Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De l'autre côté du miroir d'Alice

Gabrielle, d'Agnès VANNOUVONG

24 Février 2015, 20:16pm

Publié par Alice

Gabrielle, d'Agnès VANNOUVONG

Quatrième de couverture : Je voulais un enfant. On voulait tous des enfants. On quittait doucement les rives de la trentaine, médusés, un peu abîmés. On avait fait des choix de vie, et la liberté avait un prix. Il suffisait de se regarder, là, de près, pas besoin de loupe, l'effet de réel agrandissait les blessures, les rides aux coins des yeux, le pli sur le front, les mèches blanches, à l'oeil nu. On avait nos vies égoïstes et confortables, nos sorties, les bistrots, les verres, les concerts, le théâtre, le cinéma. De la culture et de l'émotion sans limites. Il nous manquait pourtant quelque chose. On voulait transmettre, procréer, vivre une aventure hors de soi, donner la vie, éduquer des enfants.
Après avoir été longtemps célibataire, Gabrielle, l'héroïne du roman d'Agnès Vannouvong, aspire désormais à devenir mère. Quand elle rencontre Hortense, c'est l'amour fou. Mais Hortense a vingt ans de plus que Gabrielle, elle a déjà une fille, et n'envisage pas les choses du même point de vue. De leur côté, François et Malik vivent ensemble depuis longtemps. Ils incarnent la stabilité et la fidélité, le couple modèle. La vie commune n'a pas émoussé leur désir : eux aussi souhaitent construire une famille.
Agnès Vannouvong brosse le portrait d'une génération. Intégrant les nouvelles formes de parentalité et de filiation, elle compose avec humour et tendresse le roman familial de notre époqu
e.

 

C'est une histoire d'amours ; en fait deux histoires d'amour. D'une femme qui aime une autre femme et d'un homme, brun de peau, qui en aime un autre, prof.

C'est aussi l'histoire de ce que la société, la famille attend de chacun, de la place qu'il est censé tenir.

Sur fond de "mariage pour tous", il est question aussi du désir d'enfant pour tous.

 

Laure, Britney, Gabrielle, trois femmes de ma génération, avec les 40 ans en ligne de mire qui, après avoir goûté la liberté professionnelle, culturelle, amoureuse et sexuelle, cherchent à créer leur avenir avec un désir de maternité auquel elles n'ont pas renoncé, mais avec une conception du couple complètement "hors normes socialement" puisque destrcutée et destructurante.

Gabrielle tombe follement amoureuse d'Hortense, mais Hortense a 47 ans, une fille de 10 ans et évidemment pas les mêmes projets familiaux.  Gabrielle est incapble de lutter contre cette passion dévorante ; pourtant ce roman est aussi celui de la séparation. Le rythme de la narration s'accélère quand leur histoire se brise, finalement  c'est la vie qui s'accélère pour Gabrielle, les décisions à prendre et à ne pas prendre, et ces 40 ans qui arrivent toujours plus vite.

C'est un roman de parisiens bobos.

Entre le modèle familial et cet article expliquant qu'aujourd'hui aux Etats-Unis la norme est aux deux chambres parentales, le roman se pose comme une autre alternative, existante, que beaucoup oublient.

 

L'écriture est belle, légère, sensuelle. C'est un plaisir de lire ce roman. Il y a toutefois quelques phrases qui font un flop : à trop vouloir faire mouche, il y a des formules qui cassent l'audace des images précédentes (ex: "les warnings de l'amour s'allument", "demain, grâce à la drogue de l'amour, la nuit entière aura disparu")

 

"C'est l'absence, obstinée, pire, c'est la fin de l'amour"

"Hortense, c'est dégueulasse de désaimer les gens."

"L'accouchement est la naissance du désir des désirs".

 

tous les livres sur Babelio.com
Reçu et lu grâce à Babelio et Masse critique

Reçu et lu grâce à Babelio et Masse critique

Commenter cet article

MHF 25/02/2015 16:22

Je suis partagée, je ne sais pas si ça me tente vraiment... ;)

swettylux 25/02/2015 09:05

oui ca doit etre une bonne lecture quand meme
merciii de la decouverte