentrée à l'école maternelle.

Nos soirées sont donc plus longues, ce qui m'a un peu obligée à organiser ces quatre heures de manière constructive. Hors de question de meubler ce temps avec un dvd tous les soirs ou avec l'Ipad (même si c'est évidemment ce dont ils rêvent tous les deux).

Alors, chaque soir, nous jouons : puzzle, Dobble, Uno, mille bornes, jeu de 7 familles, livre-jeux, peinture, dessins...

Ernest à présent sait participer et prend plaisir à être intégré aux activités, même si on adapte un peu le degré de difficulté, ce que n'accepte pas vraiment Octave, évidemment.

Je m'aperçois que ce temps est précieux pour créer des automatismes familiaux, et puis pour profiter autrement, ensemble. Bien souvent, cela se termine dans les cris, les pleurs, les frustrations et là, avec L'Epoux on se dit qu'on est vraiment des maso, ce serait tellement plus facile de les laisser (s'entre-tuer) (gober un dessin animé) jouer tous les deux.

Régulièrement je me dis que provoquer des vrais moments où nous sommes présents pour les voir grandir, les écouter, c'est une chance vraiment inestimable (la méthode Coué vous connaissez?). Une chance qui a un coût en terme d'énergie dépensée. Moi qui n'aime pas jouer, quand je me retrouve avec les cartes en mains en sortant du boulot, je me sens souvent l'âme d'un entraîneur d'une équipe de rugby.

Mais je crois sincèrement que c'est un pari sur l'avenir, celui du moment où je les regarderai (encore plus) la larme à l’œil en me disant que je n'ai rien vu passer, et que j'aurais aimé et j'aurais du en profiter un peu plus... comme tous ces mamans qui ont toujours travaillé à plein temps avec un ou deux enfants.

Commenter cet article

stéphie 13/02/2015 19:36

Tout pareil, quelques 1000 kms plus au sud, chez les Cacahuètes :)
des jeux des jeux des jeux... et même à 3 du même âge, il faut forcément un adulte pour arbitrer, sinon ça se termine en champ de bataille...
Moi aussi, parfois je me dis que ce serait tellement plus facile d'ouvrir le robinet à conn'ries, et de les caler devant un écran... mais non. Je résiste. La contrepartie est tout de même tellement "belle", malgré les cris et les disputes, parfois.
A quand, une grande partie de Dobble tous ensemble ??? ;)

Alice 15/02/2015 18:22

Ho la la comme ce serait bien !!
Mais on les laisserait jouer ensemble pour discuter hein?

cha 12/02/2015 14:20

ah oui il faut perseverer... tu peux penser à toutes ces mamans qui font de la patate à modeler, des feutres ou des tours de cubes pour tenir le coup...
ce sont ces moments qui font les souvenirs, et qui font aussi les moments de complicite qu'ils voudront recréer avec leurs propres enfants...

swettylux 12/02/2015 12:10

c des moments de partage qui sont bien des fois penible car ca crie ou ca rale !
mais des fois je joue avec loulou ca nous fais un moment ensemble !!
des bisouss

Wondermomes 12/02/2015 10:16

Pas évident de trouver qu'ils aiment tous à des âges différents, imagine un peu pour moi avec les 6 ans d'écart entre le grand et la dernière mais bon, on y arrive...et ça fait des supers souvenirs !

Allye 12/02/2015 08:05

Comment ça tu n'aimes pas jouer ???? lol Pour ma part j'aime bien le dobble (je l'ai d'ailleurs réclamé à ma Directrice pour pouvoir jouer avec les grandes sections) et la Petite Parlote est une championne du mille bornes...
Jouer avec nos enfants est souvent fatiguant nerveusement mais je suis convaincue que ces moments de partage et la complicité qui en résulte nous manqueront plus tard... Complicité dont nous nous souviendrons avec nostalgie à l'adolescence chaque fois que nous aurons envie de les étrangler !